Irrwisch – Demo

1 Commentaire      1 244
Style: Depressive Black MetalAnnee de sortie: 2008Label: Those Opposed Records

Il est des albums qui nous tombent dessus sans raison apparente, à des périodes où nous n’attendons pas grand chose en matière de black, et qui nous collent une immense baffe. La première sortie des néerlandais d’Irrwisch fait partie de ces petites révolutions qui prouvent que le black métal n’a jamais perdu la fibre et a su élargir son horizon.

Les trois entités qui composent Irrwisch ont affuté leurs armes avec un premier projet, Widergeist, avant de préparer leur coup de maître. La pochette annonce la couleur: pas foncièrement belle mais le paysage est intriguant et désolé. Ce n’est pas peu dire à l’écoute des premières notes: « Vom Felsen » commence par un trémolo lointain accompagné du heurt des vagues. Le décor est planté à l’arrivée des premières saturations, très profondes, conférant une impression de vertige. Le voyage ne fait que commencer et pourtant, la toile relativement grise se tisse progressivement au dessus de nos têtes. Cette judicieuse utilisation du violoncelle en lieu et place d’un lead de guitare permet d’accentuer le côté mélodique avec sobriété. Rappelant parfois « Syberia » de Vhernen pour sa production hypnotique et ample, Irrwisch mise avant tout sur des structures variées.

En effet, l’originalité est bel et bien là : à l’inverse de nombreux groupes dits « dépressifs », nos bataves ne se contentent pas d’un riff de guitare joué en boucle sur un mid-tempo hasardeux. Les cinq titres possèdent une certaine aura qu’il est difficile de décrire avec précision. Le son, excellent pour le genre et très adapté, convient parfaitement à renforcer l’aspect brumeux des ambiances. Par ailleurs, nous avons affaire à une multitude de mélodies accrocheuses, viscérales et sinistres. « Leer » en est le parfait exemple: la section rythmique dicte à merveille le gouffre de désespoir créé petit à petit par cette base de guitares saturées d’où émane le frisson mélodique provoqué par le violoncelle. Magistral de bout en bout, ce morceau contient la recette complète d’Irrwisch. Créativité, rigueur, onirisme sont de mise pour ce que l’on pense être le point d’orgue de la démo avant même d’avoir écouté le reste. Malgré cela, le groupe n’en démord pas: « Die Freiheit » remet ça de façon moins sombre et « Irrgang » nous travaille durant 10 minutes avant de nous asséner le coup fatal.

Les impressionnants vocaux de Bram nous scotchent pendant les 41 minutes de cette démo sans jamais nous faire sourire lorsqu’ils virent dans les aigus, au contraire. Ils permettent à l’ensemble des instruments de nous piéger insidieusement lors de certains breaks bien sentis (comme l’illustre le passage acoustique du dernier titre « Irrgang » avant la tempétueuse reprise). De ces vocaux, nous gardons à l’esprit la volonté de faire mal et de toucher sans exagérer, à la façon d’un Lyrinx sous reverb.

En outre, l’autre point de fort de cette démo n’est autre que la batterie. Le mix est très organique et le contraste entre le grave poussé de la grosse caisse et la résonance de la caisse claire est assez marquant. Rob exécute avec beaucoup d’envie les parties rythmiques en alternant mid-tempo, blasts furieux et jeu de cymbales classieux. L’ensemble se révèle pêchu, loin des clichés du genre qui a pour mauvaise habitude d’employer des boîtes à rythmes relativement pénibles.

Autant vous dire que ce disque est une de mes grandes surprises de l’année passée et que le potentiel démontré sur la totalité des morceaux nous laisse imaginer un avenir prometteur pour le groupe. Notons que cette démo est parue en CD-r courant 2008 et que le label français Those Opposed Records va presser l’ensemble sur un format professionnel pour une sortie prévue en mars 2009.

Tracklist:

1- Vom Felsen (7:09)
2- Flug (3:36)
3- Leer (6:26)
4- …der Freiheit (8:08)
5- Irrgang (15:48)

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. guim says:

    Assez intimiste et théâtral cet album au final, voilà un disque qui donne aux prosélytes du genre un bel espace pour s’exprimer. Pas forcément convaincu au début, quelques écoutes ont finalement eu raison de mon scepticisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *