Ill Bill – The Hour of Reprisal

Pas de commentaires      2 260
Style: rapAnnee de sortie: 2008Label: Uncle Howie Records

A l’instar de The Prefix for Death de Necro qui faisait se rencontrer des artistes rap et des artistes metal dans un disque véritablement rap, The hour of reprisal propose un panel d’artiste allant de Max Cavalera jusqu’à Everlast (ex. House of Pain, la Coka Nostra) pour un résultat beaucoup plus mitigé que le disque de son frère.

Débutant sur une note sombre et lente (et un featuring de Howard Jones de Killswitch Engage), « Doomsday » amorce le début d’un disque au propos sombre. Ill Bill continue de parler de violence, de drogue, de corruption et de la guerre comme durant ses jours au sein de Non Phixion. La drogue et la dépendance y sont par contre traités sous un angle beaucoup plus sombre que sur The future is now où le groupe se vantait bien souvent de consommer de la coke et faisait intervenir le fameux Uncle Howie (toxicomane notoire que l’on peut voir se shooter dans le clip de « I need drugs » de Necro) comme une sorte de témoin de la vie dans les rues. Les interventions de Howie, toujours enregistrées de la même manière que sur The future is now sous la forme d’extraits de conversations, soulignent la déchéance et la perte d’humanité qu’entraine la dépendance. Un rejet de la drogue exprimé avec virulence et honnêteté sur « My uncle ». Ill Bill déclare même en introduction de cette chanson qu’il l’a écrite afin de toucher son oncle et de lui faire prendre conscience de sa vie.

Tout au long de l’album, Ill Bill touche à des sujets graves mais déploie un talent de rappeur témoignant de son honnêteté et de son engagement émotionnel dans ces causes. Tout n’est toutefois pas sombre et l’on a même aussi droit à deux chansons aux accents reggae, dont une où apparait HR, chanteur des Bad Brains, plus ou moins bien faites. A noter aussi une chanson au sujet presque irréel sur un disque de rap (même en connaissant la passion des deux frères pour le metal et le sample de guitare de « Trust nobody ») : « U.B.S. (Unauthorized Biography of Slayer) », une courte biographie de la carrière de Slayer, produite par Necro. Totalement anecdotique musicalement mais, amusante (le rappeur annonce aussi à la fin qu’il traitera la prochaine fois de la biographie de Bad Brains). D’autres références au metal interviennent quelques chansons plus tard sur « The Most dangerous weapon alive » où l’on peut entendre des noms d’albums de Iron Maiden et de Ozzy Osbourne ainsi que Sick of it All et Warzone.

Le gros défaut de ce disque réside surtout dans les productions de Ill Bill dont le point commun est d’être trop artificielles. « Trust nobody » et son sample d’un solo de Slayer est gonflé par des notes de clavier, très bling bling et surtout très froid, tandis que « My uncle » est accompagné d’arpèges de guitare tellement plats qu’on le croirait composé sur ejay. Les connaisseurs de ce logiciel grinceront des dents rien qu’en imaginant le résultat. Les autres pourront s’imaginer ce que donne le son d’une guitare reproduit électroniquement et extrêmement faiblarde. La chanson n’en manque pas moins de puissance grâce au flow de Ill Bill mais, cet aspect empêche le titre, tout comme l’album, de s’élever du sentiment globale de médiocrité que dégage cette succession de compositions sans relief. Les featuring de Dj Lethal (House of Pain, Limp Bizkit) et Dj Premier (Gang Starr) ne manque pas d’ajouter au tableau un des clichés les plus crétin du gangsta rap, des détonations d’armes à feu. Les featuring sauvent en général la mise, comme celui de Vinnie Paz (Jedi Mind Tricks) accompagnant Ill Bill sur la production de DJ Lethal mais, on aurait préféré qu’il n’ait pas à faire tant d’effort pour remonter le niveau.

Les interventions de Dj Muggs et de Necro sont par contre beaucoup plus agréables et produisent des résultats enthousiasmants comme « This is who I am » et « Only time will tell » qui conclut l’album efficacement avec des apparitions de Necro, Tech N9ne et un Everlast en mode blues sur le refrain. Une conclusion qui ne remonte cependant pas le niveau de ce disque. Sur dix-huit titres il aurait été préférable de n’en garder qu’une dizaine parmi les plus efficaces. The Hour of Reprisal serait alors un album sympathique et non cette enfilade de titres en demi teinte.

  1. babylon (feat. howard jones)
  2. doomsday was written in an alien bible
  3. trust nobody
  4. a bullet never lies (feat. vinnie paz)
  5. white nigger
  6. my uncle
  7. riya (feat. hr et daryl jenifer)
  8. war is my destiny (feat. immortal technique et max cavalera)
  9. society is brainwashed
  10. this is who i am
  11. too young (feat. hero et slaine)
  12. pain gang (feat. b-real et everlast)
  13. u.b.s. (unauthorized biography of slayer)
  14. coka moshiach
  15. the most dangerous weapon alive
  16. soap (par howie tenenbaum)
  17. i’m a goon
  18. only time will tell (feat. necro, tech n9ne et everlast)

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *