Millencolin – Machine 15

Millencolin - Machine 15

C’est avec l’album Life on a plate (1995) que j’ai découvert Millencolin il y a une bonne paire d’années. A l’époque, le groupe proposait un mélange de punk-rock à la fois énervé et mélodique teinté d’un soupçon de ska, qui est vite devenu la marque de fabrique du quartet Örebro. La recette n’était certes pas des plus originales, mais le résultat se traduisait par une succession de titres entraînants et qui avaient la particularité de vous refiler la patate pour une bonne partie de la journée.
Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et le groupe s’est petit à petit éloigné des sonorités punk-rock pures et dures, tentant au fil des albums de varier ses compositions et de les orienter vers quelque chose de plus rock.
Après quelques essais tâtonnants et loin d’être des plus convaincants (Pennybridge pionners (2000), Home from Home (2002)), le groupe semblait avoir trouvé le parfait dosage entre ses rythmiques endiablées d’antan et son désir de proposer des titres aux ambiances plus posées avec Kingwood, son dernier album en date parut en 2005.
Il va donc sans dire que le quartet était attendu au tournant par une armée de fans qui pensaient que la formation avait enfin trouvé sa vitesse de croisière et allait continuer à peaufiner son style.
Malheureusement, c’est loin d’être le cas, car avec Machine 15 nos quatre gaillards semblent vouloir titiller un registre nettement plus pop, sans franchement réussir à capter notre attention.
A l’écoute des quinze titres présents sur la galette, on a vraiment l’impression d’entendre une pâle copie de Simple Plan, et c’est là où le bât blesse, surtout pour un groupe actif depuis près de seize années.
Même après un certain nombre d’écoutes, la pilule ne passe pas. C’est mou du genou et hormis une capacité évidente à proposer des titres aux mélodies imparables, on se demande bien quelle mouche à bien pu piquer nos quatre gaillards, tant les compositions sont lisses, monotones, et prévisibles.
Pas un seul morceau ne sort du lot et les quarante cinq minutes qui composent ce nouvel opus prennent alors des allures de véritable calvaire pour l’auditeur qui s’attendait à quelque chose un brin plus stimulant et fouillé.
Le disque en lui-même n’est pas foncièrement mauvais, mais en ce qui me concerne, j’ai vraiment eu l’impression de m’envoyer un seul et unique morceau de trois quarts d’heure, qui reproduit toutes les gimmicks de ce style musical, que les américains ont très justement baptisé « mallcore » (en gros, musique pour ados qui arpentent les centre commerciaux à longueur de journée).
C’est gentil tout plein, ça dégouline de mélodie de partout, c’est bien exécuté, mais nom d’une pipe, qu’est-ce qu’on s’ennuie !

Si le quartet n’a jamais vraiment brillé par son originalité, il avait – jusqu’à présent – au moins le mérite de s’être échafaudé un répertoire reconnaissable dès les premières notes, et qui ne se contentait pas de simplement singer des formations telles que Lagwagon, No Use For A Name, NOFX, ou encore Bad Religion, pour n’en citer que quelques unes.
Avec ce virage à 180 degrés, le combo prend le chemin de la facilité et risque certainement de décevoir les fans de la première heure, qui risquent de ne plus reconnaître grand-chose.
Au final, on se retrouve avec un album qui peut sans problème servir de fond sonore pour siffloter alors que l’on s’affaire à diverses tâches ménagères, mais qui devient vite barbant lorsque l’on y prête une oreille attentive.
A vous de voir maintenant si l’expérience vous tente, mais pour ma part, je préfère passer mon chemin…

  1. machine 15
  2. done is done
  3. detox
  4. vicious circle
  5. broken world
  6. come on
  7. centerpiece
  8. who’s laughing now
  9. brand new game
  10. ducks & drakes
  11. turnkey paradise
  12. route one
  13. danger for stranger
  14. saved by hell
  15. end piece

2 commentaires

  1. A quoi ça sert de chroniquer le nouveau disque d’un groupe (voir d’un style) qui fait le toujours le meme album continuellement ?

  2. Simplement parce qu’il en faut pour tous les goûts…

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).