Absu – Absu

Pas de commentaires      1 284
Style: black / thrashAnnee de sortie: 2009Label: Candlelight

Ca vous dirait un petit coup dans poing dans la gueule ? Non ? Dommage car c’est exactement ce que Monsieur « Poulpe chanteur » Proscriptor McGovern vous propose avec son nouvel album d’Absu. Qui ça ? Vous savez bien ! Ce garçon capable de jouer de la batterie à 200 à l’heure, tout en se chargeant des vocaux (lead vocals hein !) en même temps. Rien à voir avec Phil Collins je vous le dis. Une petite recherche sur Youtube devrait largement satisfaire votre soudaine curiosité sur le sujet.
Bref toujours est-il que Proscriptor ne nous avait rien proposé de neuf avec Absu depuis 2001, étant momentanément parti jouer du coude dans Melechesh sur le très bon Sphynx puis s’étant consacré à son projet Proscriptor qui donne dans l’ambient-darwave, très éloigné donc du black thrash d’Absu. Vu l’activisme du bougre, il n’est pas impossible qu’il soit aussi allé rendre service à droite ou à gauche.

Mais retour en 2009 quand débarque enfin ce nouvel album éponyme à la bucolique pochette, avec son dragon survolant un monde très heroic fantasy dans l’esprit. Tara était exceptionnel (la chronique manque d’ailleurs cruellement sur EKlektik, Dah-Neir si tu me lis…), proposant un black thrash absolument frénétique, avec un chant de gobelin en guise de cerise sur le pudding.
Il aurait donc été facile d’être déçu par cette suite qui arrive si tardivement. Il n’en est rien. Ce nouvel album conserve la même recette, tout en étant peut-être un peu moins frénétique et hâché que le précédent (pas d’équivalent au speedé et bizarroïde « Pillars of Mercy » sur Tara). Mais attention ça reste très speed et aussi assez technique (sans être jamais imbitable), sauf que la grande force de Proscriptor est de bâtir ses morceaux autour de mélodies ou de riffs de guitare mémorables. C’est ainsi que « Between the Absu of Fridu and Erech » fait son petit effet dès la première écoute et il en ira de même pour les géniaux « Night Life Canonization », ou « Nunbarshegunu » (les familiers de l’univers de Absu retrouveront les titres et les paroles proches de l’imagerie heroic-fantasy ou assimilé).

Mais loin de bourrer continuellement pendant 53 minutes, Absu nous propose des aérations bienvenues, comme ce Mellotron sur « Amy » qui vient poser une ambiance particulière sur le « refrain » après des couplets portés par une rythmique groovy en diable. Idem pour cet incongru clavecin qui arrive façon Diabolical Masquerade sur « Of the Dead Who Never Rest… » (le gros morceau de l’album découpé en 3 parties) avant de se transformer en exubérants solos de synthétiseurs vers la fin du titre. On pourra aussi effectuer un petit et très court parallèle avec le travail d’ambient de Proscriptor sur le début et le milieu de l’excellent « Those of the Void will Re-Enter » qui calment le jeu et posent une ambiance reposante au milieu de la furie.

On s’en réjouira ou non selon qu’on appréciait ou non ces passages déjà rares sur Tara, mais il n’est plus question ici de chant aigu façon heavy, le registre de Proscriptor reste le même (gobelin style, proche du black) de A à Z. Personnellement je m’en félicite ! A noter la présence d’invités prestigieux (Ashmedi de Melechesh, Blasphemer de Mayhem ou Nornagest de Enthroned voire même David Harbour – ex King Diamond – et j’en passe) venus gargouiller ou riffer avec la bande, mais dont il faut bien reconnaître que les interventions ne sont pas forcément faciles à déceler.

Bref c’est du tout bon, et même bien plus que ça, Absu est un superbe album pratiquement aussi bon que son prédecesseur, ce qui n’est pas peu dire. Si vous aimiez déjà Absu, foncez, aucun risque de déception avec ce nouvel opus. Si vous ne connaissez pas encore, voilà une bonne occasion de sauter le pas.

Tracklist :

  1. between the absu of eridu & erech
  2. night fire canonization
  3. amy
  4. nunbarshegunu
  5. 13 globes
  6. of the dead who never rest in their tombs…
  7. magik square cipher
  8. in the name of auebothiabathabaithobeuee
  9. girra’s temple
  10. those of the void will re-enter
  11. sceptre command
  12. ye uttuku spells
  13. twix yesterday, the day & the morrow
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 900 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *