Hayaino Daisuki – Headbanger’s Karaoke Club Dangerous Fire

Pas de commentaires      257
Style: thrash mélodiqueAnnee de sortie: 2008Label: Hydrahead Records

Où commence Gridlink et où finit Hayaino Daisuki ? En plus de son investissement dans un nouveau groupe de grindcore similaire aux défunts Discordance Axis pour lesquels il était le hurleur, Jon Chang est maintenant aussi le hurleur attitré de Hayaino Daisuki. La différence ? Pour Chang, aucune. Il pousse toujours le même type de vitupération stridente et corrosive que ses fans apprécient tant. En dessous de cela on trouvera par contre des riffs thrash mélodiques efficaces et un tempo rapide digne du nom que s’est donné le groupe : Hayaino Daisuke = Nous adorons la vitesse. Le nom de l’album et la photo au décor enflammé derrière laquelle les membres du groupe posent tels des membres de Kiss ou d’un quelconque groupe de glam ne laissent rien au hasard. Hayaino Daisuki est un projet « pour s’amuser », un groupe dans lequel on ne cherche pas à révolutionner mais simplement à imiter les groupes de thrash et de hard rock de sa jeunesse. Une idée bien peu engageante en théorie, tant les side projets se sont souvent révélés être des excuses pour sortir un peu de plastique et boire plus de bière, qui vaut pourtant le coup ici pour tous les amateurs de thrash. Municipal Waste ayant réveillé le gout du public pour un thrash dénué de sérieux, Hayaino Daisuki propose sensiblement la même chose mais, dans une version moins punk et avec surtout seulement quatre titres. C’est, encore une fois (voir la chronique du premier album de Gridlink) bien peu. Dommage car, il y a matière à parler. Entre tous ces riffs et ces solos il n’y a tout simplement rien à redire. Du metal sans prétention en dehors de celle de s’amuser. Rien de plus mais rien de moins non plus.

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>