Radius System – Escape / Restart

3 Commentaires      2 233
Style: rock / hardcore / post et cie...Annee de sortie: 2008Label: Autoproduction

Bon ce coup-là ça y est. Radius System est prêt. Prêt à voir son talent reconnu partout et par le plus grand nombre. Changes était prometteur, Work in Progress montrait une bien belle évolution. Gageons qu’Escape / Restart sera une étape fondamentale pour le duo français.

Le groupe officie toujours dans un style mêlant rock progressif à la Oceansize, à des épanchements plus post-rock voire même post-hardcore dans les moments les plus énervés (comme sur « Release Chemicals » sur lequel ça hurle un peu) avec en prime quelques trifouillages électroniques du meilleur effet. Mais cette description n’est pas importante, je vous renvoie d’ailleurs à mes chroniques précédentes si l’envie vous prend d’obtenir davantage de détails.

Ce qui importe c’est de mesurer le chemin accompli entre les différentes sorties de Radius System. On est maintenant loin du groupe amateur des débuts, tout s’est vraiment professionnalisé, jusque dans la production cette fois assez impeccable, faisant ressortir toutes les subtilités de la musique du groupe. Techniquement aussi, putain ça joue quoi… Y a qu’à écouter « Into Orbit » et son démarrage toutes notes dehors.
Les bidouillages électroniques sont également toujours de la partie, ce qui a valu quelques rapprochements entre Radius System et 65 Days of Static. Jamais grossiers et encombrants ces bidouillages sont justes et intelligents, mettant brillamment en valeur les qualités techniques de la guitare et de la batterie.

La voix de Greg est plus juste que jamais, et c’est vrai que c’est particulièrement sur ce point que j’attendais personnellement un changement positif. Bingo. Son timbre m’est désormais ponctuellement apparu proche (en plus d’évoquer toujours quelque peu Oceansize) de celui du chanteur du groupe américain Cold, ce qui quoi qu’on pense du groupe, ne peut être pris que comme un compliment quand on connaît le niveau vocal du gars. Il se dégage le même genre de mélancolie parfois proche de la détresse, qui touche sincèrement l’auditeur. On peut aussi parfois penser à Maynard de Tool ou A Perfect Circle, ce qui là encore devrait être assez facilement pris pour un compliment.
Même si le chant n’est toujours pas omniprésent, beaucoup de passages étant purement instrumentaux, les interventions de Greg ne m’ont pas cette fois donné cette impression d’une voix proche de la rupture et sur le fil comme je le disais en parlant de quelques passages de Work in Progress. Greg a certainement pas mal bossé pour en arriver là, et il semble désormais plus confiant et plus conscient de ses limites vocales, de façon à être à même de ne jamais nous les faire ressentir cette fois.

Franchement, ces 8 titres souvent longs, intelligents, sont tous plus réussis les uns que les autres jusqu’au développement final légèrement bruitiste de « Not Coming Back ». Du coup me voilà cette fois bien en peine pour trouver quelque chose à redire à ce remarquable Escape / Restart. D’ailleurs je n’ai rien à redire. Nos deux compères se sont en outre attachés à proposer un visuel pour incarner chacun des 8 titres.

Mais je ne vous ai pas encore dit le plus intéressant… Escape / Restart ne vous coûtera pas cher, puisque l’album est intégralement offert en téléchargement gratuit par le groupe qui a pour le moment choisi ce moyen de diffusion de sa dernière œuvre avant de concrétiser a priori un concept plus ambitieux (qui a parlé d’un DVD regroupant les 8 titres mis en images ?). Bien classe en tout cas comme démarche et ça se passe tout bêtement ici. Vous attendez quoi ?

Je n’ai maintenant que deux choses à dire pour clore cette chronique :
– Bravo, sincèrement bravo messieurs.
– A quand Radius System en ouverture d’Oceansize ?

  1. release chemicals
  2. bestsellers
  3. monochrome
  4. mental guides
  5. impulsion part 1
  6. into orbit
  7. impulsion part 2
  8. not coming back
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 900 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

3 Commentaires

  1. Tim No-Wear says:

    Magnifique album! Une belle décharge d’émotions! En espérant que l’album sorte un jour en CD!

  2. Gemini_com says:

    La grande nouveauté par rapport à toute la clique post-rock(-core) et aux intouchables Oceansize, est cette production indus/électro du meilleur aloi qui fait effectivement penser à Pitchshifter,Stabbing Westward et consorts. Grâce à cela (et au talent), le groupe à trouvé une certaine identité et mérite grandement de percer en Europe (ne comptons pas trop sur les pays francophones trop variétoches ou hip hop). Un grand merci au groupe pour la découverte de cette album en tout gratuité.

  3. Gemini_com says:

    ..je viens juste de lire les chroniques des albums précédents et je m’étais apparemment pas trompé sur les influences Stabbing Westward….par ailleurs, le petit côté pop me fait parfois penser à des groupes comme Dregd…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *