Impending Doom – The Serpent Servant

Pas de commentaires      876
Style: brutal deathcoreAnnee de sortie: 2009Label: Facedown Records

« From sunrise to sunset are we part of this big accident? The vastness of space, the delicacy of your face, the artistry of nature, all without a painter. I don’t have enough faith to buy into that »

Impending Doom – Anything goes

L’athée que je suis a forcément beaucoup de mal à sympathiser avec cette rhétorique; bien que je comprenne les fondements de ce rejet de la science pour embrasser une religion où l’origine de la vie a un sens. Par contre, le metalleux n’a pas mal a accrocher au groove de ce groupe.

Auparavant, Impending Doom n’était qu’un groupe de deathcore où le blast et les mosh part à une corde étaient la règle. Maintenant, Impending Doom est toujours un groupe de deathcore avec des mosh part à une corde, mais avec moins de blast et une influence Meshuggah, période Nothing, bien assimilée, qui donne plus de relief à leurs mosh parts.

Le son est compact, gras et froid. Tout est gras et sombre sur ce disque. Seules quelques lignes mélodiques à la Meshuggah tranchent dans le vif pour varier au milieu de ces rythmiques où la double se plaque contre les riffs. La variété n’est donc pas à l’ordre du jour sans que l’efficacité soit oubliée.

Les onze titres de The Serpent servant moshent donc pour Jesus-Christ avec ce qu’il faut de brutalité pour satisfaire un besoin pressant de violence concentrée. Peut-être viendra t’il l’envie à nos chrétiens du pit de faire varier leur musique une fois qu’ils auront mieux assimilé la polyrythmie suédoise ? L’exercice est pour l’instant suffisamment bien réalisé pour que l’on ne se pose pas de question pendant un demi heure et que l’on laisse tourner avec le sourire cette collection de riffs tous plus identiques les uns que les autres sans que cela soit ennuyeux.

  1. when waters run deep
  2. the serpent servant
  3. anything goes
  4. storming the gates of hell
  5. welcome to forever
  6. more than conquerors
  7. revival:america
  8. in the house of mournings
  9. when i speak
  10. city of refuge
  11. beginnings

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *