Trivium – Shogun

11 Commentaires      1 439
Style: metalcoreAnnee de sortie: 2008Label: Roadrunner Records

Le cas Trivium ne m’a jamais intéressé plus que ça. Depuis ses débuts j’avoue même que je prends un malin plaisir à chier sur ce groupe autant que je peux, pour des raisons aussi subjectives que valables : j’ai écouté un morceau il y a des années (ne me demandez pas lequel) et j’ai trouvé ça tellement générique et prévisible que j’ai été un peu, comment dire, « contrarié » de voir que ce groupe bénéficiait des attentions et était poussé sur le devant de la scène, alors qu’il y avait au moins 80 groupes plus intéressants dans le metalcore qui attendaient leur tour.

Mais l’heure est venue d’affronter mon vieil ennemi en face à face et de voir si je peux confirmer mes impressions anciennes à l’écoute de ce nouvel album, Shogun.
Il paraît qu’après s’être attaqué au metalcore, la grande lubie de Trivium c’était depuis peu de faire du thrash à la Metallica… Pourquoi pas, admettons.
Il s’avère après écoute de l’album que Trivium a semble-t-il décidé de fusionner le metalcore de ses débuts avec le thrash Metallicien du dernier album.

Et je dois dire qu’au lancement de l’album j’ai été agréablement surpris par ce que j’ai entendu. Après un démarrage qu’aurait pu nous pondre Machine Head, le très thrashy « Kirisute Gomen » fait son petit effet et sonne assez réussi, malgré un refrain en chant clair un peu trop commun et inutile pour être marquant.

Mais qu’importe je me sentais prêt à peut-être revoir ma copie et dire pourquoi pas, du bien du groupe.
Et bien c’est un peu raté car 3 morceaux plus tard, voilà que je baille aux corneilles, et que je me rends compte que l’album est encore très loin d’être terminé… 66 minutes c’est long, surtout quand on s’ennuie…

Car voilà, la prestation technique du groupe et en particulier du chanteur de Trivium a beau être convaincante (sonnant souvent comme celle de Nick Holmes de Paradise Lost), les choses deviennent vite tellement banales et déjà entendues mille fois que l’envie d’appuyer sur stop ne me quittera pas durant les 8 morceaux restants… Car le groupe semble en plus prendre plaisir à présenter des compositions longues et artificiellement alambiquées. La réhabilitation des solos ne passera pas par cet album, et pourtant les gratteux de Trivium font leur possible pour convaincre. Rien de bien laid, mais rien de suffisamment excitant surtout, et les refrains en chant clair quasiment systématiques ont vite raison de ma patience (« Into the Mouth of Hell we March » par exemple, le Diable va se marrer en entendant ce refrain), même lorsqu’ils sont doublés par des growls aussi impressionnants que le rototo d’un nouveau né.

Allez soyons beau joueur, le code du samouraï est formel, il faut respecter ses ennemis : le morceau « Insurrection » est sympathique, très thrashy et Metallica dans l’esprit. Mais bon je garde quand même mon Death Magnetic désolé !

Bref, ça ne changera rien à ce qui devrait désormais être un adage connu et accepté par tous : Trivium, sans être pourri puisque plutôt bien fait même, c’est toujours aussi générique. Je vous invite donc à faire l’impasse sur cette nouvelle galette inutile signée par un groupe décidément… inutile.

  1. kirisute gomen
  2. torn between scylla and charybdis
  3. down from the sky
  4. into the mouth of hell we march
  5. throes of perdition
  6. insurrection
  7. the calamity
  8. he who spawned the furies
  9. of prometheus and the crucifix
  10. like callisto to a star in heaven
  11. shogun
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 881 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

11 Commentaires

  1. ju says:

    Elle sert à rien ta chronique.
    On n’apprend rien sur le disque ni sur ses morceaux…
    Mais bon, tu dois être content, t’as cassé Trivium.

  2. krakoukass Krakoukass says:

    Et tu voulais apprendre quoi ? Tout sur la vie privée du chanteur ? Je parle du disque, du style, des morceaux, t’attends quoi de plus d’une chronique toi ? Pour info, je n’ai pas cassé pour casser, puisque j’ai même failli aimer cet album. Putain, les cerveaux sont en rupture de stock on dirait…

  3. Joss says:

    la crise touche tous les domaine…

  4. ju says:

    Apparemment, on n’a pas la même conception d’une chronique. Tu te crois drôle avec tes premiers paragraphes, et tes pseudo-blagues… Mais relis ta chronique avec un oeil neuf, et tu verras que tu ne parles quasiment pas de l’album. On a même l’impression que tu n’as pas écouté l’album, c’est dire si ça fait amateur. Tu t’amuses juste à les casser, et finalement, tu perds en crédibilité avec ce genre de texte insipide.
    Ce qui me fait encore plus pitié, c’est la manière dont tu essaies de reprendre le dessus avec ton commentaire… Là encore, c’est pathétique.

  5. krakoukass Krakoukass says:

    Ok merci Ju pour ton commentaire éclairant. Tu as maintenant toute la place dans les commentaire pour faire une chronique digne de ce nom qui réponde à tes exigences en la matière. Tu m’excuseras (ou non)mais je ne m’attarderai pas davantage sur le cas de ce groupe…

  6. jonben jonben says:

    Que leur musique ne soit pas si pourrie qu’on puisse apprécier honnêtement je comprend mais c’est quand même dingue que ce groupe anecdotique soit sur la tournée de Slayer et joue après Mastodon.

  7. jonben jonben says:

    Tiens d’ailleurs je viens de relire nos chroniques des albums de ce groupe depuis le 1er sur Roadrunner. 3 albums et chroniqueurs différents mais toujours le même constat.

  8. Joss says:

    … et les mêmes commentaires LOL

  9. ju says:

    > Krakoukass : des chroniques, j’en ai écrit des tonnes, et c’est justement car je trouvais que l’exercice tournait en rond que j’ai arrêté. Si je viens encore sur ce site, c’est parce que d’habitude je trouve que vous avez des avis qui valent le coup d’être lus, loin des clichés de « métalleux bourrins » des autres webzines. Je ne suis pas plus amateur de Trivium que ça, mais j’ai parfois envie de les défendre quand je vois l’acharnement dont ils sont victimes, sans raison valable qui plus est… Bref, vous valez mieux que ça.

  10. krakoukass Krakoukass says:

    Ok. Je comprends tes arguments (et j’apprécie la remarque sur le site au passage) et je ne vais pas mentir : ce n’est évidemment pas la chronique dont je suis le plus fier et je ne me suis pas investi dans celle-là autant que dans la plupart des autres, c’est un fait.
    En revanche, je t’assure avoir abordé cet album sans a priori (ce que peut-être la chronique ne démontre pas assez, c’est bien possible) et sincèrement j’ai vraiment cru au début que j’allais même en dire du bien. Je n’ai pas dit (écrit) que tout était mauvais dans ce groupe, simplement je maintiens que je n’y trouve pas d’intérêt. Le problème majeur étant que tout ce que fait Trivium a déjà été fait avant, et mieux… C’est pourquoi je parle de groupe inutile. Tu vas me dire que ce ne sont pas les seuls dans ce cas loin de là, et tu auras raison. Mais, je trouve que Trivium incarne un peu trop le succès facile, le groupe qui arrive directement avec la formule qu’il faut -quitte à en changer an cours de route pour suivre le vent- pour accrocher le public (américain en tout cas car je constate avec satisfaction que le public européen est moins réceptif) et qui pompe, plagie un peu trop pour être honnête. Et je ne parle pas de quelques déclarations (genre melon et chevilles géantes) que j’avais lues il y a quelques temps et qui ne jouaient pas en faveur du groupe et de son chanteur… Tu sembles nous connaître un peu (nos écrits en tout cas) et tu ne te trompes pas sur le point (qui nous est cher) qui consiste à ne pas adopter le comportement basique du metalleux bourrin de base. Très sincèrement, envers et contre tous, si j’avais aimé cet album, je ne me serais pas privé de le dire. Le jour où je m’empêcherai d’écrire ce que je pense réellement, et où je me laisserai influencer par des attitudes et opinions dominantes, j’arrêterai d’écrire, tu peux me croire… Sans rancune en tout cas, une bonne argumentation vaut toujours mieux qu’une attaque gratuite (ce qui vaut tant pour toi que pour moi je précise)…

  11. ju says:

    C’est dommage que tu n’aies pas argumenté de la sorte dans ta chronique… Je te rejoins quand tu parles d’opportunisme ou de suiveurs de tendance. Mais voilà, je trouve que malgré cela, ils ont le petit truc en plus que n’ont pas les autres groupes… Je trouve notamment les prises de batterie excellentes sur ce disque, et le jeu des guitaristes est comme d’habitude de haut niveau (riffs accrocheurs, soli peu originaux mais très propres). On ne va pas en faire une affaire d’état, chacun ses gouts après tout. Au fait, je viens de relire mes premiers commentaires, et je suis désolé pour le ton sec que j’ai employé (mais bon, la fin de ta chronique m’avait vraiment énervé sur le moment). Bonne continuation, et surtout, gardez votre différence…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *