Otargos – Fuck God – Disease Process

1 Commentaire      1 428
Style: black metalAnnee de sortie: 2009Label: Rupture Music

Quelque part dans les nuées…

 » – Krakou ?
– Ouais ma caille ?
– On arrive bientôt ?
– J’en sais trop rien. C’est la première fois que je viens en même temps…
– Vraiment, c’est trop bête.
– Hum… trop bête oui. Tout ça pour un disque de Bruce Dickinson…
– Bah si tu l’avais pas balancé par la fenêtre de la rédac’ j’aurais pas foutu le feu à ton bureau…
– T’es taquin quand même… Par contre je me demande vraiment pourquoi on n’a pas pu sortir…
– Je crois que c’est Jonjon qui cuvait devant la porte.
– Ah ok. Bon bah c’est fait, c’est fait hein ! On va pas épiloguer éternellement là-dessus mon p’tit Alchy.
– Euh, je pense qu’on va avoir un peu de temps devant nous ceci dit… Ah bah on arrive. »

« – NOM DE MOI DE BORDEL DE MOI ! REGARDEZ-MOI CES DEUX MECREANTS !
– Putain on dirait que ça va chauffer Alchy ! Passe devant, après tout c’est grâce à tes conneries qu’on est là… Ah bah c’est marrant ça, il ressemble pas du tout à Devin Townsend en fait.  »

Un vieillard barbu en toge blanche battait de la sandale en tournant autour de son bureau…

 » – Alors les p’tit gars, reprit l’être visiblement suprême, on est morts et on vient gratter à la porte du Paradis ? J’aime autant vous dire que c’est pas gagné !
– En même temps on a rien demandé…
– SILENCE ! Votre cas est déjà assez grave. Ainsi vous projetiez de dire du bien du dernier Otargos ? Vous avez vu le titre ?! Fuck God – Disease Process, vous trouvez ça malin ?
– Bah là tout de suite non, mais diablem… euh sacrément couillu oui. Avec ça, ils étaient sûrs de pas passer inaperçus. Et puis la vache quelle claque ! Moi qui les ai suivi depuis Ten Eyed Nemesis, je suis aux anges ! Ah ah… Hem…
– Dis-donc, fils, tu serais pas en train de me faire l’article de ces suppôts de qui-tu-sais ?
– Je confesse que si…  »

Dieu cala son auguste postérieur dans son fauteuil.

 » – J’aurai tout entendu… Voyons ce que tu as à dire pour ta défense.
– Le truc c’est qu’après avoir parcouru les éternités glacées de l’espace, ils ont conclu que Vous n’existiez pas. En plus de ça, certains leur reprochaient de tourner en rond. Du coup ils ont mis les petits plats dans les grands : mélodies impures et arpèges faméliques donnent un nouveau tour à leur Black-Metal. Pour autant, ils n’ont pas délaissé leur puissance de feu, je dirais que l’ensemble est plus varié qu’auparavant et s’assimile donc sans difficulté. Du très bon boulot vraiment…  »

Le boss d’Eklektik voyant que les foudres divines ne s’abattraient pas tout de suite sur lui sentit une soudaine vague de courage l’envahir.

 » – Hé dis donc, je peux en placer une ? Après tout, c’est aussi mon âme qui est en jeu. Tout ça pour dire que je plussoie comme on dit dans le milieu ! Bah oui c’est vrai que nos petits gars n’ont pas l’air d’être tellement adeptes de Toi et des idées véhiculées par ton fan-club, mais comment leur en vouloir quand ils y mettent autant leurs tripes ? Ca me fait penser que l’approche d’Otargos avec cette offrande dont je ne citerai plus le nom par égard pour Ta Grandeur, rappelle pas mal celle du dernier méfait d’autres français dont les propos et la violence doivent à coup sûr égayer les si célèbres teufs de l’ami Saint Pierre, j’ai nommé Arkhon Infaustus.
– Vous autres humains débordez d’imagination dites-moi… En clair ils déploient le même savoir-faire maléfique et la même volonté de me manquer de respect, c’est bien ça ?
– Ben on pourrait le dire comme ça en effet… Pour être plus précis on retrouve sur ce nouvel opus ce goût pour les ambiances malsaines et poisseuses, les riffs légèrement dissonants et une certaine tendance à ralentir le tempo pour appuyer le propos. De là à dire que les Bordelais ont pas mal écouté Orthodoxyn il n’y a qu’un pas que je suis bien tenté de franchir. D’autant que l’écoute d’un titre comme « La Genèse de Dieu » chanté en français ne peut que renvoyer à un autre titre lui aussi interprété en français par Arkhon, à savoir « La Particule de Dieu ». Bref, par moment ce **** God me fait un peu trop penser au boulot du groupe précité et j’ai du mal à n’y voir qu’une simple coïncidence… En même temps, je pinaille car d’une part il y a pire comme influence, et puis d’autre part (et c’est peut-être le principal finalement) cet album reste très bon, toujours marqué de ci de là par les ondes des Suédois de Dark Funeral. Encore des amis à toi, Ô plus haut des cieux…
– J’ai l’impression que ce ramassis de pandas excités va fournir de bien beaux clients pour le voisin d’en bas… Enfin…  »

Le Père visiblement las, se rencogna dans son fauteuil et bailla divinement.

 » – Allez, continuez mais faites vite, j’ai encore du pain spiritique sur la planche…
– Si tu permets Krakou et si vous le permettez aussi Ô vous, ils n’ont pas non plus attendu d’écouter les sulfureux Blackeux franciliens pour ralentir le tempo à de nombreuses occasions et imprimer à leur musique une patte assez reconnaissable, à savoir l’alternance entre blasts dévastateurs et parties oppressantes. La référence filmographique désormais classique du style Otargos est aussi un signe fort, puisqu’après Le prince des ténèbres, 2001, odyssée de l’espace, c’est le célèbre Pinhead (Représentant fièrement les Cénobites au garde-à-vous) qui vient hanter un titre pour un moment de pure hystérie musicale. Au passage je tire mon auréole au batteur qui est littéralement impérial sur les 9 épîtres impies. Et puis il y ces deux fameuses compos en français qui parachèvent l’oeuvre de bien belle manière. Euh… Monsieur Dieu ?
– RZZZ… RZZZ… RZZZ…
– Euh Alchy, je rêve pas, il dort là ?
– Normal, t’as vu la longueur de la chro ?
– Bon bah… on essaie de se tirer alors ? C’est pas le tout, j’ai un forum à tyranniser moi…
– Attends, je crois que j’ai trouvé une issue, Amen toi !  »

Verdict :
AlCheMist : Yeah !
Krakoukass : C’est du bon

  1. dawn of the ethereal monolith
  2. erased
  3. the wall of galaxies
  4. la genèse de dieu
  5. nullabsolut
  6. pour toi une renaissance
  7. entropy omega
  8. n-universe
  9. four facets of the tetragramaton sinestre

Chroniqueur

alchemist

Chroniqueur inter mi-temps, amateur de chats, de Metal mélodique sous toutes ses formes, de fromages de caractère, de bons bouquins, de radios intelligibles... et de zombies.

alchemist a écrit 99 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. noohmsul says:

    Enooorme la chronique!!! Du coup je vais y jeter une oreille…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *