Cult Of Luna – Eternal Kingdom

20 Commentaires      2 901
Style: post-hardcoreAnnee de sortie: 2008

Après Somewhere Along The Highway et un virage franchement amorcé vers le post rock (quand le très mou de Mono, enfin, quand Mono rencontre le plus mou d’Isis) et une série de concerts peu enthousiasmants, voire même soporifiques comme celui de Rennes en mai 2006, c’est avec pas mal de défiance et de suspicion que j’ai écouté Eternal Kingdom dont le seul titre semble déjà rassembler et catalyser tous les clichés les plus pompeux du genre.

La première écoute a été bluffante, au sens propre du terme. Je m’imaginais déjà crier au génie, à l’inspiration retrouvée, au retour annoncé d’une puissance abrasive, d’une énergie et d’une créativité à leur zénith. Ces changements de rythmes, ces mélodies, ces arrangements, ils sont là, quelle richesse, quelle profusion – faut que je remette la main sur mon carnet d’expressions dithyrambiques, vite -, Cult Of Luna ils sont de retour, vite, le disque, le vinyle, le t shirt, il me les faut avec le babyliss pour refaire la mèche.

Et puis plus rien, le bluff au sens propre, l’esbroufe, passé l’écran de fumée, il ne se produit plus rien, ou du moins plus grand-chose. C’est très beau, c’est irréprochable, mais finalement, à l’exception de deux ou trois passages notables, il ne se passe rien. Je ne peux pas descendre ce disque comme il le faudrait – vite mon carnet d’expressions assassines – mais Cult Of Luna a sorti un album de père de famille, égrène les mélodies, les riffs, les titres sans se mettre en danger, ça compose comme on ouvre un Plan Epargne Logement, c’est très propre mais on s’ennuie royalement. Le premier titre, Owlwood, c’est le pavillon dans le lotissement, Ghost Trail, la Mégane dans le garage Mire Deep, là l’interlude The Lure, tu vois, c’est la niche du chien, et Flowing Betulas avec son final grandiloquent, c’est le salon canapé cuir acheté en promo avec la table basse Osterbotten.

Frustrant, ce disque est frustrant, il lui manque vraiment la hargne, la rage, la volonté pour rendre captivant et relever un genre musical qui sans tout cela se révèle bien insipide. En tout cas on pourra toujours se consoler en se disant que ça aurait fait un excellent nouvel album de Callisto.

  1. owlwood
  2. eternal kingdom
  3. ghost trail
  4. the lure (interlude)
  5. mire deep
  6. the great migration
  7. Österbotten
  8. curse
  9. ugin
  10. following betulas

Chroniqueur

marc

Je donne mon avis pas très éclairé sur des disques que j'aime bien ou je dis du mal de disques que j'aime un peu moins. Cet avis n'engage que moi-même, ma conscience et mon chat, vous êtes libres de ne pas être d'accord (quoique...) et de venir en discuter dans les commentaires afin que je vous convainque que vous vous trompez.

marc a écrit 38 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

20 Commentaires

  1. pearly says:

    tout d’accord !
    je kiffe la conclusion !!!

  2. Faya says:

    Ahaha j’aime beaucoup la chro. Assez d’accord sinon, les « changements » sont plus de la poudre aux yeux qu’autre chose, dans le fond c’est un Cult of Luna classique (mais pas mauvais !) qu’on a la. Par contre je suis fan de « Olwood ». Je trouve qu’elle apporte vraiment des nouveautés dans la façon de jouer du groupe. C’est la seule (avec le petit tapping dans Ghost Trail).

  3. jonben jonben says:

    L’album dans sa globalité est décevant mais je le trouve déjà meilleur que le précédent et je suis vraiment fan du 1er et du dernier morceau qui représentent la quintessence du style Cult of Luna.

  4. Hallu says:

    Une merde, comme le précédent. Au début, comme le chroniqueur, je pensais que Cult Of Luna avait retrouvé des couilles, puis à nouveau on se tape les riffs cuculs, les passages mous pseudo-mélancoliques à se cogner contre les murs, des rythmiques simplistes, le chanteur qui n’a plus du tout de voix, des longueurs détestables, etc… Cult Of Luna est mort juste après « The Beyond »… Maintenant ils se la jouent Isis, musique de taffiole émo pour ados boutonneux mélancoliques.

  5. Neurotool says:

    Album déception bis… Rien de plus à dire. Chronique Excellente.

  6. fewz says:

    excellente chro et je ne dis pas ça parce que je suis du même avis que toi, Marc!

  7. cylens says:

    c’est quoi cette histoire de musique de père de famille :D

  8. Rémi says:

    haaaaaaa enfin! Oui, enfin une chronique qui correspond à mon sentiment de frustration à l’écoute de cet album. Je m’ennuie ferme sur ce disque. Même si « somewhere along the highway » & « salvation » (qui sont tout 2 assez proche quand-même) nous mènent parfois un peu n’importe où, mais surtout là où il n’y a rien à faire, au moins ils contenaient quelques passages magnifiques. Ça procurait néanmoins un minimum d’intérêt. Ici avec « eternal kingdom » il n’y a rien, ou pas grand chose: je m’ennuie, ma copine s’ennuie, mon chien s’ennuie. Peut-être que si Cult Of Luna, après « The Beyond », s’était cantonné à refaire du « The Beyond » il se serait mordu la queue, n’empêche que ce disque là a une paire de balloches à faire passer « eternal kingdom » pour un poil à sa surface…

  9. ellestin says:

    Tout pareil que Marc : première écoute « ah cool y a de la banane et des idées » – pause de deux semaine sans avoir envie de le refaire – deuxième écoute : « putain quelle misère… »

  10. kelloid says:

    et bien je ne suis pas du tout d’accord avec vous tous (il en faut bien un qu’en même). Je suis le groupe depuis « The Beyond » et je l’ai trouve de plus en plus bon. sans doutes parce que je les trouve des plus en plus tristes. non pas tristement nuls mais mélancoliques plutôt. la forme est bien sûr différente mais ils sont plus proches de l »ambiance du « Seventeen Seconds » voire « Faith » de The cure que des lassantes tooleries de Isis. « Ghost Trail » prend réellement aux tripes et je l’imagine parfaitement jouée en fin de concert (après « Waiting for you » LE morceau!). L’ambiance très « bayou » est encore plus appuyée qu’avec « SWATH » et c’est ce qui fait la force du groupe; cette mélancolie très « rurale ». Peut être tout cela est il très confu mais il suffit de réécouter « The great Migration » entre « Virus Meadow » d’And Also The Trees et « In Your House » de The Cure pour comprendre. merci pour votre attention.

  11. Julian says:

    Il dit toujours des trucs intéressants Hallu !Je ne vois pas bien le rapprochement entre ISIS, l’émo…et les « tafiolles ».
    Hallu est un homme de références visiblement.
    Un homme qui boit surêment de la bière avec ses copains en écoutant de la musique « de mec qui en a ! »
    Pardon, je ne voudrais pas empreinter les clichés aussi gros que ceux d’Hallu, on me taxerait d’opportuniste.
    Quoiqu’il en soit, je trouve l’album assez bien…qu’il soit post machin ou post truc…L’émotion est là, bien qu’un peu attendue au fil des albums, mais il a de superbes passages…
    J’avais oublié que c’était plus la mode d’aimer Cult of Luna…
    désolé :)

  12. pearly says:

    je ne vois pas où est la question de mode. ou alors, elle est plutôt du côté « COL ce sont les dieux »…
    COL s’est créé des codes avec Salvation, codes qu’il respecte depuis, à l’identique mais en bien moins inspiré (avec une petite repompe ici et là des ambiances de Mono, sur SATH). Ce n’est pas parce que ce groupe a été porté en fer de lance de t:oute une scène que chaque album doit être taxé de merveille. Oui, c’est bien joué. mais dans le vide, avec une voix bien moins puissante qu’auparavant, joué avec un paquet de codes plus éculés les uns que les autres, c’est d’ailleurs bien pour ça que le final de la chronique sur Callisto est plutôt pertinent.
    la mode de chier sur COL… au secours. Vu le carton de leurs concerts, j’en doute.
    je trouve que c’est que du flan sur cet album, du flan bien produit, avec zolie possette et zoli titre pompeux, du flan qui peut toucher oui (le dernier Envy a bien réussi à me toucher malgré la misère de ses compos), mais du flan quand même. d’ailleurs, je ne comprends pas ce que t’entends par « ambiance bayou », je ne la vois absolument pas.
    le rythme général est lent, trop lent, je cherche encore la créativité là-dedans (putain, ce sont ces mecs-là qui ont fait de si terribles 3 premiers albums ? c’est eux qui ont sorti cet album éponyme absolument incontournable ? incroyable), cette voix pleine de retenue…
    je veux bien comprendre qu’on apprécie, qu’on soit touché, mais voir partout « COL sont des génies, fers de lance du mouvement, blablabla », ça m’titille sérieusement, vu le nombre de groupes hallucinants qui tournent, créatifs, avec un bon paquet de burnes, et pas spécialement du genre à « renier » gaiement leurs premiers opus sous prétexte de mélancolie.
    Bien content de retrouver ce genre de chronique sur le net. Surtout que c’est exactement le sentiment que j’ai partagé : 2 ou 3 premières écoutes ravies, puis un désenchatement brutal.

  13. jonben jonben says:

    Mouaih enfin moi je me méfierais. Si il y a eu une bonne surprise au début, c’est pas pour rien et ce désenchantement brutal est donc justement une réaction exagérée, on part d’un extrême à l’autre, alors que cet album sans être vraiment réussi est correct. Personnellement, je ne vois pas bien comment Cult of Luna auraient pu faire un album différent, il est dans la continuité de leur disco, avec certes un léger retour à quelquechose de plus brut qui a pu agréablement surprendre au début mais fallait pas non plus s’imaginer que le groupe allait singer son 1er album alors qu’ils ont toute une expérience de composition et de scène depuis. Je reste sur mon idée que le 1er et le dernier morceau sont vraiment très bons.

  14. pearly says:

    moi je ne comprends pas comment, et pourquoi, tu ne vois pas comment COL pourrait faire un album différent ?
    tu estimes donc que ce groupe est bon s’il se répète ? Qu’il est incapable d’aller vers autre chose, alors qu’il l’a fait par 2 fois après l’album éponyme ?
    Quant à singer son premier album, haha, impossible qu’ils le fassent, il n’y ma^ma aucun élément de ce premier a:bum dans leur musique actuelle. Et comme ils le disent si bien eux-mêmes, ce premier opus appartient à un passé qu’ils ne veulent pas déterrer.
    Bref, je n’attends aucunement un retour aux sources, mais j’attends d’un groupe qui a été capable d’un tel talent créatif/de composition qu’il soit capable de faire autre chose que de respecter une liste de codes.

  15. Hallu says:

    Avant, COL et Isis c’était quasi du headbang durant tout le concert, et maintenant c’est limite si tu vois pas leurs « fans » allumer des briquets à leurs concerts… Je me contrefous que leur musique soit moins rentre-dedans qu’avant, après tout les maîtres Neurosis font pareil et continuent à faire de bons albums, bourrés d’émotion. Là ce n’est pas de l’émotion sincère, c’est de la guimauve. Si tu veux de l’émotion véritable, tendue, et profonde, sans être bourrin, écoute donc un « Low » de Kill The Thrill par exemple, tu sentiras la différence avec ces désormais guignols suédois.

  16. pearly says:

    ha bah. Complètement de cet avis.

  17. fewz says:

    Non mais y’a quelques trucs vraiment sympas sur cet album. Et J’irai voir le groupe lors de son prochain passage près de chez moi. Ca c’est clair. Mais comme le dit Marc, cet album sonne comme un disque de second couteau. Les mecs se sont parodiés, autopompés. Comme l’a ajouté Pearly, ils se sont enfermés dans leurs codes… Jusqu’à sonner plastique. Bref, tout ça manque d’audace.

  18. thot says:

    Pour moi la suite directe de salvation
    j’adhère complètement!
    Je voulais du cult of luna et j’en ai eu!

  19. maynard says:

    on es pas la pour philosophe sur la musique, ce n’est que de la musique, pas de la philo faut arreter de vous toucher le bout en tentant de decortiquer la musique. tres honnetement, au niveau des recherche de melodie, de structure, changement de tempo etc… je le trouve genial cette album. puis le concept qu’il y a autour est assez sympa, car ils ont reussi à ne pas s’enfermer dans les « clichés » du concept album. il y a un vrai travail derriere, une vrai recherche. et si tu veu de la hargne ou de la rage ecoute du punk ou du hardcore la tu en aura, faut prendre la musique pour ce qu’elle est, et pas pour ce que tu voudrais qu’elle soit.

  20. Marc says:

    Ah non mais je te rassure, je prends la musique de CoL pour ce qu’elle est, et elle me fait positivement chier. :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *