Aside from a Day

1 Commentaire      1 658
Par Nico / Drawcaliber : Guitar & visuals


Aside From A Day existe depuis 2000, mais reste encore malheureusement trop méconnu. Pourrais-tu faire une brève présentation du groupe pour ceux qui ne le connaissent pas encore ?

Asidefromaday est né en 2000 à Besançon dans l’Est de la France. Au début nous étions 5 puis 4 (David aka Dess, Julien, Fred et pour finir votre serviteur) à partir du MCD Setting in motion qui représente pour nous le vrai lancement du groupe en 2002. Vient après notre premier album Divine proportion, puis le DVD Videography, et enfin Manufactured Landscape qui sort actuellement.

Votre deuxième album (« Manufactured landscape ») est disponible depuis l’automne dernier, quelle est la réaction du public par rapport à ce dernier ? Avez-vous déjà eu quelques échos ?

Quelques échos oui, même si le travail de communication autour de « Manufactured Landscape » ne fait que commencer, les premiers retours sont très bons jusqu’à maintenant, tant au niveau de la presse spécialisée qu’au niveau du public en général. On ne peut pas dire qu’on était attendus au tournant, mais un peu quand même, car 3 années séparent « Divine Proportion » de « Manufactured Landscape » et les gens qui nous connaissaient depuis longtemps ont été assez réceptifs à ce nouvel opus, ce qui nous conforte un peu plus dans nos choix quant à la création / réalisation / production de ce nouvel album.

L’album est d’ailleurs aussi disponible en vynil. Comment expliques-tu le regain d’intérêt pour ce support que l’on semble avoir enterré un peu trop tôt ?

J’ai toujours côtoyé des fans d’objets collector, CD numérotés, LP colorés, éditions limitées, ….punks !!! pour qui le microsillon à toujours été indispensable, etc. En plus de cela, dans mon travail et l’univers qui s’y rattache (graphiste pour faire court), « l’objet » vynil n’a jamais cessé d’existé, tantôt support audio (normal), tantôt objet d’art (détournés ?) et sincèrement je pense qu’en grande partie cela vient du fait que ce support a toujours été travaillé, de quelque manière que ce soit. En restant employé par un microcosme, le vynil s’est assuré de toujours faire partie de l’univers musical au sens large, et s’est donné la possibilité de revenir sur le devant de la scène un jour ou l’autre. Ce n’était qu’une question de temps.

Cet album marque aussi le début de votre collaboration avec Division Records, comment cela s’est-il concrétisé ?

Si tu veux savoir pourquoi on bosse avec eux : leur vision de la musique, leur façon de travailler avec les groupes qui ont signé avec eux, leur sincérité, leur gentillesse et surtout, et c’est le plus important, le bon chocolat et les bonbons fourrés de la Suisse naturellement, ont fait que cela nous paraissait comme évident.


D’ailleurs c’est marrant, car lors des premières écoutes de « Manufactured landscape », j’ai souvent pensé à des groupes du label tels que Forceed ou Unfold. En ce qui vous concerne, comment définiriez-vous votre musique ?

Je sais pas quoi te dire, te sortir un « sincère et personnelle » serait un peu galvaudé dans le sens où c’est forcément ce que chacun pense de sa production et puis je ne suis pas fan des adjectifs qualificatifs qui sont encore une fois à prendre avec des pincettes car en rapport direct avec celui qui les annonce, donc je ne m’y risquerai pas ici.
Je peux juste te dire que nous la voulions plus aboutie, maîtrisée et plus massive qu’avant, plus cohérente également, et nous avons travaillé toujours dans ce sens.


Le côté urgent et frontal de « Divine proportion » se fait un petit peu plus discret par rapport à votre nouvel album. Est-ce que cette évolution vers des titres plus nuancés est venue naturellement ?

Oui naturellement, c’est bien le mot, car dès le début avec « Maieutics », nous concevions notre musique en demi teinte : des plages ambiantes comme respirations entre les titres violents. Au fil des années, ces parties ambiantes ont été mieux élaborées, développées jusqu’à en faire des titres progressifs (Electric Fever Delirium sur Setting In Motion, Last Secret before the lapse of memory et Humano Mantica sur DP) puis intégrées dans la structure même des morceaux.

Comment vos compositions prennent-elles forme ? Est-ce plutôt en travaillant chacun de votre côté, ou est-ce que vous préférez laisser libre court à vos idées en jammant ?

Ni l’un ni l’autre, mais un peu des deux ; ça dépend des moments, de l’exigence d’un titre. On est plus métal que free jazz dans notre écriture, aussi on s’adonne souvent à des sortes de Jams encadrés. C’est un peu bizarre de dire ca, mais c’est pourtant ce que c’est.

On retrouve une fois de plus Flavien Van Landuyt à la production. C’est important pour vous de travailler avec des gens que vous connaissez et qui comprennent votre musique ?

C’était important pour nous à cette occasion, oui. Nous voulions avoir le minimum de désagréments et un maximum d’avantages au niveau de la production sonore pour ce disque. Avoir Flavien pour les prises et Xavier Dromard pour le mixage, en restant à domicile (moins d’1 km du lieu d’habitation pour la majorité d’entre nous), était la solution idéale, mais cela ne veut bien évidement pas dire qu’on restera toujours ici pour nos prods, bien au contraire.

En plus d’un nouvel album, votre actualité c’est aussi votre participation à la compilation « Falling down ». Que penses-tu de ce genre d’initiative, surtout lorsque l’on sait que Thibault et Yann n’avaient quasiment aucune expérience pour ce genre de projet ?

Belle et un peu folle à la fois, chapeau bas messieurs pour avoir su mener à bien ce projet ambitieux en partant de pas grand chose.

Sans internet, ce genre de projet n’aurait certainement jamais vu le jour. Quel est le point de vue du groupe par rapport au téléchargement de musiques sur le web ?

Manufactured Landscape fut disponible en téléchargement légal sur notre site officiel, (avec un artwork expressément pensé pour être facilement imprimable à domicile sans bouffer une cartouche d’encre) environ 3 mois avant sa sortie officielle physique sur Division Records. On sera également très prochainement diffusés sur toutes les plateformes de téléchargement ou de stream via Believe (distributeur numérique). Il faut vivre avec son temps et utiliser les nouveaux réseaux de diffusion à bon escient.

On voit d’ailleurs de plus en plus de groupes ou d’artistes (Celeste, Radiohead, D’ de Kabal) qui mettent leurs nouveaux albums, ainsi que l’artwork qui va avec, en téléchargement libre sur la toile. Que pensez-vous de cette pratique ?

Ca, c’est autre chose ; le téléchargement libre ou gratuit est l’un des meilleurs outils de communication gratuite aujourd’hui. Rien de tel pour faire circuler ta musique. Après, les raisons qui poussent les artistes à adopter cette démarche ne sont sûrement pas les mêmes chez Radiohead ou NIN que chez Céleste ou Asidefromaday. Mais bon, au final, le résultat est le même pour l’internaute et c’est le principal.

Vous avez d’ailleurs partagé les planches avec pas mal de groupes différents, tels que Converge, Impure Wilhelmina, Blockheads, Gojira, Knut, ou encore Yog. Ça doit en faire des souvenirs et des anecdotes, non ?

Converge jamais, soit dit en passant ; mais oui, beaucoup, beaucoup, de souvenirs et d’anecdotes accumulés en presque 10 ans, plus ou moins inavouables d’ailleurs. Perso, la bataille de bière à Nancy avec nos potes des blockheads il y a déjà fort longtemps, une date à Bordeaux avec Inside Conflict (RIP) où on a eu l’occaz d’expérimenter le sleeping dans un hôtel (de passes) complètement improbable, une tournée mémorable avec Cortez avec qui ça a collé dès les premières minutes, dernièrement l’after dans un bunker en Suisse après un concert au SAS (CH) avec Impure Wilhelmina ou encore le dernier concert qu’on a donné à la Poudrière de Belfort avec Knut, Mumakil et Blockheads pour l’anniversaire d’un de nos vieux potes qu’on a en commun à savoir Nico de Startruck. Y’en a tellement, j’en oublie…

La vie sur la route, rencontrer et discuter avec votre public, c’est quelque chose qui est important pour vous ?

Oui bien sûr, sans concerts, adieu beaux souvenirs, rencontres etc… Et la vie en tournée c’est vraiment quelque chose de grisant, on essaie d’en profiter un max quand on y est, les conditions font qu’on doit s’ouvrir un peu plus aux autres.

Hormis cette tournée européenne, que nous réserve Asidefromaday pour 2009 ?

Des concerts ponctuels bien entendu, et une nouvelle session de composition dans l’optique de sortir un support un peu spécial en 2010.

La scène post-rock / post-hardcore est en plein essor et a connu un regain d’intérêt non négligeable au court des dernières années. Quel regard portez-vous sur cette scène ? Ne pensez-vous pas qu’elle arrive quelque peu à saturation ces derniers temps ?

C’est intéressant d’y évoluer, elle a ses bons et ses mauvais côtés, ses codes, comme toute tribu qui se respecte ; il y a le même pourcentage de cons qu’ailleurs, bref, rien de neuf sous le soleil.
Après, en ce qui concerne la dite « saturation » de cette scène, je ne suis pas forcement d’accord avec ça, enfin pas en l’état. Je te mets au défi de me donner le nom d’une scène en perpétuel renouveau. C’est simple, ça n’existe pas,et si renouveau (comme nous l’entendons) il y a, ça sera après une Xtaine d’années,quand un mec se sera approprié les standards d’avant en injectant sa propre sauce. Il y a toujours eu quantité de groupes, on a une vision plus définie maintenant avec le web et on se rend compte à quel point on est petit au milieu d’un océan. Donc, finalement, tout dépend de comment tu vois la chose, mais si saturation il y a, à mon avis elle est présente quel que soit le type de musique, et cela depuis pas mal d’années.

La scène française n’est d’ailleurs pas en reste. Quel est le (ou les) groupe(s) qui vous a marqué dernièrement, tous styles confondus ?

Goodbye Diana, Pneu.

En ce qui concerne les dernières sorties musicales, quels ont été vos derniers coups de cœur ?

Je suis encore une fois un peu à la rue sur les sorties. Du coup je peux juste te dire ce qui tourne en ce moment : Woven Hand (Mosaic), Dead Midow (Feathers), Zozobra (Bird Of Prey), Jakob (Solace), pas mal d’electro comme Harmonic 33 ou encore Venetian Snare, Bonobo et du bon vieux blues, darkfolk comme Anywhen ou Superwolf.

Un dernier mot ?

Merci


Merci à toi pour ta disponibilité et surtout, plein de bonnes choses pour la suite !

Up Next

Du meme groupe

Commentaire

  1. Sam says:

    Hey Nico, vinyl ça s’écrit vinyl, et non vynil b*rdel! Sinon, je confirme tes dires, vivement que l’on se retrouve sur les planches! Je te bise!
    P.S.: « pas mal d’electro comme Harmonic 33 ou encore Venetian Snare » purée faut que je te paie pour la promo ou quoi??!?!? :P

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *