Retrospective Roadburn Festival 2006-2009

Pas de commentaires      2 175
Annee de sortie: 2010

Alors que la programmation de l’édition 2009 se dévoile peu à peu, c’est l’occasion de revenir sur celles des années précédentes du Roadburn Festival qui a lieu tous les ans au 013 de Tilburg, aux Pays-Bas. Le festival vit en effet depuis quelques années une progression assez marquante, toujours sold out et avec plus de jours de festival d’année en année.

Ayant entendu parlé du festival par hasard, la perspective de faire un tour en Hollande, et la programmation, qui à l’époque s’axait sur le rock psychédélique, suffirent à nous inciter à y aller en 2006 pour ce qui était déjà sa 10ème édition.

Le Roadburn a lieu à Tilburg, ville sans grand intérêt située à un quart d’heure de Breda et à peine plus importante que cette dernière, donc dans le sud des Pays-Bas, proche de la Belgique, à un peu près 4h de route de Paris. Le 013 est une salle moderne, hangar en metal de l’extérieur, c’est en fait un complexe réunissant 3 salles de concert, Main Stage (2000 personnes), Green stage (350) et Bat Cave (150) qui s’apparente à un petit club de bar. Le lieu est agréable et participe à l’ambiance du festival, la Main Stage est un exemple de salle de cette capacité, que ce soit au niveau son, lumières ou visibilité, les 2 autres, vu leur taille, sont rapidement blindées mais rarement trop jusqu’à être inaccessibles, la majorité des gens se contentant des concerts de la grande scène.

Par contre, un truc à reprocher, la bouffe est vraiment dégueu, que ce soit à l’intérieur de la salle ou à l’extérieur (ne même pas tenter les kebabs infects).

2006

A titre de comparaison, l’année 2005, pour les 10 ans du festival, proposait Space Ritual, Brant Bjork & the Bros et sur la 2ème scène Electric Wizard, High on Fire, Sunn O))), Alabama Thunderpussy, ça devait être grandiose. En 2006, la programmation festival qui se déroulait sur la seule journée du samedi encore, était plus axée rock psychédélique, avec sur la grande scène des réapparitions de vétérans, dont Hawkwind, groupe précurseur du rock psychédélique (dans lequel jouait Lemmy de Motorhead à ses début) et Ozric Tentacles, groupe électro/rock psyché très hallucinogène, les autres scènes étant plus stoner avec entre autres Orange Goblin, Leaf Hound, Colour Haze, Capricorns, Brant Bjork & the Bros, Solace, The Heads, Orange Sunshine, Ufomammut, bref du beau monde.

Les souvenirs commencent à être brumeux et je me rappelle surtout des concerts de Ozric Tentacles et Hawkwind, sur la grande scène, et de leurs vidéos psychédéliques assez démentes qui occupaient la totalité du fond de la grande scène, kaléidoscopes tournant aux couleurs fluos sur fond de motifs feuille de cannabis, on se serait cru à un Acid Test. Musicalement j’y allais sans vraiment connaître de groupe, donc je ne m’attendais pas à grand chose et j’ai plutôt été agréablement surpris, les groupes présents étant pour la plupart bons sur scène et il est assez facile d’accrocher à l’esprit du festival grâce à l’ambiance, au lieu, aux projections et lumières psychédéliques qui accompagnent tous les concerts. Capricorns avaient à notre grand regret annulé et je ne me rappelle pas du tout d’Ufomammut, que je ne connaissais pas à l’époque, mais je retiendrais également de cette édition Colour Haze qui m’avait déjà marqués. Bonne approche du festival qui nous donnera éminemment envie de revenir l’année suivante.

samedi 22 avril 2006 : Hawkwind, Ozric Tentacles, The Bevis Frond, Spacehead, Orange Goblin, Leaf Hound, Colour Haze, Capricorns, Trancient Dreams, Brant Bjork and the Brothers, Gorilla, Solace, The Heads, Orange Sunshine, and Abramis Brama

After-Burner le dimanche: Spaceship Landing, Toner Low, End Of Level Boss, Astrosoniq

2007

Avec le succès de l’édition précédente, et l’élargissement progressif du public de la scène doom/stoner, les organisateurs virent les choses un peu plus en grand et l’affiche de l’édition 2007 fut tout de suite un cran au dessus, avec Neurosis, les Melvins, Clutch, Blue Cheer, Pelican entre autres, ça claque tout de suite, même si certains regrettèrent que l’esprit rock psychédélique du festival fasse place à plus de courants en vogue en ce moment, ce qu’il continue de faire depuis avec post-rock, post-hardcore, sludge.

On commence par louper à regret The Sword le temps d’arriver à Tilburg, on se rattrapera avec Pharaoh Overlord, bon groupe rock psychédélique, ensuite Clutch proposera une prestation certes un peu froide mais efficace, menée par un chanteur au top et une rythmique surpuissante. Je dois dire que je n’ai aucun souvenir de Blue Cheer, beaucoup plus de la succession entre le duo Big Business et les Melvins sur la grande scène, les Melvins étant complétés par les membres de Big Business, guitariste et batteur sur scène. La synchronisation des 2 batteurs avait quelque chose de frappant. Après je ne me souviens pas de grand chose. Le problème du Roadburn également, c’est que ce festival a tendance à désorganiser mes neurones et réduire ma motivation à l’écriture d’un report à mon retour. Si ce soir-là on a quand même fini sur Volt, groupe noise bien énervé qui en a surpris plus d’un, de quoi  reprendre ses esprits en fin de soirée enfumée.

Cependant, on sera de nouveau frais et gaillards le lendemain pour la deuxième journée, marquée dès le départ par la prestation de Monkey3 dans la Batcave, c’était bien cool de voir ce petit groupe suisse qui entre parfaitement dans le registre du Roadburn et nous a scotché avec son album 39 Laps. Ensuite, je retiendrai les Red Sparowes qui exécutent un set reposant, suivis par OM, duo un peu perdus sur la grand scène qui nous explosera les tympans avec des infra-basses, faut aimer le léthargique, j’ai préféré aller voir Pelican dans la Green Room pour ce qui fut certainement le meilleur concert que j’ai vu d’eux. Mais ce sera certainement Neurosis les maitres de la soirée avec un concert comme toujours épatant, un son limpide, une ambiance sinistre, et toute la puissance des compositions du groupe. On passe nonchalamment à d’autres concerts, dont un Thrones, projet solo d’un Joe Preston ahuri, avec barbes et cheveux en broussaille, passablement chiant, Growing tout aussi drone mais déjà plus intéressant. La fatigue est alors assommante, mais j’ai tout de même envie de finir sur Colour Haze qui jouera pendant plus de 2 heures un set psychédélique très prenant.

Grosse, grosse journée que ce samedi et en général une énorme réussite pour cette édition, la masse de groupes de qualité était même trop importante pour voir le tout, mais on ne va pas s’en plaindre, à part quand les groupes se chevauchaient entre les 3 salles (hormis pendant Neurosis pendant lesquels les autres salles ne jouaient pas).

Le collectif d’artistes Malleus exposait cette année et proposait une série de 8 affiches originales pour l’occasion à l’effigie de 8 des groupes présents.

vendredi 20 avril 2007: The Melvins, Blue Cheer, Clutch, Big Business, Orange Sunshine, Guru Guru, Sun Dial, Porn, Pharaoh Overlord, Causa Sui, Josiah, Siena Root, On Trial, Rotor, Earthling Society, Volt, The Sword

samedi 21 avril 2007 : Neurosis, OM, The Hidden Hand, Pelican, Red Sparowes, Circle, Growing, Orthodox, Colour Haze, Amenra, Thrones, Acid King, Stinking Lizaveta, Black Cobra, Monkey3

After-Burner le dimanche:
Sunn O))), Bohren und der Club oF Gore, Fear Falls Burning
2008

Nouvelle montée en puissance en 2008 avec l’ajout dès le jeudi d’une soirée Pre-Heat impressionnante articulée autour du label Rise Above (mais sans Cathedral) avec comme invité rien de moins que Down. Cependant j’avoue qu’à part avec ces derniers, je n’ai pas connu de claques mémorables avec les groupes du label, même Capricorns, handicapés par un line-up renouvelé et moins dedans, ont eu du mal à démarrer la journée, perdus sur cette grande scène et sans la fougue qu’on avait pu leur connaître à de précédents concerts. Quelques bons titres de Grand Magus ensuite, pendant que Kirk Windstein bécotait des groupies dans la fosse, mais leur musique est un peu trop heavy à mon goût et ensuite un concert magistral de Down, deux heures sans répit dans une succession de tubes comme sait en pondre le groupe de la Nouvelle Orléans, avec un Phil Anselmo bien en forme qui parcourt la scène de long en large pour tancer le public. C’est sur des concerts de ce genre que se révèle la Main Stage du 013, avec sa visibilité exemplaire de par son architecture en amphithéatre, sa scène massive mais qui permet tout de même en s’approchant une proximité avec le groupe, et son jeu de lumières sophistiqué.

L’ouverture de la programmation en 2008 était encore plus marquée avec plus de post-hardcore, les cadors Isis et Cult of Luna étant à l’affiche, une ouverture au black avec Wolves In The Throne Room et même Celtic Frost au final remplacés par Enslaved.

La première journée était assez chargée, avec une introduction sympathique par Blood of The Sun sur la grande scène et le rock entre blues et boogy mené par un batteur en position centrale. Ensuite les vétérans ne m’ont pas emballé, que ce soit Witch ou Trouble qui s’en sont à peine mieux sortis sur la grande scène. Le festival est toujours impeccable niveau timings de passage des groupes, mais là c’est au niveau du choix de la salle que ça a merdé, les japonais Church of Misery surchargèrent si rapidement la Bat Cave que j’en ai rien pu voir, heureusement ils repassent cette année et cette fois sur la grande scène. De toutes façons, il y avait de quoi faire entre Witchcraft, La Ira de Dios, Mos Generator. Le set d’Earthless prit la forme d’un long morceau en forme de solo de guitare lacinant (interminable!) joué pendant une heure par un trio au batteur martelant son set comme un damné, qui aura tendance à m’ennuyer au bout d’un quart d’heure. Black Shape of Nexus (BSON) par contre mit d’accord toute la Green Room avec leur set ultra-massif, dans une ambiance post-apocalyptique marquée par un chanteur bestial et glauque assez scotchant.

Isis en tête d’affiche étaient attendus et annoncés devant jouer 2h, on sera assez dégoûté de les voir partir au bout d’1h15, le groupe n’ayant apparemment pas prévu un set différent de celui de sa tournée. Dommage car le groupe était bien dedans ce jour-là, parcourant tout leur répertoire, Aaron Turner particulièrement énervé sur les titres de leur répertoire le plus ancien.

Un des 2 chanteur/guitariste de Neurosis, Scott Kelly, joua dans la Green Room, seul à l’acoustique. Ses compos sont certes un peu simplistes mais la force que dégage sa voix suffit à créer une atmosphère de recueillement.

Le lendemain Cult of Luna nous surprendra agréablement également, avec un concert prenant déjà au niveau scénique, avec les 2 batteurs qu’on a pu voir sur leurs différentes tournées cette fois tous 2 sur scène, 2 batteries donc et les 7 autres membres du groupe, dans des tons de lumières bleus très nordiques. Qu’on apprécie ou pas les derniers albums, on retrouvait le Cult of Luna froid au son incisif et lourd des premières tournées européennes.

Enslaved remplacent au dernier moment Celtic Frost qui venaient de re-spliter, avec un set sans aucune différence avec celui de leur tournée précédente. Certes le concert était précipité mais on aurait aimé voir le groupe se concentrer sur ces morceaux les plus psychédéliques histoire d’être plus dans le ton du festival. C’était plus le cas apparemment du set de Wolves in the Throne Room (d’ailleurs de nouveau présents cette année) qui eux aussi remplaçaient au dernier moment Electric Wizard dans la Green Room.

Réaction ambigue au set de Boris, j’ai trouvé les premiers morceaux d’un rock assez brouillon très chiants et suis allé voir autre chose mais suis retourné sur la grande scène pour les 20 dernières minutes qui contrebalancent mon avis car vraiment réussies, dans un style complètement différent, beaucoup plus doom avec un gros son bien enveloppant. Jesu jouait également dans la Green room mais version « Justin Broadrick tout seul », ce qui perd beaucoup de l’intérêt scénique du groupe quand il est accompagné d’un bassiste et d’un batteur.

Autre groupe sur la grand scène, le groupe rock psyché expérimental créé pour l’occasion et réunissant Acid Mother Temple et Guru Guru sous l’appelation Acid Mothers Guru me laissera assez froid, tellement barré que ça confine au n’importe quoi.

On a eu le droit enfin au set doom de Cephalic Carnage, jouant son EP …, et ce sera un petit bide, le groupe n’ayant manifestement pas bien peaufiné son unique morceau en répète, le groupe n’étant pas habitué à ce genre de jeu, la lenteur n’est pas leur crédo niveau cohérence.

En petits groupes marquants, je retiens surtout Lesbian, dont la musique originale et complexe, mélange de tous styles de metal, du death au prog, en passant par le stoner, donne assez bien sur scène même si on sent un groupe assez jeune encore, et Kongh, eux aussi encore plus jeunes d’apparence, mais qui démontre déjà d’une symbiose impressionnante, le trio délivre sans faillir les compos de son très bon première album. Le dernier concert du festival que je verrai et pas loin d’être un des meilleurs, dans une Green Room bien occupée.

Encore une bion bonne année donc, peut-être un peu moins marquante que l’édition 2007 mais avec tout de même beaucoup de très bons concerts et toujours l’ambiance autour du festival, qui en font de petites vacances centrées autour de la musique, entre concerts, coffee shops et matinées de glande champêtre à l’hotel.

Les 3 dessinateurs regroupés sous le nom Malleus étaient encore présents en 2008 avec cette année encore 8 affiches originales correspondant à 8 groupes présents, l’affiche du festival était également d’eux.

jeudi 17 avril 2008 : Roadburn’s Rise Above night – Down, Grand Magus, Capricorns, Diagonal, Taint, Litmus, Serpent Cult, The Devil’s Blood

vendredi 18 avril 2008 : Isis, Trouble, Witchcraft, Blood of The Sun, Tony McPhee’s Groundhogs, Witch, Scott Kelly, Baby Woodrose, Danava, Mos Generator, Church of Misery, La Ira de Dios, Earthless, Black Shape of Nexus, The Assemble Head in Sunburst Sound, Gentleman’s Pistols, Zone Six

samedi 20 avril 2008 : Enslaved, Cult of Luna, Boris, Acid Mothers Guru, Cephalic Carnage (set doom), Wolves In The Throne Room, Jesu, The Heads, Kongh, Electric Orange, Dixie Witch, Tia Carrera, Year of No light, Lesbian, Kruger, Nadja, My Sleeping Karma

After-Burner le dimanche : David Tibet’s special day-long event : Æthenor, Baby Dee, Current 93, Rickie Lee Jones & Skitliv et Afterburner : Sourvein, Reponem, Dzjenghis Khan, Beehoover & Graveyard

2009

Cette année, le Roadburn poursuit sur sa lancée, proposant désormais uniquement un pass 3 jours (du jeudi 23 au samedi 25 avril) pour être sûr de remplir le 013 chaque jour, ainsi que l’habituel Afterburner pour ceux qui souhaitent rester le dimanche. Les 2 premiers jours seront ainsi consacrés aux styles traditionnels du festival avec à l’affiche 2 monuments du doom, St Vitus et Cathedral, le rock psychédélique façon krautrock de Amön Dull II, légende des seventies, le stoner de Colour haze, Ufomammut, 2 groupes qu’on a sélectionné dans nos albums du mois cette année, Orange Goblin également qui tournera cette année son DVD au Roadburn, le post rock des japonais de Mono, le post-hardcore de Minsk ou Omega Massif, le black psyché de Negura Bunget, le doom jazz de Bohren und der Club of Gore, ainsi que les excellents Baroness, qui ont toute leur place sur une affiche qui s’annonce donc bien variée même si tournant toujours autour des mêmes thèmes, gros son et psychédélisme.

Le samedi sera consacré à la résurrection du Beyond The Pale de Neurosis, un festival où le groupe invite les groupes de son choix lors d’une journée qui sera donc intégrée au Roadburn, et où jouera Neurosis, sachant que Scott Kelly et Steve Von Till, les 2 frontmen du groupe joueront également chacun un set de leurs titres solo acoustique le vendredi. Les noms déjà annoncés pour cett ejournée sont déjà prestigieux et on peut faire confiance au groupe pour compléter avec des groupes de talent.

 

 

www.roadburn.com

jeudi 23 avril 2009 : Motorpsycho + Amon Düül II + Orange Goblin + Baroness + Minsk + Wolves In The Throne Room + The Devil’s Blood + Ufomammut + Radio Moscow + Alexander Tucker + Black Sun + Farflung + White Hills + Gomer Pyle + Church of Misery

vendredi 24 avril 2009 : Saint Vitus + Cathedral + Mono + Angel Witch + The Outskirts Of Infinity + Scott Kelly + Steve Von Till from Neurosis + Mono (Japan)+ Bohren und der Club of Gore + Negura Bunget + Dragontears + The Winchester Club + Omega Massif + Colour Haze

samedi 25 avril 2009 : Beyond The Pale Festival : Neurosis + OM + The Young Gods + Akimbo + Guapo + US Christmas + A Storm of Light + Skullflower + Six Organs of Admittance

dimanche 26 avril 2009 : Roadburn Afterburner : Wino + Solace + Firebird + Dyse

jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 490 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *