Nick Cave & The Bad Seeds – Dig, Lazarus, Dig !!!

Nick Cave & The Bad Seeds - Dig, Lazarus, Dig !!!

Un nouvel album de Nick cave est pour moi toujours quelque chose que j’attends avec beaucoup d’impatience. C’est que sur tous les disques que le monsieur et ses mauvaises graines ont sorti en vingt-quatre ans de carrière, je n’ai jamais été déçu. Toutefois, ce dernier disque marque en quelque sorte un tournant car il a été presque autant composé par Nick cave que par Warren Ellis (violoniste fou des Bad Seeds et de Dirty Three, sosie du, pas tout à fait, fidèle compagnon de Corto Maltese, Raspoutine), cette complicité rapprochant ce disque du Grinderman sorti l’année dernière.

Musicalement cet album se rapproche donc plus d’Henry’s dream et Tender Prey que de No More shall we part ou The boatman’s call, Nick cave utilisant ici plutôt son don pour composer des hymnes fédérateurs (« Dig Lazarus Dig », « Lie down here (and be my girl) », « we call upon the author »…) sans oublier une magnifique balade : « Jesus of the moon ». Notre homme est d’ailleurs plutôt remonté sur cet album, apostrophant son Dieu par rapport à l’état du monde actuel.

L’album s’ouvre sur deux titres imparables, fourmillant d’idées au niveau de l’arrangement et de chœurs entraînants. On reconnaîtra alors au groupe un fabuleux talent pour varier les ambiances, l’album se poursuivant sur « Moonland » et « Night of the Lotus eater », chansons plus lentes traversées par de puissants groove, le groupe posant une parfaite assise pour un Nick cave toujours aussi habité par ses histoires. Ce disque est donc du vrai travail de professionnel, les musiciens étant tout à fait rodés pour accompagner leur chanteur, pourtant, de cet album se dégage une grande fraîcheur et quelque chose d’accrocheur et d’unique. Parlons maintenant de « Midnight Man », LA perle de cet album, qui dans un registre rock-pop plutôt calibré nous envoie une mélodie incroyable pour finir sur un orgue enragé carrément rock’n roll.

Il est finalement difficile de parler de ce genre d’album qui ne développe pas une originalité incroyable ou des changements majeurs par rapport au reste de la discographie du groupe mais qui a ce charme et ce souffle qui rendent cet opus indispensable.

  1. dig, lazarus, dig !!!
  2. today’s lesson
  3. moonland
  4. night of the lotus eaters
  5. albert goes west
  6. we call upon the author
  7. hold on to yourself
  8. lie down here (and be my girl)
  9. jesus of the moon
  10. midnight man
  11. more news from nowhere

6 commentaires

  1. Certes on ne peut pas parler d’album majeur du sieur Nick Cave, mais ses qualités le situe de toute façon en haut du panier.
    Je suis tout à fait d’accord avec ta chronique

  2. Y’en a pas mal qui ce sont détournés du père Cave. Avec cet album bien catchy, bien rock’n’roll, ils devraient peut-être y revenir sauf si évidemment ils sont restés boclés sur les From her to eternity &co…
    Très bon album pour ma part et chronique bien cool.

  3. Pour ma part toutes les périodes de Nick cave me plaisent et ses albums les plus réussis sont selon moi Tender Prey et No more shall we part, dans 2 registres très différents. Le seul album un peu faible est nocturama bien que tout à fait correct.

  4. Tender Prey en effet ainsi que les deux précédents. Après j’ai un gros faible pour Henry’s dream et Murder’s Ballads. Après justement No more shall we part m’a lassé comme d’autres albums jusqu’ à Nocturama qui je trouve reprend un peu le flambeau. Pas écouté le double qui a fait suite.

  5. Le double est très bon : une sorte de renaissance créative pour Nick Cave et les prémisses de son Grinderman : un retour vers une musique plus nerveuse.

  6. Oh oui henry’s dream quelle tuerie!!
    Par contre Murder’s ballads je le trouve un peu inégal.
    Et le double est bien bon mais je préfère le dernier..

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).