Annthennath – Paeans of Apostasy

1 Commentaire      983
Style: black metalAnnee de sortie: 2008Label: Necromancer Records

Eh bien en voilà qui, sans brouiller sciemment (du moins je pense) les pistes, ne cherchent pas à attirer la lumière sur eux. Et pourtant, je les ai débusqués pour vous, camarades ! Malgré un patronyme à coucher dehors (et en cette saison c’est vivement déconseillé) et une (belle) pochette faisant plutôt penser à un énième combo nord américain de black dépressif sans personnalité, je n’ai écouté que mon courage et j’ai écouté. Et je me suis dit que je n’étais pas tombé sur une équipe de bras cassés, loin s’en faut.
Une petite recherche à droite à gauche et j’ai pu apprendre qu’en effet les membres d’Annthennath ne sont pas nés de la dernière pluie acide. Le groupe accueille en son sein rien de moins qu’un ancien Deathspell Omega au chant, 2 Sael (fondateurs du groupe) et 1 Angmar. Vous aurez alors tôt fait de conclure que Paeans of Apostasy est la démo d’un groupe français. Français, oui madame. Mais cette démo n’est pas la première sortie du groupe puisqu’elle est précédée d’une tape Subhuman Terrorism (2004).
Je ne sais pas ce que vaut cette dernière mais je sais ce que vaut ce Paeans of Apostasy. Et franchement il ne m’a pas fallu longtemps pour en apprécier la valeur. J’ai rapidement eu l’impression d’écouter un vieux classique du black froid et haineux empreint de mélancolie. Probablement mon « sous-genre » préféré. Et forcément celui pour lequel je suis le plus exigeant. J’ai donc été bluffé d’être aussi efficacement happé par le savoir faire de la horde française. Dès la première écoute, chaque note résonnait dans ma tête comme si elle y figurait déjà. Et plus la galette a tourné, plus le sentiment d’être tombé sur une petite bombe dans la lignée de Deathspell Omega (Inquisitors of satan) et Baptism (Morbid wings of sathanas) s’est imposé.
En revanche, il faut bien avouer que le groupe a fait preuve d’un mauvais goût inqualifiable. La durée bordel !! Mais de la musique d’une telle qualité il nous en faut jusqu’à plus soif ! Comment voulez-vous qu’on ne soit pas envahi par la frustration lorsqu’on se rend compte que la note de la 33ème minute est la dernière ?! D’autant que la 2ème moitié du dernier titre de 15 minutes part un peu en fumée.
Je vais bien sûr éviter de gueuler en réclamant – en exigeant ! – une sortie format CD en plus de la version tape et LP actuelle histoire de m’éviter l’ulcère. J’en appelle par contre à tous mes futurs camarades d’écoute pour exercer un lobby auprès du label pour qu’il nous sorte un format permettant au groupe d’acquérir la notoriété à laquelle il est en droit d’accéder.
Une fois n’est pas coutume, je tiens à m’adresser en conclusion à certains de mes congénères qui, malgré leur analphabétisme, n’en sont pas moins des êtres humaines et méritent de comprendre clairement quelle attitude adopter face au cas Annthennath : fonce, mon con !!

  1. paean of apostasy
  2. terminate it
  3. the only escape
  4. anti-human terror / subliminal terrorism

Chroniqueur

Darkantisthène

Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 276 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. damien luce says:

    « Terminate it » est absolument fabuleux, je l’écoute en boucle… Du black metal qui va à l’essentiel, une belle surprise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *