Analysis Of Bison Kills – Ventage

1 Commentaire      1 113
Style: doom/sludge progressifAnnee de sortie: 2008Label: Sound Devastation

Premier album pour Analysis of Bison Kills, mais le groupe s’est déjà établi une certaine réputation en Angleterre sous le nom de Tear Gas & Plate Glass qu’ils ont du abandonné car déjà utilisé (fallait le faire), avec lequel ils ont enregistré quelques démos flirtant avec le sludge à la façon de leurs compatriotes Iron Monkey, voix écorchée vive, riffs pateux et tempo en marche funèbre écrasante, à la limite du plagiat mais pas mal foutu tout de même. Vantage poursuit sur cette lignée mais le changement de nom s’accompagne heureusement d’un élargissement du style pratiqué, vers une musique toujours dans cette veine mais dans une version beaucoup plus progressive, avec un certain boost au niveau tempo, un peu à la manière d’un Capricorns, passée au prisme des 10 dernières années de sludge, doom et post-hardcore, avec pour rester dans les groupes anglais une pointe de stoner complexifié comme celui de End of Level Boss mais avec toujours un son sludge, donc brut, et cette voix arrachée au possible.

En fait comme beaucoup de groupes dans ces styles aux contours malléables, Analysis of Bison Kills se catégorise difficilement, piochant un peu partout pour former des morceaux aux degrés d’intensité variés. Sur ces 4 titres et 30 minutes, le groupe propose une musique dynamique, basée sur des riffs répétitifs mais riches et évolutifs, aux duos de guitare en harmonie, ou laissant la basse instaurer la mélodie. Le batteur, déniché à Tilburg en Hollande, apporte une bonne touche de groove avec un jeu varié, au feeling autant emprunté au jazz qu’au metal. Niveau voix, elle reste sans concession, sludge à la limite du black, et extrémise leur musique en lui apportant une touche assez sinistre tout en espaçant ses interventions pour la laisser respirer.

C’est clair que le groupe est un très bon exécutant et ces 4 longs morceaux n’ennuient pas grâce à une certaine fraicheur dans les mélodies mais il dégage également l’impression de singer ses influences, d’autant plus quand ils s’embarquent dans des passages atmosphériques, certes réussis, mais qui semblent déjà avoir été composés maintes fois par la vague ayant suivi Neurosis et Isis. Le début de « When Small Men Do Great Things » pourrait par exemple aisément figurer dans le répertoire de ces derniers mais ça en reste finalement là pour la comparaison et ce serait dénaturer leur musique que de les voir comme un énième clone sur ce seul passage.
Même si les influences sont palpables, je prend un réel plaisir à écouter cet album, ces 4 morceaux ont leur intérêt, sont simplement bien composés, restent en tête et dégagent une ambiance prenante. Il reste à espérer que ce 1er enregistrement sous ce nom ne soit qu’une ébauche et que le groupe utilise sa maitrise du sujet pour s’aventurer sur une piste plus personnelle sur un album complet, en tout cas le potentiel est là.

  1. honest broker
  2. when small things do great things
  3. for whom it serves
  4. depth is earned
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. guim says:

    Sound Devastation Rec produit pas mal de trucs intéressants. J’ai beaucoup aimé le disque d’Ehnahre chez eux, faudra que je teste ça.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *