Katatonia – Night Is the New Day

katatonia -night new day

« Vendu » un peu pompeusement comme le meilleur album de metal de ces dernières années, par leur ami de longue date Mickaël Akerfeldt, ce nouvel album de Katatonia arrive enfin trois ans après le précédent et très réussi The Great Cold Distance.
On ne s’attardera pas sur la déclaration du leader de Opeth, qui ne doit visiblement plus écouter beaucoup de disques pour en arriver à une telle assertion pleine d’excès. N’allez pas pour autant croire que ce nouvel album des suédois n’est pas à la hauteur. Loin s’en faut.

On retrouve en effet immédiatement ce qui fait la force du métal mélancolique du groupe, ces mélodies ciselées, soutenues ponctuellement par de bons gros riffs bien lourds (on est d’ailleurs saisi d’entrée par les premiers riffs aux accents meshuggiens de « Forsaker ») et littéralement habitées par la voix magnifique de Jonas Renkse.
Il est évident que contrairement à ce que laisse présager l’ouverture de l’album, le groupe s’est quelque peu assagi et on sent rapidement à l’écoute de Night is the New Day que Katatonia a énormément travaillé les arrangements du disque qui sont juste extraordinaires de précision et de beauté. Les mélodies sont toujours aussi travaillées, mais les compositions ont clairement gagné en richesse et en profondeur, acquérant presque une dimension orchestrale ( les claviers, synthés ou mellotrons sont légion, et on a même droit à du violon sur « Inheritance »), dimension accentuée par cette production à la fois claire et énorme qui rend justice à l’intégralité des instruments présents.

Cette richesse rend les compositions passionnantes sur la durée, mais revers de la médaille, il faut peut-être un peu plus de temps qu’autrefois pour être happé par les compositions de ce nouvel album, là où un « My Twin » avait il y a peu, la faculté de s’incruster illico dans le crâne.
Qu’importe, après quelques écoutes attentives, on succombe comme d’habitude, et la plupart des titres, comme « Forsaker », « The Longest Year », « Onward into Battle », « Liberation », « Day and then the Shade » et j’en passe, apparaissent finalement dans toute leur splendeur comme de nouveaux hymnes à la mélancolie. On ressort de ce nouveau conte musical émerveillé et rêveur, empreint de la même douce torpeur qu’on ressent blotti près d’un feu de cheminée, lorsque l’hiver fait son œuvre à l’extérieur.

Ce perfectionnisme toujours plus poussé dans les arrangements est-il à mettre sur le compte d’influences nouvelles ? Il est clair que de nombreux passages rappellent désormais les titres les plus mélancoliques de leurs compatriotes suédois d’Opeth sur les albums récents ce qui n’est pas étonnant compte tenu des vraies relations d’amitié qui unissent ces deux groupes (sans compter la collaboration de deux membres de chaque groupe dans Bloodbath).
Mais au-delà de cette filiation évidente, on a également l’étrange sentiment que le leader de Porcupine Tree a aussi été source d’inspiration notamment dans les arrangements et dans cette tendance à mêler douceur et gros riffs, contraste encore plus appuyé que par le passé et certains passages n’auraient vraiment pas démérité sur un album de PT. Steven Wilson n’ayant (autant qu’on sache) rien eu à voir avec Katatonia
Est-ce à craindre que Katatonia ait perdu son identité dans la manœuvre ? Pas du tout, puisque même enrichi (c’est bien le mot) de ces nouvelles influences tout sauf encombrantes, le groupe reste identifiable immédiatement et nous offre même une sorte de retour vers son passé doom, avec un « Nephilim » bien lent et lourd comme il faut. On notera aussi pour la première fois depuis Brave Murder Day, la présence d’un guest vocal sur « Departer », relativement inconnu (Krister Linder chanteur du groupe Enter the Hunt) mais très réussi néanmoins qui apporte son timbre encore plus fragile que celui de Jonas.

Bref vous l’aurez compris, ce n’est encore pas aujourd’hui que vous me verrez dire du mal de ce groupe qui nous livre encore en 2009 un superbe album, continuant à tracer un chemin sans le moindre faux pas.

A noter que l’album est sorti dans une édition dite « suédoise » en digibook, qui outre une finition esthétique incontestablement supérieure à la version jewel, présente le grand intérêt d’offrir un titre bonus, dont la qualité est (une fois n’est pas coutume avec les bonus tracks) à situer au niveau des autres titres, sa mélodie entêtante en faisant même à mon avis l’un des hits de l’album. A ne pas rater donc si vous comptez judicieusement faire l’acquisition de cet album.

Tracklist :

  1. forsaker
  2. the longest year
  3. idle blood
  4. onward into battle
  5. liberation
  6. the promise of deceit
  7. nephilim
  8. new night
  9. inheritance
  10. day & then the shade
  11. ashen (bonus track édition suédoise)
  12. departer

A PROPOS DE krakoukass

krakoukass Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben. Adresse de contact : krakoukass@eklektik-rock.com

krakoukass a écrit 643 articles sur Eklektik.

1 commentaire

  1. Je serais plus sévère, tant le plagiat est proche sur « idle blood » qui me rappelle furieusement « Harvest » d’Opeth assaisonnée de quelques lignes vocales directement claquées de PT. Même sentiment désagréable sur la piste suivante ou j’entends les mêmes nappes et progressions que sur Fear of a Blank Planet… Connaissant très bien la discographie des trois groupes concernés, je trouve que Katatonia a trop perdu de son identité et que cet album n’apporte rien de neuf au genre.

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • plebeiangrandstand-lowgazersRémi | 15 avril 2014
    Plebeian Grandstand – Lowgazers
    Ok. Moi je m'en étais arrêté à la moitié de chronique, tout pareil j'ai été super enthousiaste à l'écoute de Thrvst puis déçu à l'écoute de l'album: quand ça blast pas, la batterie fait des plans bateau. Et les riffs de grattes sont minimalistes au possible. Voilà, je me suis arrêté là. Et je vois ce qu'il me r...
  • Animals-As-Leaders-The-Joy-of-MotionSpirilysis | 12 avril 2014
    Animals As Leaders – The Joy of Motion
    Chronique très juste, à laquelle j'adhère totalement. Je confirme, "the joy of motion" est de loin mon préféré des 3. A mes oreilles (et à ce qu'il y a entre) leur musique affirme lourdement sa personnalité, offrant une énergie mieux canalisée, plus vaste et virevoltante, avec un fil bien plus percutant pour chaque mor...
  • morbus-chron-sweven-608x608ichimatsu | 02 avril 2014
    Morbus Chron – Sweven
    A la première écoute je me suis précipité sur leur site pour acheter le vinyle. Il me semblait avoir déjà écouté ce groupe... et oui, leur premier LP sur leur Bandcamp mais sans avoir éprouvé quoi que ce soit... alors qu'ici ! Le mélange de la musique, qui se rapproche parfois avec Ghost surtout dans le tempo (qu'est-...
  • Bak Trak - Voltage coverBak Trak | 24 mars 2014
    Bak Trak – Voltage
    Merci beaucoup !! Pour écouter l'EP en entier: http://bak-trak.com/musique/
  • helms alee - sleepwalking sailorsMarbaf | 21 mars 2014
    Helms Alee – Sleepwalking Sailors
    C'est bon ça, merci pour la n+1ième découverte :-)
  • kampfarKane | 14 mars 2014
    Kampfar – Djevelmakt
    Oui, j'approuve, cet album de Kampfar est réellement excellent. Je le rapprocherais plus des premiers Enslaved, avec évidemment un meilleur et plus gros son, mais c'est un détail sans importance. Epique, puissant, froid, mélodique juste ce qu'il faut, avec des titres atmosphériques à souhait, d'autres plus rentre dedans, u...
  • kampfarangrom | 12 mars 2014
    Kampfar – Djevelmakt
    Ca donne bien envie d'essayer, ta chronique
  • Behemoth-The-Satanist-Gatefold-LPangrom | 10 mars 2014
    Behemoth – The Satanist
    Une belle découverte pour ma part pour moi qui ne m'était pour l'instant qu'intéressé de loin à ce groupe. Du coup j'ai hâte de les voir sur scène !