And Also The Trees – (Listen For) the Rag and Bone Man

1 Commentaire      1 331
Style: post punk mélancoliqueAnnee de sortie: 2007Label: Aatt

Quand on y réfléchit, il est finalement rare de trouver des groupes qui au cours de leurs carrières auront réussis à se renouveler avec succès, et si on prend les groupes de la période cold wave, ils doivent se compter sur les doigts de la main. Pourtant je vous ai trouvé ici une petite perle qui vous tiendra en haleine pendant un nombre immense d’écoutes passionnées, le dernier And also the trees. Ce groupe qui aura passé la grande époque sous l’ombre de groupes tels que The cure nous gratifie en effet d’un album qui vous rappellera beaucoup plus Madrugada, iliketrains ou Nick Cave que les vieux garçons mal coiffés.

On pourrait finalement résumer cet album à cette magnifique pochette qui nous renvoie au Quai des brumes de Marcel Carné, cette vieille bicoque au milieu de nul part, intrigante de par son état et son environnement. De cette comparaison à peine tirée par les cheveux, on retiendra le côté fortement cinématographique de ce (listen for) the rag and bone man. En effet, à l’aide de guitares teintées par le post rock (« stay away from the accordion girl »), d’une sombre contrebasse et d’une voix magnifiquement mélancolique, le groupe se dote d’un très fort pouvoir d’évocation et l’on se sent happé par cette nuit plutôt étrange.
Tout commence par « domed » et cette longue montée qui tournoie autour de l’auditeur et se conclut avec classe dans une explosion maîtrisée et étonnante de classe. J’ai parlé de post-rock non ? Si le chant constamment présent s’était envolé c’est le terme que j’emploierai naturellement même si l’ensemble reste plutôt calme et n’explose que pour libérer une tension, sans trop en faire, avec une étonnante justesse et un profond sens de l’émotion (« the legend of Moclow »). Car si le groupe s’est éloigné de la musique de ses débuts, il en aura gardé les deux composantes les plus importantes, l’émotion et la noirceur. Pourtant si noirceur il y a, elle est finalement surpassée par une lumière indéfinissable, touchant de grâce chaque note du groupe.
Je vais maintenant souligner un point qui me semble important, le batteur. Il est en effet très rare d’être, pour ma part, impressionné par ceux-ci dans une musique calme, hors jazz. Pourtant, là, rien à redire, à chaque écoute, je succombe sur les finesses rythmiques, les jeux de cymbales, les contretemps admirablement placés qui ne sont que du bonus pour le groupe.
Une dernière chose à ajouter, la durée de vie, ce disque étant définitivement de ceux qui se laissent apprécier avec le temps, dévoilant un nouveau visage, un nouvel univers, à chaque écoute.

Il est maintenant temps pour moi de me taire sur le sujet, ayant peur de trop me répéter sur l’extrême qualité de cet album et en vous souhaitant une belle plongée dans cet univers mystérieux. Et comme ils le disent si bien à la fin de l’album : everything will be all right. Eblouissant.

  1. domaed
  2. the beautiful silence
  3. rive droite
  4. mary of the woods
  5. where the land lies
  6. the legend of mucklow
  7. untitled
  8. candace
  9. stay away from the accordion girl
  10. the saracen’s head
  11. on this day
  12. a man with a drum
  13. under the stars
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. sainte breuze says:

    Je ne peu que saluer cette chronique que je rejoint à 200%. Album hors styles, hors catéguories. On peu suivre chaque instrument séparément avec un plaisir égal et l’ensemble procure le bohneur d’écouter un grand album!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *