Oddateee – Halfway Homeless

1 Commentaire      809
Style: rap indépendantAnnee de sortie: 2008Label: Jarring Effects

Par trois occasions déjà j’ai eu le plaisir de voir Oddateee ouvrir pour Dälek. La première fois en ouverture du concert de Jesu et IsisDälek était censé passer en premier. Un rappeur noir dynamique et allumé est alors monté sur scène pour interpréter ses chansons et s’accaparer le public en l’espace de vingt minutes. Une vraie performance énergique en guise d’introduction au rap lourd et gorgé de distorsion de ses camarades qui tournaient alors autour de l’album Absence. Le retour de l’allumé de Brooklynn se fit ensuite au Nouveau Casino pour un set en deux parties avec un peu de dee jaying en ouverture avant de passer au micro pour une performance tout aussi puissante et plus assurée.

« Hip Hop saved my life« . L’homme ne se fatigue pas de le répéter à son public en l’observant d’un sourire fatigué au bord de l’orgasme. Excité, ce rappeur l’est dans tout ce qu’il fait, sauf sur son propre disque. Calme et posé, le flow de l’hyperactif ne se retranscrit pas avec la même intensité. Bien sûr, il est difficile pour quiconque d’être essoufflé sur un enregistrement studio ou de communiquer avec son public quand il est absent. Ce serait donc faire un mauvais procès à ce disque de ne pas être à la hauteur du live quand les intentions ne sont pas les mêmes.

Côté instru, la touche urbaine de Dälek est évidente mais pas envahissante au point de faire perdre de sa propre identité à « Halfway homeless« . De part son éclectisme, il pourrait même figurer sur le label Def Jux de El-P et Aesop Rock dont l’instru de « Pagan baby » évoque ceux de l’album Bazooka tooth. Toutefois, contrairement aux textes poétiques et métaphoriques de la musique d’Ian Bavitz, les paroles de Oddateee sont ancrés dans le ghetto et l’histoire d’un homme qui a traversé la dépendance et la violence des rues pour arriver à sortir maintenant un disque honnête et rempli de pistes de travail.

A ce sujet, sa dernière performance aux Mains d’Oeuvre en compagnie d’un guitariste du groupe de trip hop français Picore a de quoi enthousiasmer pour la suite de ses aventures. Des titres comme « The Hood » ou « The odd » feront encore longtemps partie de son répertoire scénique mais celui-ci se verra enrichi de nombreuses collaborations acquises au fil de sa route. Bien que moins expérimental et accompli que les disques du duo Dälek et Oktopus, les chansons d’Halfway homeless ont un charme et une galerie d’accroche efficace pour une traversée en treize titres variés des rues de Brooklynn. Un voyage de Illmatic à From filthy tongue of gods and griots où Oddateee se fait le prophète d’un rap moderne ancré dans la tradition des grands classiques.

  1. the odd
  2. not even one
  3. ricans
  4. odd verse skalla
  5. devil runs nation
  6. pagan baby
  7. the influence
  8. crackrock
  9. hello
  10. the hood
  11. god body
  12. minority@130mph
  13. my ex

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Commentaire

  1. bn says:

    La classe ce monsieur à Main D’Oeuvre il y a quelques semaines! il m’avait vraiment convaincu!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *