Incinerate – Anatomize

Pas de commentaires      1 395
Style: brutal death techniqueAnnee de sortie: 2008Label: Brutal Bands

Ah ben voilà une évolution qui fait franchement plaisir, Dissecting The Angels, le premier album d’Incinerate n’a pas vraiment marqué les esprits lors de sa sortie en 2002, et il faut bien l’avouer, cet album est très moyen. Mais Anatomize, deuxième full length du projet de Scott Ellingboe vient radicalement changer la donne. Et il valait mieux pour ce brave Scott car Incinerate faisait pâle figure au milieu des pointures signées sur son label (Devourment, Abysmal Torment,Despondency, Emeth……).

Mais qu’est-ce qui a changé ? Exit les ambiances blasphémo-maléfiques et place à une véritable frénésie technique qui rend cet album implacable. Pour atteindre ce résultat assez époustouflant dans le genre, monsieur Brutal Bands a su bien s’entourer : à la basse est présent le très demandé mercenaire virtuose Erlend Caspersen (Blood Red Throne, Decrepit Birth, Vile, Deeds of Flesh, Emeth, Spawn of Possession…..). Pour l’accompagner dans la rythmique et donner ce côté frénétique à l’album, le cogneur de fûts fou furieux Darren Cesca (Arsis, Goratory, Pillory….). Mais le défilé de stars de l’underground death metal ne s’arrête pas là car Mike Majewski (Devourment) vient pousser la chansonnette sur le titre « Anathema ». Enfin, l’emballage lui aussi a été soigné, l’artwork ayant été confectionné par Tony Koehl.

Au final cela nous donne un album vivace, tourbillonnant, d’une grande technique tout en restant catchy, on se trouve à la croisée d’un Decrepit Birth (période And Time Begins), d’un Suffocation et d’un Deeds Of Flesh, La fine fleur du death metal américain donc. La filiation avec Suffocation est d’ailleurs mise en avant par une reprise d’ « Infecting The Crypts » assez réussie se retrouvant sur une piste cachée en fin d’album.

Unique petit bémol, la tête pensante du groupe a prouvé avec l’album précédent qu’il savait composer de la musique brutale gardant une bonne dose d’atmosphère (un des rares points positifs de Dissecting The Angels) et ces dernières ont été sacrifiées sur Anatomize afin de laisser libre cours aux prouesses techniques des musiciens. En espérant qu’un éventuel troisième album verra la synthèse de l’ambiance et de la technique, ce qui pourrait donner un véritable chef-d’œuvre.

  1. continuum
  2. emissary
  3. depravity
  4. inherited
  5. infantiphagia
  6. harvest
  7. exsanguinate
  8. ascendant
  9. anathema
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *