Fuck The Facts – Disgorge Mexico

1 Commentaire      995
Style: death/grind/hxc chaotiqueAnnee de sortie: 2008Label: Relapse

Après un premier disque sur Relapse où les chansons dépassaient largement le cap de la minute trente, presque une anomalie pour un groupe que l’on classifie en grind, Fuck the Facts revient avec quatorze titres allant de 30 secondes à neuf minutes.

Les titres les plus courts ne sont pas pour autant des signes d’un compromis vers un son grind pour traditionnel. Comme à leur habitude, les chansons de Fuck the Facts débordent d’idées et de changement. Impossible pour le groupe de répéter pendant trop longtemps une même idée, il y en a trop, alors il faut les étaler toutes pour leur donner chacune leur chances tout en ne perdant rien en cohérence. Or, contrairement à beaucoup de groupes qui se veulent chaotiques mais, ne font qu’enfiler riffs après riffs, Fuck the Facts permet à chacune de respirer.

De même, la courte durée de certaines chansons n’empêchent pas le tempo de ralentir. « As empires expand and collapse » se permet d’être mid tempo en ne dépassant pas la minute trente.

Les petits ajouts électroniques ne se font plus remarquer comme par avant et donnent donc le champ libre à l’habituel trio guitare / basse / batterie. Ces instruments se chargent de toute manière très bien d’occuper l’espace grâce à des compositions inspirés autant musicalement qu’émotionnellement parlant. La voix de Mel Mongeon est par contre moins efficace qu’auparavant. Peut-être car ses paroles sont moins compréhensibles que sur l’album précédent où elle hurlait parfois des paroles très touchantes en français? Il en incombe donc aux mélodies de « Driving through fallen cities » ou de « No return » de procurer cette décharge émotionnelle qui avait fait de Stigmata high five un disque si remarquable en comparaison de nombreux groupes de grind violent et jouissif que l’on distingue mal dans la masse.

Enregistré très rapidement avec beaucoup de galère à la clé, si l’on en croit les blogs que publiaient le groupe à l’époque, Disgorge Mexico n’est pas un disque mal dégrossi mais, le produit d’une longue réflection. Cette reflection, Fuck the Facts l’a fait décanter depuis déjà huits albums (et d’innombrables splits receuillis sur un double CD) et continue d’être à la hauteur de ce que l’on peut attendre d’eux. Leur grind blast toujours autant mais, continue de surprendre et de prendre les chemins de traverse que peu de groupe du genre emprunte. A l’instar de Cephalic Carnage ou de Pig Destroyer, la musique de Fuck the Facts s’enrichit de disque tout en étant toujours associé à la culture grindcore.

C’est par cet état d’esprit que Fuck the Facts rejoint le groupe qui lui a donné son nom, Naked City, en empruntant des éléments au grindcore pour faire leur propre musique. Une musique qui n’a pas fini d’étonner et de ravir toutes celles et ceux pour qui la musique et l’art en général ne doit pas être évident et facile d’accès mais complexe et enthousiasmant.

  1. borders
  2. no return
  3. absence and despite
  4. kelowna
  5. as empires expand and collapse
  6. dead end
  7. driving through fallen cities
  8. la culture du faux
  9. state of panic
  10. no place for failure
  11. the storm
  12. apathy is a karma killer
  13. golden age
  14. the pile of flesh you carry

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. noohmsul says:

    Tiens pas de commentaire ici! Je suis en train d’écouter l’album et je trouve ça franchement intéressant! J’aime ce genre de grind ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *