High On Fire – Death Is this Communion

Pas de commentaires      1 093
Style: stonerAnnee de sortie: 2007Label: Relapse

Pas trop tôt qu’elle vienne enfin cette chro, depuis le temps qu’elle traînait dans les cartons de votre serviteur qui n’a pas été très productif ces derniers temps et qui s’en excuse. Il s’excuse aussi de vous servir un travail qui a presque dépassé sa date limite de publication (album sorti en septembre 2007). Un peu plus et on aurait été obligé de la jeter, s’eut été dommage pour les amateurs de gras. Car question gras, il y en a à revendre dans le stoner de la bande à Matt Pike, ex-guitariste du sanctifié Sleep (auteur de l’album Jerusalem et de son riff prophétique).

Niveau gras, le précédent album du trio américain, Blessed Black Wings, en avait à revendre. Sorte de mélange puissant et dévastateur de Black Sabbath, Motörhead et Slayer avec une pincée sludgienne pour rendre le tout encore plus lourd dans l’estomac. Petit changement dans le line-up pour ce Death is this Communion avec Jeff Matz comme nouveau bassiste en remplacement de Joe Preston. Matz ne doit pas être trop dépaysé de son nouvel employeur, lui qui maltraite la 4-cordes dans Zeke – sorte de Motörhead encore plus crados et bruyant que l’original, pour les amateurs de poésie avant tout – car Matt Pike est une sorte de Lemmy Kilmister souffrant d’une tumeur du larynx (déjà que l’original n’est pas un monument de finesse vocale).

Avec Death is this Communion, High on Fire a revendu une partie de ses actions Slayer. En clair, ça poutre moins que sur l’album précédent. Ça se veut même plus finaud par moment comme sur l’instrumental « DII » et ses guitares entrelacées ou sur un « Ethereal » qui est moins bruyant que ce que fait le groupe habituellement (beau solo gracieux à la fin de ce morceau d’ailleurs). On retrouve aussi plus de guitares à sonorité indienne (« Waste of Tiamat », « Khanrad’s Wall » ou le début de « Cyclopian Scape »).

Cependant, la recette éprouvée sur Blessed Black Wings est quasiment la même sur Death is this Communion. Elle a certes fait ses preuves mais elle commence à lasser. Sans doute parce que High on Fire n’est jamais meilleur que quand il envoie la purée et qu’on ne peut s’empêcher d’éprouver une sensation de redondance sur certains titres (« Death is the Communion » par exemple). High on Fire ça reste du lourd mais espérons que le groupe fasse évoluer un peu plus leur recette à l’avenir.

  1. fury whip
  2. waste of tiamat
  3. death is this communion
  4. khanrad’s wall
  5. turk
  6. headhunter
  7. rumors of war
  8. dii
  9. cyclopian scape
  10. ethereal
  11. return to nod
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *