Yacøpsæ – Tanz, Grosny, Tanz

2 Commentaires      890
Style: powerviolenceAnnee de sortie: 2007Label: Obscene

L’office est ouverte pour asseoir la sainte inquisition de la gifle permanente, indélébile, inusable au panthéon des baffes cultes de l’histoire des musiques extrêmes,pas besoin de prêtre ni de tenue de camouflage pour parader dans les rangs des aficionados de l’Église grind made in Yacøpsæ.

Ah vous vouliez vous détendre bande de chacals, ah vous vouliez en mettre plein les murs et les oreilles de vos voisins, qu’à cela ne tienne les allemands débarquent avec Tanz,Grosny,Tanz et 16 piges de bons et loyaux services à user les scènes et les sillons avec du feu et de la sueur à revendre comme s’ils avaient la moitié de leur âge.

 

Quoique, aux premières notes de Tanz on sait que derrière la machine en branle il y a l’expérience d’un groupe sûr de son orientation, techniquement ça saute aux oreilles malgré le foutraque coup de matraque que l’on se reçoit en guise de retrouvailles rien ne dépasse. Les cisailles tranchent à outrance dans un cliquetis de damnés, les protubérances saturées explosent à la tronche à la vitesse d’une épilepsie foudroyante,non c’est pas aujourd’hui que les teutons vont se mettre à jouer du reggae, la balle continue son trajet, on l’avait laissée avec Einstweilige Vernichtung traversant des crânes et retournant des cerveaux aussi sûrement qu’un Charles Bronson qui serait tombé sur le stock de coke perdu de Sagan. Tanz,Grosny,Tanz perpétue la tradition de ce grind punkisant aux moshparts éclairs, cinglantes comme des coups de fouets.

On est loin de Repulsion et de son Horrified pourtant l’affiliation reste perceptible malgré toutes les embardées que Yacøpsæ peut produire, juste que le sang hardcore et la modernité du groupe trouvent de véritables niches pour s’exprimer avec une précision assez diabolique. Exemple parfait avec le titre crossover : « Deutschnazional » foudroyant de groove et d’impact ou des très contemporains « Frost » et « Antagonismus » qui approchent des lignes mélodiques plus enclines à représenter la seconde vague qui a déferlé sur les musiques extrêmes dans le monde au début des années 90.

Tanz est un disque plein d’énergie, une de ces mandales que l’on mange au coin du feu avec ce sentiment que le groupe n’est pas prêt de décevoir tant l’implication dans leur musique semble presque extravagante. Le son de l’album est clair et scintillant comme une lame de katana au soleil, tranchante et vive, tout en autorisant une force d’impact digne d’un super lourd capable de réunir les titres. La flinguerie n’est pas obsolète, c’est bien concret et ça se balance au bout d’une corde. Pour les amateurs de grunt et de grind death plus traditionnel pas sûr qu’ils trouvent leur compte ici, pourtant la paroisse de la sainte mandale leur est ouverte. Pareil pour les amateurs exclusifs de hardcore en four by four, et petits pains, les psychopathes en pèlerinage sur les terres mitoyennes les accueilleront comme il se doit. Et comme il suffit souvent de laisser tout loisir à chacun d’apprécier les dires des autres par l’expérience pragmatique salvatrice de l’écoute je vous invite à passer chez votre dealer local, histoire que vous vous fassiez une idée plus précise de ce que je raconte.

Vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous a pas prévenus …

 

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. pearly says:

    Bien ouej mec, ça fait plaisir.
    Et encore, les précédents sont peut-être encore le niveau au-dessus.

  2. guim says:

    Un de mes disques de 2007,normal qu’il ait sa place sur eklektik ;) .Content de t’avoir annoncé sa sortie à l’époque,vu l’engouement que tu lui as porté par la suite et la promo faite autour de toi,le disque le méritait amplement.Concernant le reste de la disco ça tape clairement dans l’encore plus lourd,j’ai par contre une préférence pour la modernité et le crossover plus acidulé de cet album.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *