The Ocean

1 Commentaire      1 132
Salut Robin, comment est le moral au sein du collectif The Ocean ?

Plutôt bon, on se repose un peu après la tournée récente qui était assez dingue question fête et alcools, avec 22 personnes dans le bus. Un peu de repos est donc vraiment bienvenu !

Commençons par évoquer le nouveau label Pelagic. Peux-tu nous expliquer ce qui a motivé ta décision de le monter, et quel est ton objectif ?

Ca fait un moment que cette idée de monter un label me travaille, pour de multiples raisons. C’est toujours mieux de faire autant que possible les choses par soi-même, et je veux vraiment être dans une position où je n’ai pas besoin d’aller supplier telle ou telle personne pour obtenir l’artwork que je souhaite, et pour pouvoir percevoir directement les revenus provenant des ventes de disques. Ce n’était pas le cas aujourd’hui, et depuis le nombre d’années que je m’investis dans la musique, je n’ai pas rencontré un seul groupe qui ait perçu des royalties de la part du label sur lequel il est signé.
Donc faire les choses par soi-même a vraiment beaucoup de sens, mais il est clair que ça prend pas mal de temps de constituer le bon réseau de distribution et de promotion. J’ai été agréablement surpris de voir comme les choses se passent bien et de façon fluide avec Pelagic. Nous avons réussi à mettre en place un bon réseau de distribution à travers l’Europe, et notre première sortie, Fluxion, sort aux USA via une licence chez Metal Blade.

Pelagic sortira de la musique de qualité de groupes et d’artistes partageant une certaine vision, et qui font tout ce qu’ils font avec passion et style. J’utiliserai le label pour mettre en œuvre ma conviction que j’ai souhaité exprimer avec The Ocean à plusieurs reprises, qu’un album peut et doit être plus qu’une simple somme de titres.
Nous sortirons peu d’albums par an, mais chaque sortie sera spéciale et bénéficiera d’un effort tout particulier porté sur le packaging et l’artwork.
Nos premières sorties effectives ou à venir pour le moment sont donc le nouveau Fluxion, le repressage de Precambrian en 3xLP, le premier EP d’un excellent groupe suisse qui s’appelle Nebra, et à l’automne, un projet auquel je participe depuis longtemps, mais que j’avais du mettre en stand-by à cause de l’actualité de The Ocean. Je suis dans ce projet avec l’ancien batteur de 3 Inches of Blood / Catharsis, et quelques autres potes.

Les ventes de Precambrian sur Metal Blade ont-elles été bonnes ?

Oui. Tout le monde est content. C’est difficile de vendre des disques en 2009, et tant Metal Blade que nous, sommes contents de voir que le groupe progresse et vend davantage de disques à chaque nouvelle sortie. Precambrian s’est deux fois mieux vendu que Aeolian, dans le monde entier.

Comme tu le disais, la première sortie sur Pelagic, est la réédition de votre album Fluxion. Peux-tu nous expliquer quels sont les changements par rapport à la première version, tant esthétiquement qu’au niveau musical et sonore ?

La nouvelle édition de Fluxion comprend des vocaux réenregistrés par notre plus récent vocaliste Mike Pilat, qui vient juste de quitter le groupe… ce qui ne nous dérange pas outre mesure, puisque The Ocean a toujours été un collectif, et je suis sûr que nous trouverons un bon remplaçant sur la durée. Les vocaux sur cette nouvelle version, sont bien plus variés que sur l’édition originale de Fluxion.
C’est vraiment la plus grosse différence, car on peut désormais entendre de tout, depuis les voix claires chantées, jusqu’aux growls, et autres hurlements aigus ou graves.

On a aussi complètement remixé et remasterisé l’album tant qu’on y était. Il sonne vraiment autrement, et se rapproche bien davantage du son que l’on voulait obtenir sur l’édition originale de Fluxion… beaucoup plus précis et ordonné d’un côté, et un son de basse plus heavy et plus crade d’un autre côté. Tout est désormais clairement audible, et à franchement parler, ça sonne vraiment mieux qu’avant.

Et puis enfin il y a un tout nouvel artwork signé Martin Kvamme, notre designer favori qui a aussi réalisé les artworks de Aeolian et Precambrian.

On en déduit que tu n’étais pas satisfait de la production et des vocaux de la première version de Fluxion ?

En effet je ne l’étais pas. Quand il est sorti, je trouvais qu’il sonnait super, mais parfois quand tu bosses longtemps sur un projet d’enregistrement, tu perds ta capacité à prendre de la distance et à garder une vision et une appréciation objectives de la chose. La version originale de Fluxion était trop monotone, ce qui était dû d’abord au son, et en partie également à un manque de variété vocale.
Les vocaux étaient alors principalement signés Meta, notre ancien chanteur, et son spectre vocal est très limité.
Il a vraiment une super voix, mais il reste toujours dans le même ton. Les gens qui appréciaient Meta seront quand même contents car Meta reste présent épisodiquement sur la nouvelle version de Fluxion.

Que répondrais-tu aux gens qui interpréteraient cette démarche comme une démarche commerciale, et un moyen de faire du neuf avec du vieux ? Certains pourraient penser que tu as fait ça pour l’argent, pour vendre à nouveau le même album à tes fans dévoués…

Franchement je ne pense pas que qui que ce soit puisse penser ça. Il ne faut pas oublier que la première édition de Fluxion est sold out depuis pas mal de temps maintenant, et on voulait vraiment que l’album soit de nouveau disponible, car il représente une étape importante de notre évolution. Les chansons sur cet album représentent encore le groupe aujourd’hui, nous avons encore joué 3 titres de l’album, lors de notre dernière tournée européenne en tête d’affiche. Une réédition était donc prévue de toute façon, les gens nous la réclament depuis un moment, l’album n’ayant jamais été officiellement disponible dans pas mal de pays européens, ainsi qu’aux States. Plutôt que de ressortir quelque chose dont nous n’étions pas entièrement satisfaits dans un nouveau packaging (ce qui aurait évidemment été la solution la plus simple), nous avons décidé de donner à nos fans ainsi qu’à nous-mêmes, quelque chose de meilleur, et on a donc décidé d’investir dans le réenregistrement des voix, et pour remixer et remasteriser entièrement l’album.

Tu considères qu’il s’agit donc de la seule et unique version de Fluxion qui aurait jamais du voir le jour, ou comme une alternative à la première édition ?

Ce sera aux gens d’en décider. Je pense vraiment que cette nouvelle édition est bien meilleure et bien plus proche du son du groupe aujourd’hui. Mais si les gens préfèrent l’ancienne, ça me va aussi, c’est aussi une partie de l’histoire du groupe.

Le nouvel artwork est clairement plus sombre que le premier (qui était très beau, servi par un digipack grande classe, mais qui était très lumineux). Est-ce un moyen de faire de Fluxion et Aeolian de vrais jumeaux, à la fois sur le plan sonore (avec le remastering) et esthétique ?

Ouais, Fluxion et Aeolian ont été enregistrés durant la même session, et devaient initialement sortir ensemble, ce qui n’avait pas pu se faire à l’époque car nous étions sur un petit label et qu’ils n’avaient pas d’argent pour soutenir le projet. Avec cette réédition, nous voulions établir clairement la connexion, en ayant un artwork complémentaire pour les deux albums.
La pochette et le design de tout l’artwork du nouveau Fluxion sont basés sur l’artwork de Aeolian. Les livrets sont complémentaires, avec du papier épais à l’extérieur, et du papier fin à l’intérieur, pour évoquer la Bible de Gutenberg. Aeolian était sorti emballé par un fourreau blanc avec des impressions dorées, et Fluxion a désormais un fourreau noir, avec des impressions en argent et des illustrations différentes qui s’inscrivent dans le style artistique de Aeolian.
Quant à l’impression positive et lumineuse que tu évoques s’agissant du précédent artwork, je rappelle quand même qu’il ne s’agissait que d’une fausse première impression, faite pour être trompeuse. En effet derrière cette paisible colonies de poissons dans l’eau claire présentée sur la pochette, on trouvait à l’intérieur une image en noir et blanc remplie de poissons morts. Cette noirceur était renforcée par des silhouettes sombres et menaçantes de poissons.
L’idée de base était terrible, mais le résultat aurait pu à mon avis être encore meilleur.

Parlons un peu de la première sortie hors The Ocean de Pelagic, les suisses de Nebra. Je sais que ça fait un moment que tu suis ce groupe, dont tu apprécies la musique. Peux-tu présenter le groupe et sa musique à nos lecteurs ? A quoi doivent-ils s’attendre ?

Nebra est un groupe instrumental très puissant, qui nous vient de Genève en Suisse. Il n’y a qu’une seule chose à en dire en fait : ils déchirent ! Leur musique est puissante, innovante, ils écrivent de très bonnes chansons qui sont à la fois puissantes et accrocheuses, et qui me rappellent parfois Keelhaul et Craw, deux groupes que j’adore. Les gars sont en activité depuis un bon bout de temps, car ce sont des mecs qui jouaient ou jouent encore dans Knut, Nostromo ou Mumakil. Le groupe a été mis en pause pendant un an après que le batteur ait eu un très grave accident, et c’est assez incroyable de voir que leurs liens sont tellement forts, que le groupe a survécu à ce terrible coup du destin, les autres membres attendant son rétablissement, pour revenir ensemble plus forts que jamais.
Nebra sera bientôt en première partie de Gojira à Genève et on est en train de préparer une tournée à l’été ou l’automne.
Le EP que nous sommes en train de sortir sur Pelagic, se présente dans un très beau packaging conçu par Seldon Hunt, avec un cd spécial transparent avec de l’encre argentée, dans la même veine que les disques de Precambrian. Pour entendre des extraits audio, rendez-vous sur http://www.theoceancollective.com/pelagic. Le premier titre de l’EP contient le riff le plus épique que j’ai entendu depuis facilement 3 ans.

Mike Pilat a quitté le groupe il y a quelques semaines, laissant le poste de chanteur vacant au sein de The Ocean. Peux-tu nous expliquer les raisons de ce depart ?

Mike est parti à cause de problèmes financiers et en raison du fait qu’il n’était pas en mesure de tourner avec nous autant qu’on souhaite le faire à l’avenir. Mike est un type super et un super chanteur, mais on comprend ses raisons. On est donc à la recherche d’un nouveau vocaliste et pour le moment ce n’est pas gagné. C’est souvent des kids australiens fans de metalcore qui nous écrivent pour nous rejoindre, avec des performances vocales plutôt désastreuses. Dès qu’on leur demande de faire un essai et de s’enregistrer sur un de nos titres, on entend plus parler d’eux… On cherche un chanteur particulier capable d’assurer dans tous les registres vocaux, qui a de la présence et de l’expérience en plus d’être bon techniquement. C’est TRES difficile à trouver.

J’ai lu sur votre site internet que vous recherchez un chanteur versatile, capable de growler, mais aussi capable de chanter; car vous prévoyez d’avoir advantage de moments chantés sur votre future album. Peux-tu nous en dire plus sur l’avenir du groupe, et le prochain album à venir ?

On va enregistrer le successeur de Precambrian cet été et on table sur une sortie au printemps 2010. Je suis très enthousiasmé par ce qui a déjà été écrit pour le moment, ça va sonner légèrement différent, mais la plupart des gens qui nous apprécient sont habitués à ce qu’on ne refasse jamais la même chose d’album en album. Il va y avoir davantage de passages chantés c’est certain. On reconnaîtra bien la patte The Ocean sur de nombreux passages qui seront inévitablement heavy, donc il ne faut pas s’attendre à un album calme non plus. Ce sera un album osé, on essaie vraiment de ne jamais faire deux fois le même album, alors ce sera peut-être un choc pour certaines personnes, mais c’est exactement ce qu’on essaie de faire : institutionnaliser le choc, la surprise dans notre musique, tout en restant vrais, et en faisant ce que l’on souhaite faire en tant qu’artistes et en tant que personnes.

Terminons sur une légère note critique. Je trouve que la qualité des prestations live du groupe tend à diminuer à mesure que le temps passe. Honnêtement, autant je trouve le travail vocal de Mike sur album très bon, autant je le trouve assez décevant dans ses prestations live. Ne devriez-vous pas tourner moins, mais dans de meilleures conditions, peut-être en intégrant sur des dates occasionnelles, un orchestre symphonique pour reproduire les subtilités des albums ?

Je suis désolé de lire ça, et je ne sais pas où tu nous a vus live pour la dernière fois. Tout ce que je peux dire c’est que Mike était et est un super chanteur, et clairement le meilleur que nous ayons eus. Et non seulement ça, mais il est aussi un vrai musicien complet, un batteur très correct, un très bon guitariste et bassiste, et un vocaliste qui peut couvrir une large variété de spectres et qui, contrairement à nos anciens chanteurs, n’a jamais eu de problème pour assurer vocalement sur la durée. Mike comprenait la musique que j’écris, sans que j’aie besoin de lui expliquer. Mais bon c’est sûr que tout le monde a des mauvais jours, je suppose. Nous avons tourné continuellement pour Precambrian parce qu’on adore ça et c’est sûr qu’il y a eu des prestations ratées dans le lot parmi les 141 concerts qu’on a faits sur les 12 derniers mois. En particulier pour un chanteur, c’est difficile, car son corps est son instrument, et il doit toujours tout donner, même quand il est malade.

Durant cette période, j’ai clairement vu le groupe et les gens avec qui je joue, progresser et se développer. Habituellement on s’améliore au fur et à mesure des prestations, on ne fait pas de moins en moins bien.
Pour ce qui est des musiciens classiques, cela n’arrivera pas non, ce n’est pas faisable. On ne peut pas se permettre d’emmener un orchestre en tournée avec nous, et bien que j’adorerais ça, ce n’est pas forcément nécessaire pour assouvir nos aspirations musicales.
Le sampler fait partie intégrante de notre panoplie live depuis le début, et il continuera à en faire partie, car nous ne pourrions jamais reproduire l’importante polyphonie des albums, avec les musiciens en live. Et le sampler nous sert aussi à gérer les lights. On va évidemment continuer à travailler notre jeu de scène, mais principalement en terme visuel et par rapport aux lumières. Il y a eu des améliorations techniques récemment dans ces domaines et nous allons beaucoup travaillé à améliorer l’expérience audio-visuelle des shows de The Ocean. On n’a pas besoin d’un orchestre complet pour ça.

Je sais que tu écoutes beaucoup de musique, peux-tu nous dire ce qui t’a marqué récemment ? As-tu écouté le nouveau Mastodon ? Je suis sûr que tu dois être très emballé par la sortie prochaine du nouveau Coalesce. Peut-être as-tu eu déjà la chance de l’écouter ?

Oh oui putain, je suis super excité par cette sortie, un ami l’a récupéré et il tue. Je n’ai pas eu beaucoup de temps ces derniers temps, car je suis sur le point d’en finir avec ma thèse (qui porte sur la surveillance des récifs coralliens d’ailleurs, toujours très lié à l’océan). J’ai pas mal écouté Mulatu Astatke, Earthless, Gojira, Nebra, God is an Astronaut, Philip Glass, 13 & God et El Bicho.
Je n’ai pu écouter que deux fois le nouveau Mastodon; mais il m’a paru génial, j’ai particulièrement aimé les voix. Voilà un groupe qui évolue dans une direction imprévisible avec chacune de ses sorties, et quoi qu’ils fassent, ils flirtent avec le divin…

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 887 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Commentaire

  1. Hysteresis says:

    Excellente cette interview avec questions intéressantes ! c’est pas ts les jours!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *