Hky – Hky

3 Commentaires      1 292
Style: post doomAnnee de sortie: 2009Label: Musicfearsatan

Autant ne pas le cacher et le dire d’emblée : je suis fan. J’ai déjà vu cinq fois le groupe en concert, dont une fois en répétition, et j’ai eu plusieurs fois l’occasion de discuter avec eux. Ma confession étant faite, je peux donc commencer à encenser leur musique en toute impartialité.

Associé à la scène « post hardcore parisienne », HKY s’extrait très facilement de ce genre en évitant par une atmosphère encore plus dense et plus sombre que celle couramment associée au style. Ainsi bien que le nom de Neurosis saute aux oreilles, c’est aussi celui de Darkspace qui m’apparaît clairement dans le jeu des samples associés aux riffs lourds et sombres. HKY n’en est qu’à son premier album (quatre titre de huit minutes en moyenne) mais tout est donc déjà semé pour que la suite n’ait plus grand chose à voir avec la musique composée par les fans de Isis et de Cult of Luna dont les disques s’empilent sur les tables des journalistes.

Lents et denses, les riffs de guitare auréolés de samples glacials résonnent lourdement devant la section rythmique. Bien que concentré vers un objectif commun, le groupe n’évolue pas comme un seul homme et laisse de la place à chaque membre pour rendre le tout beaucoup plus personnel. HKY trouve ainsi sa propre voix dans un genre balisé et s’extrait donc par la qualité de l’interprétation mais aussi grâce à la forte personnalité de chaque musicien dont le talent est évident. L’enregistrement est d’ailleurs extrêmement travaillé et permet à chaque instrument de ressortir avec plus de clarté que sur les amplis de toutes les salles de concert où j’ai pu les voir se produire.

En seulement quatre titres englobés dans des nappes de sons discordants, HKY ne compose pas que des chansons mais écrit aussi son univers dont la personnalité est d’ores et déjà palpable. Bon sang ne saurait mentir ou produire un disque interchangeable. Altess, Every Reason To, Slavery, Immemorial, (Remote). Tant de noms croisés sur des flyers dont des membres se retrouvent sur ce premier chapitre sans pour autant que l’on ait besoin de les mentionner partout pour vanter les mérites de celui ci. Ce premier album parle pour eux et suffira sans l’ombre d’un doute à convaincre jusqu’à ce que leur prochain disque l’enterre.

  1. monument
  2. curve and abundance
  3. heaven sent anvil
  4. in whorship facing the ruins

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. Ø says:

    Ça m’avait vraiment plu quand je les avais vu en première partie de Wolves in the Throne Room, je vais choper ça.

  2. Damien luce says:

    Merci pour la chronique Hororo, l’album sera dispo à partir du lundi 30 Mars…

  3. Louise Michel says:

    Morceau plaisant ma foué !
    Bonne route les meks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *