Deathspell Omega – Mass Grave Aesthetics

1 Commentaire      1 538
Style: black metalAnnee de sortie: 2008Label: Norma Evangelium Diaboli

Enfin disponible en CD, Mass Grave Aesthetics est un titre initialement paru uniquement en vynil entre Si Monumentum Requires, Circumspice et Fas, Ite Maledicti, in Ignem Aeternum. Le style emprunté par Deathspell Omega se situe donc au confluent de ces deux disques et fait figure de morceau de transition. Une transition tout en blasts et en harmonies dissonantes.

Les riffs malsains et épiques de Si Monumentum… sont encore présents mais les accélérations ainsi que les passages atmosphériques font leur apparition. Dès la deuxième moitié de la cinquième minute, la plongée dans un drone vaporeux se prolonge un peu avant le retour à l’explosion des notes et d’un jeu de batterie qui n’a pas cessé de se complexifier depuis Inquisitors of Satan jusqu’à Chaining the Katechon aujourd’hui.

Mass Grave Aesthetics n’est donc pas un morceau où le groupe se cherche mais une occasion pour eux de créer une passerelle entre les deux disques. A croire que si les morceaux de leurs albums s’organisent pour former un tout, leur sortie suit la même logique et s’harmonise vers une direction à chaque fois bien définie.

Vers la onzième minute des samples ambiant font leur apparition, tel le grondement des vagues que Moïse sépare pour laisser passer son peuple, et entoure les instruments dans une procession riche en mouvement rythmique, auréolée d’une mélodie dissonante. Puis le mur s’effondre et la voix semble être prise par les flots. Menaçant de s’enfoncer, le cri évoque le râle des condamnés avant que le rythme ne reprenne de plus belle et que les hurlements se fassent toujours plus déterminés.

Quinze minutes et trente secondes. Le rythme se ralentit enfin pour signaler que l’odyssée porte à sa fin. Un orchestre vient alors conclure la dernière minute à grand renfort de chœur d’opéra et d’instruments indistincts pour signaler la fin du périple. Un voyage dense et riche en image tant la composition est propice à peindre une toile sonore complexe et complète. Tout ce que l’on doit attendre d’un titre d’une vingtaine de minutes est là. Puissance, atmosphère et cohérence dans un même morceau qui vaut bien son isolement sur un seul disque.

  1. mass grave aesthetics

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Ø says:

    Pas mieux, DsO sont vraiment excellents sur les longs titres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *