Bilan 2008 somath

Pas de commentaires      1 128

Ah, l’exercice épineux du bilan de fin d’année est arrivé, c’est l’heure de se creuser la tête pour départager des albums ou des films qui n’ont rien à voir pour déterminer qui fera partie du fameux Top 10 ou qui va sombrer dans les limbes de l’inconnue pour ces prochaines années.

Parlons musique tout d’abord, avec une année qui m’a un peu déçue, surtout après l’avalanche de chef d’œuvres de l’année dernière (petite piqûre de rappel : Dillinger escape plan, 108, The bad plus…), mais qui n’est pas pour autant dénuée d’intérêt. Pour résumer, un paquet de bons albums mais peu de choses qui m’ont vraiment scotché sur des centaines d’écoutes passionnées. Si je devais résumer cette année par un mot cela serait quand même, confirmation, oui, confirmation. Tout d’abord, la confirmation que 31 Knots est le groupe le plus inventif et excitant de sa génération, confirmation que les Melvins ont bouffé du lion et comptent nous faire manger la poussière pendant un bon paquet d’années, confirmation également que Nick Cave et David Eugene Edwards (Woven Hand) sont des songwriters exceptionnels.Je vais plutôt m’intéresser ci dessous aux groupes exclus du fameux top 10 pour relever les albums qu’il ne faut pour autant pas oublier.

Tout d’abord le magnifique album de Steve von Till qui nous offre un bijoux de folk sombre et habité, là où son compère de Neurosis Scott Kelly se sera planté en livrant un album plat et peu intéressant. Pour rester dans le côté sombre de la force, relevons l’album des Gutter Twins, passionante collaboration entre Greg Dulli et Mark lanegan. Et si la délicatesse et la variété vous intéressent, foncez vers les joyaux que sont les disques de The Walkmen et Spiritualized.
Au niveau de la violence, notons qu’Opeth et Meshuggah nous ont pondu deux excellents albums qui contribuent à leurs excellentes discographies, que Disfear s’est fendu d’un album terriblement efficace et que Cursed (RIP) a mis une sérieuse claque à tout amateur de son crade et distordu. Ajoutons le sludge original d’Intronaut et le très bon disque éclectique d’Helms Alee.Je ne peux oublier le dernier album d’Alain Bashung, véritable chef d’œuvre de poésie.

Un petit passage par le rayon des espoirs me semble approprié, avec Maps & Atlases et un EP entre Animal Collective et Battles fortement recommandé, et surtout Crystal Antlers qui en six titres se place en tant que « next big thing » du revival prog-psychédélique, rien que ça. Je relèverai également Loose Lips Sink Ships qui malgré encore quelques imprécisions développe un post-math-rock passionnant et frais.

Jazz is not dead, tel était le slogan du festival Jazz à la Villette de cette année, autant dire qu’ils n’avaient vraiment pas tort car cette année fut très bonne pour ce style que certains pensent mort. Commençons par les 3 albums de collaborations d’Erik Truffaz, un chef d’œuvre d’electro avec Murcof, un concentré rythmiquement improbable avec le beatboxer Sly Johnson, et une balade indienne envoûtante pour son projet « Benares ». Rendons hommage au pianiste Esbjorn Svensson décédé cette année et au dernier album de son groupe E.S.T, véritable claque aux frontières du jazz et de la musique expérimentale. Citons en vrac la magie du Live at Belleville d’Arild Andersen, les envolées lyrique du trio de Jean-Philippe Viret, et la ballade en terre inconnue de Julia Hulsmann, le voyage oriental impressionnant de Secret Chiefs 3. Une déception au compteur, celle de The Bad plus qui nous sort un disque plutôt fade à cause d’une collaboration avec une vocaliste qui ne m’enchante pas.

Beaucoup de noms en vrac mais je ne pouvais pas oublier tous ces groupes qui ont émerveillé cette année musicale riche en découvertes.
Je laisse maintenant parler la cruelle loi des Tops 10 et vous souhaite plein de bruits, de sueurs et d’émotions pour cette nouvelle année.

Concerts

11 février / Magma-Paris
15 février / Pere Ubu+ Dirty Three-Villejuif
29 mars / Rhaa Lovely Festival :Enablers, Dead Meadow,Sleeping People
22 avril / Thee Silver Mt Zion– Genève
29 avril / Nick Cave and the Bad Seeds-Casino de Paris
1er mai / Magic Markers-Paris
6 mai / Portishead-Paris
7 mai / Prefuse 73-Paris
6/7 juin / Villette Sonique :Shellac + Melt Banana + Pan Sonic
20/21/22 Juin / Hellfest Dillinger Escape Plan, Meshuggah, Porcupine Tree,Between the Buried and me
4->14 septembre / Jazz à la Villette :Charles Lloyd, Tortoise , Pierre Henry feat. Erik Truffaz
26 septembre / 31 Knots + We insist ! + One second Riot– Saint ouen
15 novembre / Sigur Ros-Paris
23 novembre / Woven Hand-Paris
25 novembre / Mercury Rev-Paris

Déceptions

dEUS : Vantage Point
Mercury Rev : Snowflake Midnight
10 janvier / Tricky – Paris
29 Mars / Magyar Posse – Rhaa lovely festival
6 juin / Throbbing Gristle – Villette Sonique

Culture

Passons aux salles obscures, car 2008 fut une grande année pour le cinéma. Tout d’abord cette palme d’or pour Entre les murs qui l’a entièrement mérité, un film grandiose, bluffant, qui vous captive comme rarement. La fin d’année fut marquée par le « Two Lovers » de James Gray, impressionnante leçon de maîtrise d’un réalisateur définitivement génial confirmant le talent incroyable de Joaquin Phoenix. On pourra dire la même chose pour No country for old men, Vicky Cristina Barcelona, There will be blood ou Chronique des morts vivants qui, dans leurs styles respectifs, montrent la fraîcheur et le talent de réalisateurs connus et reconnus mais qui ne perdent pas leur verve créatrice pour autant. Notons deux autres films marquants qui ont révélé d’excellents réalisateurs, « Julia » d’Erick Zonka (avec la fabuleuse Tilda Swinton) et L’un contre l’autre de Jan Bonny, terrible film sur un couple qui n’est pas au mieux de sa forme. Si je devais décerner mon prix du meilleur film de l’année je crois que je diraisIt’s a free World de Ken Loach, histoire dramatique montrant l’étendu du problème de l’immigration en Angleterre tout en posant de grandes questions sur la nature humaine, cela a l’air rébarbatif résumé de cette façon mais ce film est totalement génial.
Je finis par une petite liste d’autres films qui auraient pu faire partie de ma sélection et j’espère que le curieux qui est en chacun de vous ira jeter un œil sur ces très bons moments que sont Deux jours à tuer, Le silence de Lorna, Funny Games U.S., Valse avec Bachir ou le délicieux Promets-moi.

Les 10 films qui ont marqué 2008 :

It’s a free world de Ken Loach
Entre les murs de Laurent Cantet
Eldorado de Bouli Laners
Two lovers de James Gray
No Country for old men de Joel & Ethan Coen
Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen
Julia d’Erick Zonca
There will be bloodde Paul Thomas Anderson
L’un contre l’autre de Jan Bonny
Chronique des morts vivants de
Georges A. Romero

Albums de l’année

31knotsWorried Well
Après la petite déception de l’année dernière, le trio revient au top avec un album brillant d’inventivité et d’
énergie.


PortisheadThird
Reformation surprenante par sa qualité pour un album sombre, protéiforme et déjà intemporel.


MelvinsNude With Boots
Melvins are not dead, et ils ont assez de rages pour clouer le bec au monde entier, let’s rock.


Nick Cave & the Bad SeedsDig, Lazarus, Dig !!!
Rien à dire, Nick Cave est une légende, il continue de me faire vibrer par ses chansons exceptionnelles.


Woven HandTen Stones
Comme pour Nick Cave, un songwriting qui vous prend aux trippes pour ne plus jamais vous lâcher.



Un voyage passionnant entre musique électronique et jazz,c’est beau, très très beau.

Dub TrioAnother Sound Is Dying
Un album d’une fraîcheur et d’une inventivité incroyable, tout simplement.



Découverte exceptionnelle, un mur de sons d’une puissance peu commune.

The Mars VoltaThe Bedlam in Goliath
Un album plus concis et plus efficace que le précédent, emmené par un nouveau batteur exceptionnel, grand groupe.


UfommamutIdolum
Le disque qui a cloué le bec a un nombre incroyable de personnes cette année, c’est lourd, sombre, drogué et d’une puissance ahurissante.


Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *