Animal Collective – Strawberry Jam

6 Commentaires      955
Style: psyché-electro-folkAnnee de sortie: 2007Label: Domino

Les trente premières secondes du titre introductif, « Peacebone », ont dû en égarer plus d’un se demandant si c’était bien un album d’Animal Collective. Il est vrai que ces bidouillages électro ne sont pas totalement familiers de ces géniaux chercheurs de sons. Le reste de la chanson est déjà plus accessible et c’est là que réside toute la force de cet album, car le groupe a réussi à transposer son univers folk pastoral et ses comptines loufoques dans des contours musicaux plus actuels et électroniques. Le groupe n’a pour autant pas perdu ses accents psychédéliques comme en témoigne « Chores » et ses parties vocales évanescentes tournoyant autour de l’auditeur comme une fascinante masse sonore en mouvement.

Le groupe a réussi une métamorphose qui n’était pas gagnée d’avance. Pourtant, et c’est peut-être cela l’important, il a réussi à ne pas s’égarer et à composer de magnifiques chansons, la plus marquante pour moi restant « For Reverend Green ». Dans ce morceau, le groupe alterne des chœurs joyeux et des cris bestiaux, avec des mélodies qui font tout de suite mouche et des accords transcendants. Entre simplicité et raffinement, deux termes qui conviennent très bien à ce Strawberry Jam.

Un autre fait à noter est dans le caractère évolutif de l’album, je m’explique, j’ai l’impression que le groupe avait construit ce disque comme s’il avait cherché à disserter sur sa vision de la musique actuelle. En effet, les premiers titres sont plutôt directs et dansants, reposant sur des mélodies efficaces et des cris retentissants, puis, à partir de « #1 », les chansons se font plus expérimentales, les voix trafiquées, les bidouillages répétitifs et barrés, la musique du groupe se révélant profonde voire avant-gardiste (je sais que ce terme a été utilisé à toutes les sauces avec parfois beaucoup d’égarements). Le « Derek » final étant assez révélateur, on est sur une base connue (qui pourrait d’ailleurs appartenir aux précédents albums du groupe) puis le groupe vient parasiter cette paisible chanson avec joie et fureur comme s’il voulait dire « maintenant on fait ça et on en est fier ».

Vous l’aurez compris cet album est un incontournable, c’est peut-être pour moi le plus original de 2007 et il place le groupe comme une entité à surveiller avec l’espoir d’être transporté dans des univers innovants et à chaque fois différents. L’EP Water Curses suivant la sortie de Strawberry Jam nous donnant quelques pistes sur les idées et les buts du groupe. J’espère maintenant qu’ils arriveront à être plus convaincants et efficaces en live après leur concert plutôt décevant de l’Alhambra en mai dernier, à Paris.

  1. peacebone
  2. unsolved mysteries
  3. chores
  4. for reverend green
  5. fireworks
  6. #1
  7. winter wonter land
  8. cuckoo cuckoo
  9. derek

Du meme groupe

6 Commentaires

  1. Marc says:

    Chouette première chro, bienvenue sur eklektik mec !

  2. fewz says:

    Bienvenue sur Eklektik! Belle entrée en matière avec ce superbe album!

  3. darkantisthene says:

    musique insupportable, à chroniquer à petite dose donc ! (non parce que somath/dose) ; allez va wèleucome quand même !

  4. wakos says:

    Coolos la chro’… Et bienvenue dans l’équipe m’sieur !

  5. Rico says:

    Cet album me fait penser à du sous Boredoms … je ne suis pas trop fan de cet album.

  6. somath says:

    Merci pour les messages de bienvenue. Je ne suis pas d’accord pour le « sous Boredoms », bien qu’il y ait une influence certaine Animal Collective a réussi à la digérer et à imposer sa marque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *