Shelter Red – Masters of the Universe

5 Commentaires      598
Style: post-toutAnnee de sortie: 2005Label: Sound VS. Silence Records

————–AVERTISSEMENT————
ATTENTION, la lecture de cette chronique peut avoir de multiples effets secondaires indésirables :
– Nausées aiguës et vomissements répétés dus à l’absurdité des propos
– Violentes crises d’épilepsie causées par l’absence totale de logique, de plan ou d’une quelconque forme de cohérence
– Irrépressible envie d’arracher un bras à son auteur pour le frapper ensuite énergiquement avec

Bien que nous ne puissions pas encourager l’usage de drogues ou d’alcool, il est vivement conseillé d’être dans un état second pour lire ce qui suit…au moins autant que l’était le chroniqueur au moment de sa rédaction.
—————————————

Voilà une production bien intéressante, et à plus d’un titre (phrase bidon, 10% des lecteurs abandonnent dès cette première ligne):
– D’une parce qu’elle est aussi récente que son anonymat est profond (genre 900 auditeurs sur last.fm)
– De deux car elle avait pourtant tout pour faire un carton.
– De trois parce je me voyais mal finir cette mini-intro sans un troisième point, quitte à ce que son contenu soit sa raison d’être (et vice-versa).

Donc comme je le disais avant de m’interrompre moi-même, Shelter Red est certainement, avec Trephine (chronique à suivre prochainement) l’un des groupes les plus injustement boudés de ces dernières années. Pourquoi ? PARCE QUE JE VOUS LE DIS. Ca va suffire maintenant de remettre en question tout ce que je raconte ! Non mais, pour qui vous vous prenez ? Vous avez de la chance que cette chro n’ait aucune chance de paraître sans un développement plus poussé. Parce que sinon je vous aurais bien laissés là, seuls, baignant dans votre médiocre arrogance.

DONC (et ne me saoulez plus avec votre mauvais esprit), ce combo aurait logiquement du être une des révélations de l’année. Pourquoi ? (grrrr) Parce qu’ils produisent avec brio un mélange progressif de post-core (=style à la mode), de post-rock (=style à la mode) et d’un math-rock (=style à la mode) simplifié (**bonus de popularité**) dont il est impossible de ne pas tomber immédiatement sous le charme. Une formule chimique instable et volatile qui nuance la beauté aérienne des Red Sparrowes avec l’équation froide de l’instru-metal.

Poignantes, tranchantes et terriblement efficaces, les compositions de ce duo bénéficient d’une production à leur hauteur et séduisent l’auditeur dès la première écoute. Un sans-faute dans un domaine pourtant surexploité et dont on a régulièrement le sentiment d’avoir fait le tour. Shelter Red a d’ailleurs réitéré la formule en début d’année, avec un deuxième album heavyment intitulé « Strike a Mortal Terror », nettement en dessous de cette petite merveille.

Pourquoi, alors, un tel anonymat ?

– Un, parce que devant le déluge de groupes post-truc à cette époque (et aujourd’hui encore d’ailleurs) il était inévitable que certains artistes soient oubliés malgré leur indéniable talent.
– Deux, parce que dans le secteur très ciblé du post-rock-où-les-guitares-font-un-peu-plus-que-tidididi-sur-la-même-corde-alors-que-la-batterie-monte-en-puissance-pendant-le-climax-du-morceau, Red Sparrowes avait déjà pris pas mal de parts de marché.
– Trois, cf. troisième point de l’introduction.

PS: Vous étiez prévenus.

  1. eyes on the floor
  2. a fenceing match
  3. with sabres
  4. the legacy
  5. de en kah
  6. the whole truth
  7. the formal challenge
  8. few words of gratitude
  9. little heaps of dirty white
  10. errand of mercy
  11. lying in the arched room

Chroniqueur

drommk

Chroniqueur instable depuis 2009, je me passionne pour les fouilles du web, en quête de groupes originaux ou/et méconnus. J'ai un faible pour les mélanges de genres. La formule parfaite est pour moi un équilibre entre originalité, technicité et émotion.

drommk a écrit 30 articles sur Eklektik.

Up Next

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. ellestin says:

    flute moi qui croyais que c’était une chro du nouveau Shelter… Bon ça a l’air bien juteux malgré tout, à bookmarker.

  2. kollapse says:

    Ouais c’est du tout bon Shelter Red, je découvre avec cet album. Leur recette peut paraître déjà-vu mais c’est pas tout à fait le cas avec eux, ça sonne foutrement bien, groovy, puissant, fin, bonnes trouvailles mélodiques, pas chiant, très efficace. Et Trephine, pas très éloigné de SR d’ailleurs, est en effet un groupe très boudé lui-aussi et qui pourtant a fait très fort avec leur album eponyme (une suite de prévu je pense).

  3. drommk says:

    Tu es bien la première personne que je croise (même virtuellement) qui connaisse Trephine :D. Leur gros truc à eux, c’est de fourmiller d’idées.
    J’en dirai plus dans ma prochaine chro

  4. noohmsul says:

    Super la chro ;) Le groupe a l’air assez sympa aussi (même le dernier album).

  5. Marbaf says:

    Merci pour la découverte, c’est tout bon ! J’aime ce côté bourrin qu’avait en partie Russian Circles sur Enter mais qu’ils ont abandonné dans leur dernière livraison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *