Don Caballero – Punkgasm

1 Commentaire      1 408
Style: math rock intrumentalAnnee de sortie: 2008Label: Relapse

Pour ceux qui ont loupé un épisode en 2006, Don Caballero est de retour et en grande forme. Ils nous l’avaient en effet montré avec un bon album (bien que décrié car inférieur aux premiers, l’éternel problème des groupes cultes) et des concerts intenses, et, pour ne rien vous cacher ce Punkgasm surpasse le précédent pour se ranger directement au rang de meilleur album de math-rock de l’année.

En même temps, tout commence très bien quand on découvre cette pochette, tout simplement magnifique, et qu’on écoute le premier titre. En neuf minutes, le groupe déroule en enchaînant passages expérimentaux, riffs dévastateurs et progressions rythmiques incroyables. Pourtant, autant parler des défauts maintenant, si cet album a un problème c’est peut être son son. Je suis partagé car j’ai tant regretté certaines productions brouillonnes sur des albums de math-rock qui auraient pu se révéler excellents que là je me demande si tout cela n’est pas trop clean. Il est vrai que c’est une très bonne chose de pouvoir distinguer la batterie et les dialogues à deux guitares avec perfection mais je pense que certaines parties « distordues » auraient mérité un son plus crade.
Sinon, Don Cab nouvelle mouture a décidé ici de surprendre son monde en introduisant dès le cinquième titre de l’album, « Celestial dusty groove », des voix, une nouveauté qui peut faire peur sur le papier mais qui se révèle salvatrice pour l’album en le dotant d’une fraîcheur délicieuse. On se retrouve alors devant un album alternant des titres dans la tradition old school du math-rock technique et efficace (ce « Lord Krepelka » à se relever la nuit tellement c’est bon), des interludes abracadabrantesques et des titres rock à l’énergie communicatrice.
Tout cela pour dire que le groupe a l’air en grande forme et munie d’une énergie communicatrice, en témoigne ce titre éponyme clôturant l’album, j’en conviens cette chanson ne restera pas dans les annales, mais le seul fait que les musiciens enregistrent une chanson en changeant d’instruments témoigne d’une dynamique de groupe, chose plutôt rassurante pour un groupe reformé depuis peu.

Au final, un album qui arrive quand il faut, après une année finalement assez pauvre en disques de math-rock de qualité (rien de bien excitant depuis le dernier Sleeping People il faut l’avouer) et qui ravira les amateurs comme les néophytes qui prendront, je vous l’assure, beaucoup de plaisir avec cette musique bourrée d’énergie et d’efficacité, et finalement pas si éloignée que ça du punk.

  1. loudest shop vac in the world
  2. the irrespective dick area
  3. bluk eye
  4. shit kids galore
  5. celestial dusty groove
  6. pour you into the rug
  7. challenge jets
  8. lord krepelka
  9. why is the couch always wet?
  10. slaughbaugh’s ought not own dog data
  11. dirty looks
  12. who’s a puppy cat
  13. awe man that’s jive skip
  14. punkgasm
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. booboo29 says:

    Super album avec un batteur exceptionnel!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *