Outcast – Self-Injected Reality

2 Commentaires      1 078
Style: death metolAnnee de sortie: 2008Label: Thundering Records

Après un First Call Last Warning datant de 2005 qui avait donné le ton et averti qui voulait bien l’entendre du potentiel certain qui ne se cachait pas derrière Outcast (jeune groupe de région parisienne de son état), les voilà de retour avec un 2ème album qui précèdera apparemment de peu le 3ème (on en reparlera).

J’avais bien aimé le précédent album mais dès le lancement de ce Self-Injected Reality, on ne peut s’empêcher de noter quelques changements au premier rang desquels une certaine radicalisation des compositions et du style pratiqué. Nous les avions laissé sur un thrash/death à la Dew-Scented et même si certains titres maintiennent la filiation comme le début de « Fragmented Memories » ou « Deviance », pour le reste tout semble à la fois moins thrash, plus death, et aussi plus technique. Le niveau atteint ici est même tel qu’on est parfois pas loin d’avoir affaire à un Psycroptic en bonne forme (les cavalcades frénétiques de « Denial of Elapsed Time ») voire à un Neuraxis des familles.

Il est par ailleurs assez incontestable que le groupe français a été depuis quelques années influencé par quelques poids lourds modernes de la scène extrême, comme Meshuggah ou Gojira. Mais cette influence n’est jamais encombrante et n’appelle que très rarement (voire pas du tout) de commentaires du style « tiens on dirait bidule là » (allez un peu quand même sur les harmoniques sifflées qui sont parfois de la partie comme sur « Denial… », « Hysteria » ou « Collapsed into Oblivion » et qui font penser à nos Godzilla favoris). On peut aussi déceler ponctuellement une subtile influence qu’on pourrait raccrocher à Textures, et qui se sent sur les passages les plus mélodiques voire atmosphériques de l’album (voir la fin de « Allegiance » ou les passages superbes de « Collapsed into Oblivion » ou la mélancolie de « Feelings Transgression » sur lequel la basse de Clément fait merveille).

Mais je vous le dis, Outcast est à l’évidence libre, à l’aise dans son style, et se permet même quelques fantaisies assez inattendues, comme ce passage jazzy sur « Reversal » qui arrive sans prévenir et fait son petit effet ou avec un peu plus loin, un très bel instrumental (« Materia Prima »).
Je parlais de progression et de niveau technique en début de chronique, les preuves ne manquent pas à mesure que l’album égrène ses titres qui fracassent, à l’image des nombreux solos de guitare qui parsèment l’album et dont le niveau est vraiment très impressionnant…

Le groupe s’offre même la visite d’invités prestigieux avec les participations (pas toujours très évidentes à l’oreille soyons honnêtes) de Jeff Waters (Annihilator), Jochem Jacobs (Textures) et Filip Leo (Corporation 187).

Que peut-il donc encore manquer à un album de cette trempe (la production étant juste parfaite) ? Pas grand-chose, mis à part peut-être un peu plus de mordant dans les compos, une capacité à davantage marquer les esprits et imprimer le cortex, ce petit plus qui transformera une très bonne galette en petit bijou.
Mais qu’importe Self-Injected Reality est déjà certainement en l’état, une des meilleures sorties death de l’année, françaises ou non d’ailleurs.
Petit coup de gueule à l’encontre de leur label (Thundering Records) donc puisque l’album pourtant prêt et terminé depuis le début de l’année 2008 n’est toujours pas en bacs aujourd’hui (mais ça ne devrait plus tarder). Si ça c’est pas du temps perdu et du potentiel gâché… Et je ne parle pas de la promo inexistante. Bref. On me glisse dans l’oreillette que le seul avantage de la situation est qu’on n’aura du coup sans doute pas à attendre longtemps le 3ème album qui serait déjà quasiment prêt. On est impatient d’entendre ça ! Chapeau en tout cas les gars !

  1. autonomy in progress
  2. denial of elapsed time
  3. reversal
  4. fragmented memories
  5. allegiance
  6. collapsed into oblivion
  7. materia prima (instrumental)
  8. hysteria
  9. feelings transgression
  10. deviance
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 898 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Metalenforce says:

    Krakou, il y a une coquille en-dessous du titre pour le genre. C’est quoi ce bordel!!!!!
    Bref après 3 ans d’absence il était temps! Un bel album réussi.

  2. Krakou says:

    -_-
    C’est fait exprès!! Death metôooooool quoi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *