Von Bondies – Love, Hate and Then There’s You

Pas de commentaires      997
Style: rock garageAnnee de sortie: 2009Label: Majordomo Records

Qui se souvient encore des Von Bondies ? A part ceux qui se rappellent que leur leader, Jason Stollsteimer s’est fait un jour méchamment casser la gueule par Jack White ? Pas grand monde. Dommage, c’est oublier les deux excellents premiers albums de ce groupe mixte (deux gars, deux filles) de Detroit : Lack Of Communication (2001, entre garage-rock swampy et rhythm’n’punk crasseux) ; Et Pawn Shoppe Heart (2004, plus indé, moins garage) sur lequel on trouve leur fabuleux single « C’mon, C’mon ». Le genre de morceaux à rendre « Smells Like Teen Spirit » et « 7 Nation Army » jaloux.

De manière tout à fait surprenante (quoique…), les Von Bondies ratent leur rendez-vous avec le succès. Et après ? Plusieurs années de galères classiques : Les labels (d’une major on repasse sur un indé) ; Le line-up (la guitariste et la bassiste se cassent. Aussitôt remplacées par deux autres filles -visiblement, on tient à la mixité-).

Et voilà qu’en 2009, les Von Bondies réussissent enfin à sortir ce troisième album. Love, Hate And Then There’s You, couvre évidemment les thèmes chers au groupe. Quoi, le titre de l’album n’est pas assez explicite pour vous ? Alors disons qu’ici, on parle d’amours déchirées, désir de mort typique de la nostalgie adolescente et volonté de rédemption. Autre volonté, celle d’affirmer le retour (se voulant) gagnant du groupe. Et c’est le « This Is Our Perfect Crime » d’ouverture qui s’y colle. Plus remonté que jamais, cette grande gueule de Stollsteimer n’hésite pas à présenter sa bande comme les petits rois de l’underground. Oui, mais. Jusque là, les Von Bondies faisaient tout ça sur de solides compos aux références qui ne l’étaient pas moins (entre Cramps, Gun Club et Nirvana, pour faire court). Aujourd’hui, un malheureux virage lorgnant un peu trop vers le college-rock nous empêche d’apprécier totalement la chose. Le syndrome Kings Of Leon, en quelque sorte.

Bon, ne soyons pas totalement mesquins, on trouve encore ça et là des mélodies entêtantes sur des riffs efficaces (« Shut Your Mouth »), des refrains aux chœurs féminins séduisants (« Blame Game ») et une énergie communicative (« She’s Dead To Me », « Pale Bride », « I Don’t Wanna »). Et puis il y a toujours la voix de Jason Stollsteimer. Absolument envoûtante lorsqu’il s’agit de crier les déchirements de son cœur. Cet élément à lui seul, nous ferait presque accepter les fautes de goûts qui parsèment cet album. Presque.

  1. this is our perfect crime
  2. shut your mouth
  3. pale bride
  4. only to haunt you
  5. 21st birthday
  6. she’s dead to me
  7. chancer
  8. blame game
  9. i don’t wanna
  10. accidents will happen
  11. earthquake
  12. modern saints
Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *