Hollenthon – Opus Magnum

3 Commentaires      1 234
Style: Death SymphoniqueAnnee de sortie: 2008

7 ans après la disparition d’Hollenthon suivant la sortie de With Vilest of worms to dwell revoici les Autrichiens pour le plus grand plaisir de la poignée de personnes ayant suivi leur carrière. Poignée puisque ce groupe, considéré par certains comme un groupe culte n’aura cependant jamais réussi à percer sans que l’on puisse s’expliquer le pourquoi du comment. Du coup c’est presque dans l’indifférence que le groupe s’est endormi en 2001 et c’est presque dans l’indifférence que le groupe s’est réveillé fin 2007 par le biais de différentes annonces. La raison de ce relatif désamour et de ce sommeil vient de ce qu’est Hollenthon : un side-project. Effectivement Martin Shirenc, tête pensante d’Hollenthon est beaucoup plus connu pour son travail dans le groupe de death Pungent Stench, et c’est pour se consacré à ce dernier groupe qu’Hollenthon a été mis en pause. Avec le récent split de Pungent Stench (jusqu’à quand ?) Martin Shirenc a donc retrouvé son ami Mike Gröger (que peu connaisse comme étant le mentor de feu-Raventhrone) et Hollenthon est revenu à la vie. Triste position que celle de ce groupe relégué au second plan par ses géniteurs même.

Bref, début 2008 un clip étrange fait son apparition, accompagnant le morceau « Son of perdition ». On y retrouve tout ce qui a fait le (non) succès de Hollenthon avec ces rythmiques lourdes, cette voix caverneuse unique et les éléments classiques si typiques. Bref le cœur des fans d’Hollenthon se réchauffe et le meilleur est attendu pour l’album.

Nous sommes en 2008, fin de la rétrospective, Opus Magnum sort, Hollenthon est officiellement de retour.

La première impression est vérifiée, Hollenthon n’a pas subi de transformation, Hollenthon n’a pas vendu son âme au grand dieu dollar et Hollenthon va très bien merci pour eux. L’écoute d’Opus Magnum est de ce fait beaucoup plus simple que pouvait l’être l’écoute de With vilest après un Domus Mundi plus expérimental. C’est d’ailleurs là que le bas blesse peut-être un peu. Effectivement Hollenthon nous avait habitué à changer, à évoluer, et le manque d’évolution entre WVOWTD et Opus Magnum peut chagriner. Tout est superbement bien exécuté, bien produit, avec un bel artwork, bref c’est Hollenthon tel qu’on l’avait quitté il y a 7 ans. J’aurais peut-être souhaité plus d’évolutions, plus de prise de risques.

Ceci dit je fais mon râleur mais il était totalement inconcevable pour un fan du groupe de laisser passer ce disque, comme il est inconcevable d’en dire du mal. Hollenthon est un groupe définitivement à part qui aura pu choisir la facilité (relative, il faut quand même voir la complexité des compos avant de râler) mais qui garde une grande maîtrise de sa musique. Très bon disque donc, mais 7 ans c’est long les mecs….

  1. on the wings of a dove
  2. to fabled lands
  3. son of perdition
  4. ars moriendi
  5. once we were kings
  6. of splendid worlds
  7. dying embers
  8. misterium babel

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. AlCheMist says:

    La mixture avait l’air alléchante, l’écoute d’un extrait (Son of perdition) m’a vite calmé… J’ai trouvé ce titre basique et lourdaud. Et puis ces choeurs à la ‘300’ sur le refrain. Ca manque de lyrisme ou de folie tout ça. Et puis cerise sur le gâteau indigeste, j’aime ni la voix du grogneur ni le chant féminin qui me paraît bien fadasse. Le reste de l’album est dans cette lignée ou c’est le coup du ‘pas de bol t’es tombé sur le pire titre’ ?

  2. dah-neir says:

    Ah bah c’est pareil sur tous les titres je dirais. Les voix féminines non mais la voix du grogneur et les coeurs à la 300 par contre y en a partout :)

  3. ellestin says:

    un premier album surprenant et cosmopolite en forme de tour d’horizon, ô combien rafraichissant, d’une multitude de folklores. Un deuxième album extrêmement décevant recentré sur les power chords et la marmite symphollywood. Si le troisième ne revient pas vers le premier (ce qui semble ressortir de la chro), ce sera ++

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *