Dead Congregation – Graves of the Archangels

6 Commentaires      1 637
Style: death metalAnnee de sortie: 2008Label: Nuclear War Now!

A en croire les différents commentaires qui circulent sur Internet, Dead Congregation est l’une des meilleures choses qui soit arrivée au death metal ces dernières années. Pourquoi? Parce que comme le groupe se plaît à le souligner dans sa biographie, ce dernier s’intéresse davantage aux atmosphères et aux ambiances qui se dégagent de ses compositions plutôt qu’à l’aspect purement technique ou brutal. Il faut reconnaitre que cette dernière décennie à été placée sous le signe d’une surenchère de la brutalité, parfois même au dépend d’une certaine personnalité. Alors que certains crient au génie, d’autres n’y voient qu’une musique sans âme et sans profondeur. Je laisserais chacun se faire son propre avis sur la question, mais le fait est que Dead Congregation suscite aujourd’hui un vif intérêt au sein de l’underground death metal, notamment avec la sortie de ce premier album intitulé Graves Of The Archangels.

Originaire de Grèce, Dead Congregation a vu le jour en 2004 suite au split de Nuclear Winter. Le groupe mené par Anastasis Valtsanis a dès lors très vite fait parler de lui avec la sortie en 2005 d’un EP intitulé Purifying Consecrated Ground sur le label Konqueror (Nominon, Epitaph…). Ce dernier a d’ailleurs été réédité en 2006 dans une version digipack par Enuclation (Coffins, Negura Bunget, Total Fucking Destruction…). Malgré cette première mise en bouche encourageante, il faudra pourtant attendre 2008 pour que ce premier album voit le jour sur le label Nuclear War Now! (Blasphemophagher, Funebrarum, Morbosidad…). Cette attente peut certainement s’expliquer par l’activité parallèle de monsieur Valtsanis puisque c’est lui qui se cache derrière le label Nuclear Winter à qui l’ont doit d’excellentes sorties, notamment celles de Kaamos, Verminous ou encore Karnarium. On touche donc ici à la crème de la scène underground.

Ce que l’on remarque en premier lieu sur cet album c’est sa pochette. Certains la trouvent grossière et maladroite, je la trouve pour ma part particulièrement réussie et fort à propos. Les plus aguerris auront reconnu là le travail de T. Ketola déjà responsable de certains artworks pour Murder Squad, Verminous, Marduk, Watain, Dissection et bien d’autres. Mais ce n’est pas le plus important, ce qui nous occupe ici c’est bel et bien le contenu de ce disque, non pas son emballage. Comme je vous l’ai dit plus haut, l’idée de base de Dead Congregation est de produire un death metal au sens noble du terme, c’est à dire une musique lourde, oppressante et blasphématoire. Pari réussi et ce dès les premières secondes de « Martyrdoom », une introduction terriblement sinistre de plus de 5 minutes qui se déploie lentement et ne laisse rien présager de bon (Arghhh ce riff qui tourne et ces roulements de tomes – jouissance!). Puisant ses influences chez des groupes comme Incantation ou Immolation, Dead Congregation pratique donc un death metal plutôt simple en apparences mais loin d’être simpliste. A l’instar de ces groupes, et même si les blasts sont ici légion, il se dégage de ce Graves Of The Archangels une atmosphère particulièrement étouffante notamment grâce à cette alternance de blasts et de passages mid tempos vraiment écrasants mais surtout grâce à des riffs malsains qui sentent littéralement la mort, la décomposition et la pourriture. A cela s’ajoute le chant grave et froid d’outre tombe de Anastasis Valtsanis qui vient nous déverser sa haine envers le christianisme et toutes forme de religion. C’est d’ailleurs non sans une certaine ironie que l’album est partiellement ponctué de chants orthodoxes comme sur « Graves Of The Archangels » ou encore sur le redoutable « Teeth Into Red » et sa fin magistrale.

Graves Of The Archangels n’est pas un disque forcément très facile d’accès. Malgré une production particulièrement bonne qui met en avant chaque instrument de façon relativement claire, le fait est que les premières écoutes peuvent se montrer douloureuses. On a l’impression d’être face à un bloc massif et impénétrable qui ne bougera pas. Pourtant au fil des écoutes, les choses deviennent plus claires et on commence à prendre de plus en plus de plaisir à découvrir ce Graves Of The Archangels et ses neuf brûlots blasphématoires. Le travail sur les ambiances est vraiment remarquable. Sombre, inquiétant, perturbant, menaçant, froid, sinistre… voilà quelques adjectifs qui me viennent en tête quand je pense à cet album. De plus je lui trouve un côté délicieusement old school dans le son et les ambiances qui me rappellent les productions scandinaves du début des années 90 même si c’est plutôt en effet du côté des deux groupes américains cités un peu plus haut qu’il faut associer Dead Congregation.

Vous l’aurez compris, voici un disque qui n’est pas à mettre entre toutes les mains. Certains n’y verront qu’un album de death metal somme toute assez classique. Il n’en est rien. Graves Of The Archangels est redoutable, puissant et jouissif et s’inscrit d’ors et déjà comme un album de death metal incontournable pour les années à venir. Je vous conseille vivement de vous y intéresser et cela même si vous ne succombez pas aux charmes de ce groupe grecque dès la première écoute. Cela en vaut vraiment la peine.

  1. martyrdoom
  2. hostis humani generis
  3. morbid paroxysm
  4. vanishing faith
  5. voices
  6. graves of the archangels
  7. subjugation
  8. source of fire
  9. teeth into red
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

6 Commentaires

  1. Bernard says:

    Ca me semble tout bon ce groupe. Je vais jeter une oreille là dessus sans trop tarder…

  2. heavydevy says:

    Je ne connais pas (encore) cet album,je vais m’y intéresser.Sinon,une très bonne chronique,qui décrit bien la musique du groupe,ca donne envie.

  3. Ø says:

    Poutral.

  4. Ellestin says:

    Effectivement une taboulerie à sévices qui n’a pas à se coucher devant les meilleurs Morbid Angel et Immolation. Le death maléfique revient en force et ca n’est pas un luxe !

  5. Bernard says:

    Plus que convaincu par ce que j’ai pu entendre! Bien dans le même trip qu’Incantation. Ca me botte tellement que j’ai commandé l’album! Voilà une chronique bien efficace puisqu’elle suscite l’achat du disque décrit :)

  6. Amour, Gloire... says:

    Cool, ravis que ces quelques mots aient pu en décider quelques uns. Je ne saurais que trop te conseiller de jeter une oreille aux productions du label Nuclear Winter également. En tout cas enjoy ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *