Nebra – Sky Disk Ep

Pas de commentaires      941
Style: post core instrumentalAnnee de sortie: 2009Label: Pelagic Records

Il y a plusieurs choses à noter autour de la sortie de ce premier EP des suisses de Nebra. La première c’est que ce groupe est un peu un super groupe puisqu’on y retrouve notamment derrière les guitares, un membre de Mumakil (et membre de feu Nostromo excusez du peu) et un membre de Knut. Le bassiste et le batteur ne sont pas des manches non plus, une écoute sur le disque suffira à s’en convaincre, même si leur notoriété les précède un peu moins.
Autre fait notable, c’est que cet EP était initialement une démo sortie début 2007. Voilà les compositions remasterisées et présentées cette fois sous la forme d’une véritable sortie sur un label, label qui n’est autre que, 3ème fait notable, Pelagic records, le label fondé il y a peu par Robin Stapps de The Ocean. Sky Disk est donc la première sortie hors The Ocean, de Pelagic.

La musique proposée par le quartet est entièrement instrumentale, mieux vaut le préciser de suite. Le label parle du groupe comme d’un « swiss powerhouse », ce qui est difficile à traduire, mais l’on retiendra de cette expression le terme de puissance, qui sied assez bien aux 5 compositions de cette galette. Dans une veine parfois proche de Keelhaul, le groupe propose une carte de visite intéressante, dont on retiendra surtout la dynamique rythmique impressionnante, bien caractérisée par le démarrage en fanfare de l’excellent « Shoulder of Orion ».

La suite est moins percutante mais s’écoute néanmoins avec plaisir, même si au global, on retiendra surtout de Sky Disk, qu’il s’agit d’une bonne démo, d’une entrée en matière qui donne envie d’en savoir plus et qui augure de choses intéressantes pour l’album à venir. En effet, en l’état, le disque n’est pas parfait, et se révèle même finalement plutôt répétitif et monotone, malgré sa courte durée. Il manque clairement quelque chose à la musique de Nebra, ou plutôt peut-être est-ce l’absence de chant qui fait finalement défaut et qui dessert des compositions à la base hyper solide. Là où Keelhaul injecte une dose de folie, fait virevolter ses compos dans plusieurs sens et n’hésite pas à recourir à du chant pour soutenir ses morceaux, les 5 titres de Nebra apparaissent indéniablement hyper carrés, mais un peu trop sages et un peu trop facilement assimilables, pour que l’on ait envie d’y revenir régulièrement.

Pas de doute, le potentiel est là et bien là, la section rythmique est puissante et très à l’aise dans son registre, mais on attendra un album qu’on espère un peu plus fou, un peu moins lisse (un peu moins Pelican quoi même si Nebra est clairement plus puissant) et donc au global plus intéressant et marquant sur la durée. Faisons confiance à cette fine équipe de suisses armée d’un solide bagage technique !

Tracklist :

  1. shoulder of orion
  2. tannhaüser gate
  3. andromeda crash course
  4. magellan clouds
  5. sailing the methane seas
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 889 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *