Jeff Loomis – Zero Order Phase

Pas de commentaires      497
Style: metal instrumentalAnnee de sortie: 2008Label: Century Media

A l’écoute de ce disque, une chose est sûre : Nevermore ne se résume pas à Jeff Loomis. Néanmoins efficace, chaque chanson, bien que cohérente et bien écrite, est une occasion pour lui de montrer ses prouesses sur son instrument. S’il fallait donc encore discuter des qualités techniques de ce musicien, le débat s’arrêterait sans doute à la première chanson. Jeff Loomis est bon. Jeff Loomis sait très bien jouer de la guitare. Ses soli ont du feeling tout en ne s’éloignant pas des jalons metalliques posés par son groupe. Les dix titres de Zero Order Phase sont un condensé des qualités guitaristiques que l’auteur propose dans Nevermore. Toutefois, Jeff Loomis n’étant pas Nevermore, il manque à ce disque une partie de ce qui fait l’excellence du quintet.

Ce manque se fait surtout sentir quant à la place des lignes vocales sortant habituellement de la bouche de Warrel Dane ce sont des soli incessants que l’on trouve. Je n’ai pourtant rien contre la musique instrumentale. Electro Quarterstaff ou Behold … the Arctopus, deux groupes que j’adore, sont totalement dépourvus de vocaux et ne compensent pas avec des samples. L’absence de chant est d’ailleurs une force pour eux puisqu’ils en tirent des compositions largement différentes de celles de leurs pairs. Zero Order Phase est par contre un disque mélangeant thrash et heavy à la manière de Nevermore sans pour autant dégager l’émotion apportée par la voix de son chanteur attitré ou l’interaction géniale entre les autres musiciens.

Les associés de Jeff Loomis ne sont pourtant pas en reste. Le jeu du batteur, Mark Arrington, est on ne peut plus varié et permet à toutes les plages du disque d’être dynamiques et bien distinctes. De même, le solo de basse de Michael Manring sur « Cashmere said » est fort à propos et complète parfaitement la composition de Loomis. Pour un premier album solo, on ne pourra pas non plus critiquer Loomis sur un manque de distinction entre les titres. Son style reste toutefois le metal tel qu’il le pratique au sein de son groupe. Je ne suis pas un habitué des albums de guitaristes solistes donc je ne pourrais comparer avec d’autres efforts relevant de la même catégorie. Ce qui apparait en revanche pour moi, en tant que fan de Nevermore, est principalement le manque d’autres musiciens dans un disque qui est une version instrumentale d’un groupe qui a gagné sa popularité grâce aux talent de chacun de ses membres.

Zero Order Phase s’adresse donc uniquement aux fans de technique et à tous ceux dont la bave se répand devant les mouvements si habiles et précis de Loomis sur son instrument. Je ne peux par contre pas encenser ce disque auprès de tous les fans de Nevermore car ceux-ci n’y trouveront pas leur compte. Dommage mais, il y a fort a parier qu’un deuxième disque pourrait corriger les erreurs de celui-ci en proposant des collaborations avec plus de musiciens et / ou en explorant d’autres styles.

 

Tracklist :

  1. shouting fire at a funeral
  2. opulent maelestrom
  3. jato unit
  4. azure haze
  5. cashmere shiv
  6. race against disaster
  7. sacristy
  8. devil theory
  9. miles of machines
  10. departure

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>