Stigma – When Midnight Strikes

2 Commentaires      1 045
Style: death-coreAnnee de sortie: 2008Label: Twilight Vertrieb

Franchement voilà un album qui l’air de rien, envoie le pâté et bien comme il faut. Dans un genre peu original qu’on identifiera facilement comme du death-core, les italiens de Stigma réussissent mine de rien avec ce When Midnight Strikes une jolie performance.
Hyper accrocheur et puissant, l’album s’écoute comme du petit lait (enfin sauf si vous détestez le lait comme moi auquel cas ma métaphore est complètement foireuse).
Démarrant avec un extrait du film Dracula, faisant ainsi le lien avec la thématique générale qu’on devine facilement en voyant l’artwork orienté « vampires », l’album nous emporte à grande vitesse pendant environ 40minutes.

A défaut de proposer une mixture originale, les italiens misent tout sur l’efficacité redoutable de leurs compos, efficacité appuyée par une qualité d’exécution assez irréprochable. Les « tubes » s’enchaînent dès « I am Dracula » et même si la musique de Stigma est évidemment violente, cette violence est quelque peu atténuée par le côté assez mémorisable de leur musique, ce qui donne un côté un peu « death-core pour les Nuls » à cet album qui pourra rebuter les amateurs éclairés de ce type de musique, mais qui devrait au contraire rendre l’album plus ouvert à des auditeurs moins habitués à un tel niveau de violence.
Quelques moshparts bien senties viennent comme il se doit agrémenter les morceaux confirmant le côté metalcore de l’album, comme sur « To Be Really Dead… That must be Glorious ! ».

Autant d’un point de vue technique et musical, que sur le plan vocal, le groupe est hyper carré, les vocaux de Ghersi étant même très impressionnants et pas si monocordes qu’on pourrait le croire de prime abord : outre le fait qu’il soit par moments secondé par des invités (peu connus) comme sur « To Be Really Dead… » ou « Walking the Fields of Apocalypse » il se permet aussi de varier son registre personnel en flirtant avec le black metal sur « A Call for Vengeance ».

Sincèrement, même si cet album n’est en rien révolutionnaire vous l’avez bien compris, je ne vois vraiment pas ce que je pourrais bien lui reprocher. L’achat de When Midnight Strikes n’a rien d’indispensable (même s’il est tout à fait recommandé aux fans de groupes comme Black Dahlia Murder par exemple) c’est certain mais c’est en revanche typiquement l’album qui vaut le coup si vous le trouvez pas trop cher ou en occaze et qui vous en donnera alors clairement pour votre argent avec sa haute teneur garantie en headbanging.

  1. walpurghis night (intro)
  2. i am dracula
  3. silver bullets and burning crosses
  4. to be really dead… that must be glorious!
  5. flesh ritual
  6. beneath the crown of eternal light
  7. blood, your precious blood!
  8. a call for vengeance
  9. waling the fields of apocalypse
  10. sons of midnight
  11. epitaph of pain (re-mixed bonus track)
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 897 articles sur Eklektik.

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. ellestin says:

    tu manges pas de fromage? Quelle tragédie…

  2. krakoukass Krakoukass says:

    Ah si si du fromage, des yaourts… En fait j’aime juste pas le lait liquide c’est tout…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *