Catamenia – VIII – The Time Unchained

1 Commentaire      990
Style: melodic black metalAnnee de sortie: 2009Label: Massacre

Qu’est ce qui fait courir Catamenia ? Soyons honnête The Time Unchained est le huitième album studio du groupe (on oubliera volontairement le DVD Metal Mind de merde et l’EP) et qui parle de Catamenia ? Personne. Qui aime Catamenia au point de se prétendre fan ? Personne. Et pourtant imperturbables, presque inconscients, nos finlandais continuent à sortir un album tous les ans ou tous les deux ans, dans la même profonde indifférence. Alors qu’est ce qui motive un groupe à poursuivre dans ces conditions ? On commencera donc cette chronique en saluant le courage de ces guerriers du froid continuant à se battre contre des moulins qu’ils sont seuls à voir.

Cette parenthèse tournée il faut quand même rendre à Catamenia ce qui appartient à Cesar. Eternal Winter Prophecy était un bon album, Eskhata un excellent album, Location :Cold un album plus qu’honnête on était donc en droit d’attendre quelque chose du groupe pour son huitième opus. Malheureusement entre temps certains ont fuit la galère et on préféré prendre la fuite plutôt que de continuer a brasser du vent. On a donc perdu en route d’abord le très bon Mika Tönning, parti après Chaos Born, puis le courageux Olli Mustonen usé dès la parution de Location:Cold. Du coup c’est Ari Nissila, déjà responsable des vocaux clairs sur Eskhata et accessoirement guitariste qui s’y colle.

Dommage, son chant ne parvient pas à faire oublier les précédents chanteurs, tombant dans un registre certes correct mais définitivement trop classique. Côté musique rien de neuf sous le soleil, le groupe officie toujours dans un black/thrash ultra mélodique à grand coup de cavalcades guitaristiques et de blast incessant. Seulement là où le tableau commençait a se noircir fortement on peut toujours compter sur le talent de composition de Riku Hopeakoski et la capacité de ses riffs à faire remuer le popotin. Les morceaux se révèlent donc plutôt efficaces, variés mais sont malheureusement trop convenus pour retenir l’attention de l’auditeur tout au long de l’album. Rien ne sort, aucun titre ne tire son épingle du jeu (allez citons quand même « Enbody and behold » qui surnage assez nettement), les titres s’enchainent à vitesse grand V, et c’est tout. De fait, et malgré une débauche d’énergie évidente, l’auditeur fini par piquer du nez assez largement avant la fin de l’album.

Vraiment dommage mais il est clair que malgré un album correct le groupe ne parviendra pas à sortir de l’anonymat avec cet album. Loin d’être aussi bon qu’un Eskhata il reste même assez nettement en dessous de Location:Cold.
La traversée du désert (glacé) est manifestement loin d’être finie pour Catamenia. Souhaitons leur du courage pour continuer ou pour jeter l’éponge une bonne fois pour toute (qui pourrait leur en vouloir après près de 15 ans d’anonymat).

  1. garden of thorns
  2. alive…cold…dead!
  3. tuhon oma
  4. dominion
  5. the time unchained
  6. embody and behold
  7. fallen
  8. uhrimalja
  9. road of bones
  10. the last day before…
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. AlCheMist says:

    Je me suis pas mal emballé sur ce groupe notamment sur la période Chaosborn. Et puis l’enthousiasme est vite passé… Catamenia fait une musique honnête mais beaucoup trop immédiate et prévisible. Du coup, on s’ennuie vite. Reste un titre que je trouve excellent et qui dure : ‘One with sorrow’ et son harmonie qui reste bien en tête. Dommage, le groupe a l’air de stagner un peu plus à chaque album.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *