Melvins – Nude With Boots

7 Commentaires      1 191
Style: sludge/punk/metalAnnee de sortie: 2008Label: Ipecac

Des bruits de pas, des clochettes, et soudainement, PAM, Melvins are back. Ils vous attaquent directement avec un coup de pied au cul qui fait du bien par où il passe. Pas le temps de se relever la machine est lancée, les riffs se succèdent, l’incroyable section rythmique agit comme un rouleau compresseur sur nos pauvres oreilles, les riffs frappent la joue gauche pour mieux frapper la droite et l’on ne peut rester qu’ébahit devant tant de maîtrise. Voilà comment je résumerais l’effet procuré par le premier titre de ce nouveau Melvins, et je pourrais d’ailleurs dire la même chose pour tous les titres de cet album qui se devait de succéder avec brio à l’excellent (A) senile Animal.

Ce dernier avait en effet replacé les Melvins sur la ligne des meilleures formations actuelles (si on les avait enlevés de là) avec une variété incroyable dans le cartable sonore du groupe, un son à tout faire trembler et un souffle qu’on retrouve chez très peu de jeunes formations actuelles. Pour résumer : les papis font de la résistance. On pouvait donc attendre beaucoup de cet album, et l’on peut dire qu’à l’écoute de ces 11 titres ils ne déçoivent vraiment pas, au contraire même. Pourtant, ils n’ont pas joué la carte de la facilité, insufflant dans leur rock vaguement sludge une grosse dose d’influences 70’s. Un disque rétro donc ? Pas du tout, car si certains riffs nous rappellent Led Zeppellin (« the kicking machine ») ou Rush, les Melvins, qui n’ont jamais aussi bien sonné que depuis l’arrivée des deux membres de Big Business, garderont toujours ce son massif plus proche des années 90. Les influences rock/prog de la génération hippie sont plutôt là pour colorer ce disque, le distinguer de ses prédécesseurs, et servir de clins d’oeil à une histoire du rock où les Melvins se sont depuis longtemps fait une place d’honneur.

Que pourrais-je raconter d’autre sur ce disque ? On peut rajouter qu’ils se permettent de reprendre le thème du Dies irae de la messe des morts dans une relecture expérimentale glaçante, qu’il y a dans ce disque plus de riffs passionnants que dans tous les autres disques de rock de l’année, que la voix du King n’a rien perdue de sa ferveur. On pourra également dire que les chœurs presque « heavy dégoulinant » de Jared Warren rajoutent puissance et grandiloquence, et que d’avoir deux batteries est un plus énorme, aussi bien pour le son du groupe que pour donner un aspect dynamique et lourd à l’ensemble de leurs nouvelles compositions.

J’imagine que cet album va accueillir son lot de réfractaires, pourtant je vois difficilement comment un album de cette trempe ne pourrait faire l’unanimité. Les Melvins sont grâce à ce disque parvenus à phagocyter toutes leurs influences et leurs anciens disques pour offrir un opus massif et décomplexé, complexe et jubilatoire, tout simplement un très grand disqu s’inscrivant directement dans le haut de la discographie de ce groupe qui n’a plus rien à prouver mais continue de nous émerveiller avec grande intelligence.

  1. the kicking machine
  2. billy fish
  3. dog island
  4. dies iraea
  5. suicide in progress
  6. the smiling cobra
  7. nude with boots
  8. flush
  9. the stupid creep
  10. the savage hippy
  11. it tastes better than the truth

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

7 Commentaires

  1. Neurotool says:

    Via ce commentaire je fais mon mea culpa. Cet album est excellent et le précédent aussi. Ils ont mis longtemps à me convaincre mais il faut se rendre à l’évidence: les albums tournent régulièrement depuis quelques semaines, ces enfoirés m’ont bien eu . Et rien que pour ça ils méritent allègrement leur statut d’artiste.

  2. Faya says:

    Surprenant de ta part neuro, tu avais vraient l’air réfractaire. En ce qui me concerne, je n’ai jamais été complètement convaincu par ASA. Trop « rapide », pas assez lourd, trop prévisible… Ici ils rattrapent tout ces petits défauts, c’est du melvins gras et bizarre comme on l’aime, avec une ode lancée à leurs amours du rock. Un disque qui donne le sourire !

  3. Neurotool says:

    Comme quoi il ne faut jamais désespéré… ;-)

  4. 1ternot2baz says:

    pouah ça me fait penser que je me suis payer « houdini » en promo et que j’ai jamais daigné y jeter une oreille………….. Est-ce une bonne référence ?

  5. Neurotool says:

    A h oui plutôt, très bon album des Melvins.

  6. somath says:

    Oui Houdini reste pour moi un des meilleurs albums des Melvins, très lourd, sombre, mélodiquement parfait…

  7. Lazarus says:

    Excellent album, rien a dire !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *