Irepress – Sol Eye Sea I

Irepress – Sol Eye Sea I

Ne pas se fier à la pochette rebutante. C’est quoi ce truc? Pourquoi ce violet rosâtre?
Après écoute de l’album, la consommation de drogue ne fait plus aucun doute donc on leur pardonne ces délires visuels (un dessin pourri d’un génie fluo à 4 bras jouant au ping pong?). Toujours est-il que voilà le retour d’Irepress, dont le Samus Octology chroniqué dans ces pages commençait à dater.
Le groupe semble exister depuis 10 ans, Samus Octology ayant été enregistré en 2004 mais n’est re-sorti sur Translation Loss (pour moi un certain gage de qualité) et ainsi répandu sur la surface de la planète qu’en 2007, ça faisait donc près de 5 ans que le groupe n’avait rien enregistré de nouveau. Pourtant Irepress reprennent en fait là où ils nous ont laissé, le style est sensiblement identique, et immédiatement reconnaissable, c’est même plutôt agréable de retrouver un groupe rock aussi à part musicalement, à la touche si palpable. Leur musique instrumentale touche à tout, aux élans post-rock teintés de grosses saturations métalliques, est surtout remarquable par ses rythmiques hyper groovy, et ses mélodies enjouées aux sonorités tripantes. On les verrait bien plus venir des plages de Californie que de celles de Boston.

Ce Sol Eye Sea I est toujours aussi riche en sonorités – les effets de guitares sont légion, les guitaristes du groupe devant être pourvu d’une multitude de pédales – certaines sont même carrément curieuses, comme les notes mélodiques de « Barrageo » qui ressemblent presque aux bruitages des pistolets lasers de star wars. Tout semble couler de source dans cette musique mélangeant pèle mêle math rock, prog, jazz, metal, entrecoupée d’interludes divers, d’éléments électroniques, dans une succession relaxante autant que vivifiante. Ainsi même les grosses guitares s’y intègrent sans anicroches. Quelques voix agrémentent certains morceaux, la plupart du temps des coeurs gueulés par le groupe entier façon screamo, mais aussi quelques courtes phrases chantées, ainsi que de brèves incursions de chant féminin.
On pense à Gifts from Enola ou Russian Circles mais dans une version beaucoup plus étoffée et expérimentale, additionnée d’électronique, et d’idées semblant provenir du jazz fusion ou du rock progressif des 70s, parfois au math rock de Tera Melos. Juste pour citer encore des noms, 65daysofstatic ou Maybeshewill pour le mélange post-rock, post-metal et électro mais ces gars là sont ailleurs. Ok la pochette est abominable mais ce groupe est juste excellent.

  1. diaspora
  2. rhintu
  3. barrageo
  4. daniel sen
  5. cyette phiur
  6. fletchie
  7. adeluge
  8. billy
  9. entanglement
TAGS : ,
GROUPES:
STYLE:

A PROPOS DE jonben

jonben Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande.                           [http://jonben.jux.com] [http://jonben.bandcamp.com]

jonben a écrit 452 articles sur Eklektik.

3 commentaires

  1. Découvert il y a quelques semaines sur myspace, j’ai tellement accroché que j’ai commandé directement les deux albums. On sent bien l’evolution entre les deux. Samus octology reste sympa alors que Sol eye sea est carrement genial (aussi bien au niveau du son que des compos !)

  2. C’est tout simplement du grand n’importe quoi ce groupe!!! (dans le bon sens du terme)
    Merci beaucoup pour la découverte. (joben, tes chroniques vraiment commencent à devenir des valeurs sur pour moi)

  3. Pas grand chose à ajouter à tout ça si ce n’est que le double LP couleur jaune/vert vomi est du meilleur effet (et pas bien cher). Vraiment une excellente sortie!

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).
  • kerretta-pirohiabeunz | 31 octobre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Héhé mais pas de problème ! Ravi que ça te plaise ! :)
  • kerretta-pirohiaGueff | 31 octobre 2014
    Kerretta – Pirohia
    C'est carrément très très bon tout ça! Je valide, plussoie et tout ce qui s'en suit :) (Désolé de ne pas avoir de critique plus constructive, je suis juste d'accord :p )