Revenge – Infiltration.Downfall.Death

2 Commentaires      1 240
Style: black metalAnnee de sortie: 2008Label: Osmose

Revenge est au Napalm ce que le feu est à la fête, un invité imposé par la force des choses.
Revenge, c’est l’esprit, l’esprit sale de la Bête, se gargarisant entre deux lames en observant le rite immuable d’avant chasse, une préparation faite dans les règles de l’art qui suppose un sens du sacrifice total à son art et une transe digne d’un moine sataniste en pleine prière.

Ce qu’il y a de fascinant avec Revenge c’est que l’on sait à chaque fois ce qui va nous être servi et on y revient toujours.
Au moins là dessus ça nous évite de nous poser trop de questions, on sait que même si ce n’est pas carnaval le groupe débarquera en Panzer dans notre salon ou en chevauchant le Tigre dans nos écouteurs.
On pourrait être marron de se faire baiser comme ça à chaque album puisqu’il en suffit d’un pour avoir tous les autres, mais que voulez vous, un album de Revenge c’est comme la première neige en Montagne pour une station de ski, on a l’habitude mais on l’attend toute l’année.

Dans la forme rien n’a changé, Infiltration.Downfall.Death reprend le flambeau de la tradition du titre de disque avec sa terminaison hydrocéphale, la trinité nominative des titres des disques de Revenge ayant fait ses preuves depuis un certain temps là aussi on ne s’affole pas, depuis Attack.Blood.Revenge et le dernier en date avant celui ci Victory.Intolerance.Mastery autant dire qu’on reste en terrain conquis.
Avec Infiltration, Revenge se trouve une approche un brin plus « sludge » oserais je, cela est vraiment subtil, ça ne saute pas aux oreilles, mais les volées de plomb qui parsèment le disque ont quand même une petite saveur que certains ferrailleurs ne renieraient pas.
Mais le Revenge que l’on aime est là, James Read et Pete Helmkamp font vivre cet hybride avec maestria, on retrouve dans le fond du gosier de ses sonorités toute la sauvagerie d’un Angelcorpse, la brutalité d’un Conqueror ou l’acidité d’un Axis of Advance sans oublier de donner au groupe ce supplément de modernité qui le place définitivement à part sur la scène black mondiale.

Austérité et malfaisance ne sont pas les seules attaches auxquelles Revenge accorde du crédit, bien au contraire la concision et la force primale qui l’animent le pousse à aller renâcler les chemins de traverse pour donner à sa guerre musicale une teinte unique et savoureuse.
Une véritable bombe H que ce disque. Hail the allmighty barbarians.

 

http://www.youtube.com/watch?v=5Fb5uD3yLdQ

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. wasted says:

    Encore une très bonne kronik de Guim après celle du PROCLAMATION. Décidément votre site de tarlouzes n’a pas fini de me surprendre. Bonne continuation les zamis.

  2. guim says:

    Putain le compliment d’enculé. ;) Merci d’être passé, en tout cas. héhé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *