Burnt By The Sun – Heart of Darkness

Pas de commentaires      1 159
Style: hardcore/metal chaotiqueAnnee de sortie: 2009Label: Relapse

Le grand retour des irradiés.

Premier véritable album depuis six années et d’ores et déjà annoncé comme le dernier, Heart of darkness était attendu de pied ferme par tous ceux qui considèrent le combo du new jersey comme déjà culte. Et la formule qui a fait le succès de BBTS est bien au rendez-vous : hardcore de chantier, peinture métalisée et grind sous-jacent; Ca bétonne, ça compacte et ça démolit sous le regard du charismatique chef de travaux Olender. La première écoute est même carrément jouissive, tant on a l’impression de vivre des retrouvailles avec un vieux pote qu’on aurait pas vu depuis des années et avec qui ont cause comme si on s’était quitté la veille.

Et pendant un instant, on pense que ça nous suffit.

Mais on se rend assez rapidement compte qu’on en aurait aimé plus. Quelle est la valeur ajoutée de ce heart of darkness par rapport aux précédents opus ? Où est la dimension chaotique introduite par The Perfect is the Enemy of the Good ? On a même par la suite l’impression que les gaillards ne se sont pas trop foulés.

Sérieusement, certains riffs sont quand même bien téléphonés et les breaks mous de f-unit sont loin d’être indispensables. De manière générale, la première partie de l’album sonne finalement comme un clone (moins inspiré) de Soundtrack to the Personnal Revolution et il faut attendre le milieu de l’album pour commencer à vraiment se faire plaisir.

L’intensité de There will be blood, la fureur de Goliath (connue depuis 2007 et sa parution sur le split avec Car Bomb) font mouche alors que la tentative progressive de ce Rust/Future of the Primitive, qui n’est pas sans rappeler
les premiers essais d’Intronaut, finit de nous convaincre que cet album est loin d’être un échec. Le reste de l’album, sans être transcendant, démontre le professionnalisme et le sens de l’efficacité du groupe, comme toujours servi par un son et une production absolument impeccables ainsi que des musiciens (dont le légendaire Dave Witte –Municipal Waste/Human Remains/Discordance Axi/etc– et le petit nouveau Nick Hale –Premonitions of War-) irréprochables.

Même si Heart of darkness est certainement l’album qu’on écoutera le moins de la discographie du groupe, il en constitue dans l’absolu une très bonne conclusion qui nous rappelle, s’il y avait besoin, que Burnt By the Sun est et restera à jamais tout en haut de la liste des groupes qui donnent envie de dire « monsieur » en regardant ses pieds.

  1. inner station
  2. cardiff giant
  3. f-unit
  4. a party to the unsound method
  5. there will be blood
  6. goliath
  7. rust | future primitive
  8. beacon
  9. the great american dream machine
  10. the wolves are running

Chroniqueur

drommk

Chroniqueur instable depuis 2009, je me passionne pour les fouilles du web, en quête de groupes originaux ou/et méconnus. J'ai un faible pour les mélanges de genres. La formule parfaite est pour moi un équilibre entre originalité, technicité et émotion.

drommk a écrit 30 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *