The Setup – Torchbearer

1 Commentaire      1 104
Style: metalcoreAnnee de sortie: 2009Label: GSR Music

Torchbearer est le premier album pour la nouvelle mouture de The Setup, les belges ont en effet connu une véritable réinitialisation avec un changement de vocaliste fin 2008. Au revoir le charismatique Dries Olemans, bonjour Kris Deweerdt, nouveau venu aux vocaux disons plus communs au genre.

L’EP Crawl & Reign sorti un peu plus tôt cette année ne m’avait pas vraiment convaincu, l’ennui avait vite montré le bout de son nez, notamment à cause d’une production limite et d’une inspiration assez pauvre. Torchbearer marque d’emblée sa différence grâce à une prod plus puissante signée Jacob Olsen (Hatesphere, Gorefest…), donnant un meilleur impact au hardcore fortement métallisé des anversois. De meilleures conditions sonores qui n’atteignent malheureusement pas le nouveau venu dans le programme : Deweerdt a beau montrer un niveau supérieur à celui de l’EP, il n’atteint jamais l’aura d’un Olemans, véritable identité du groupe lorsqu’il était encore à la gueulante. Non pas que l’ami Kris chante mal, sa voix est juste trop commune comme dit plus haut, trop linéaire et basique, donnant finalement une teinte plus old-school à l’ensemble.

Mauvaise limonade alors ? Pas tant que ça en fait, en prenant cette nouvelle version de The Setup comme un nouveau groupe, ce premier album ne surprend pas mais fait souvent mouche grâce à un sens du riff aiguisé et l’inclusion de mélodies plutôt efficaces et assez facilement assimilables (Hostile Eyes , The Curse). Certes ça ne révolutionnera pas le genre étant donné les réminiscences de groupes du coin style Born From Pain (qui a au passage récupéré l’ancien bassiste de The Setup et dont le producteur attitré n’est autre que… Jacob Olsen, on s’y retrouve !), mais ce Torchbearer redresse tout de même la barre après l’EP grâce à quelques variations bienvenues (le très bon Tonight qui voit la présence de Caro Taanghe, furieuse chanteuse des crustcoreux Oathbreaker, ou encore le final sombre Endnote : The Rising et ses extraits de discours politiques) qui tranchent vraiment avec la linéarité du reste de l’album.

Bref, un album un peu le cul entre deux chaises, banal mais néanmoins accrocheur. Le metalcore made in Belgium du groupe se voit un peu plombé par son nouveau chanteur, détail assez étonnant quand on l’entend se démener avec brio au sein des prometteurs Daggers (qui a récemment sorti un très recommandable premier EP dans la veine de Cursed/Converge/The Hope Conspiracy), The Setup y perd là un peu de personnalité mais devrait tout de même réunir pas mal d’aficionados.

  1. torchbearer
  2. hostile eyes
  3. dust of ages
  4. misanthrope
  5. awake
  6. tonight
  7. the curse
  8. collaboration starts
  9. one of wolves
  10. drown and sink
  11. another heresy
  12. endnote: the rising
beunz
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Nico says:

    The Setup c’est cool en live, c’est tout ce qu’il faut se dire! Les premiers sont plutot cool, j’ai laché l’affaire sur les 2 derniers par contre. A lire la chro, ils ont pris un virage Born From Pain, ce que j’espère pas… Je me ferais une idée, en tout cas c’est cool que ce groupe soit chroniqué ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *