Bilan 2009 joss

Pas de commentaires      1 125

Si l’année 2009 ne brille pas par sa quantité de bon disques sortis, on va dire qu’elle brille par la qualité de ceux que j’ai retenu pour un top 10 (liste établie à l’instant T, évidement susceptible de bouger avec le temps). Certaines années, il faut se creuser la tête pour arriver à le remplir, d’autres il faut faire des sacrifices pour n’en garder que 10 (ce qui n’est pas une obligation de toute façon, comme vous pourrez le constater surles bilans d’autres chroniqueurs). Pour cette année, il se trouve que ma liste s’imposait d’elle même. Et sa particularité est de ne comporter que très peu d’albums assimilés « metal », trois seulement avec les albums de Madder Mortem, Solstafir et Riverside. Pour le reste vous y trouverez en vrac du rock, de la pop, du blues-folk, de l’electro ou encore du hip-hop. Une année plus eklektik que jamais !

Albums de l’année

Steven WilsonInsurgentes
Avec l’annonce d’un album solo du touche-tout Steven Wilson, beaucoup de monde (moi y compris) se demandaient ce que le bonhomme pouvait avoir à exprimer et qu’il ne pouvait faire au sein de ses multiples projets (Porcupine Tree, No-man, Blackfield, Bass Communion…). Le résultat est un album évidement très personnel, qui porte évidement la marque des ses travaux passés mais avec une grosse plu-value. Un album évidement prog, très sombre, parfois expérimental mais souvent magnifique. Une grosse réussite qui fait largement oublié la déception procurée par le dernier Porcupine Tree


ArchiveControlling Crowds
Avec son copieux nouvel albums (étalés sur deux disques sortis à quelques mois d’intervalle), Archive réalise un grand retour gagnant, qui le voit renouer avec les succès artistiques que sont Londinium et You All look the same to me. Des chanteurs partent, d’autres reviennent mais les cerveaux du groupes sont toujours là, et en pleine ébullition qui plus est.


Bjorn BergeFretwork
Le bluesman malabar qui venait du froid est de retour. Après avoir revisité le répertoire de ses influences avec la dextérité que l’on sait, Bjorn revient avec un album bien plus personnel. Un disque profondément folk, qui voit l’arrivée d’un violon et de percussions et qui montre un artiste virtuose de la 12 cordes plus généreux que jamais. A écouter mais aussi à voir absolument en concert.


Madder MortemEight Ways
pour la moitié des groupes de mon top 10, 2009 aura été l’année de la révélation. Madder Mortem en fut une. Notamment grâce à ce disque de métal quasiment inclassable, avec chanteuse, mais loin des Within Temptation, Epica et consorts… Une musique originale, alambiquée mais accrocheuse. Une chanteuse versatile et une section basse/batterie imparable.


MuseThe Resistance
Ironie du titre, c’est avec cet album que j’ai enfin succombé à la musique du trio anglais. Après une exploration à reculons de leur disco, ce disque ne s’affirme pas comme leur meilleur mais reste bien au dessus du lot des groupes rock « grand public », ceux qui se permettent de remplir deux Stade de France d’affilée. Si un bilan de la décennie devait être dressé, nul doute que Muse serait cité en bonne place, n’en déplaise à certains.

Emilie SimonThe Big Machine
Encore une révélation pour une artiste qui me laissait indifférent jusque-là. Il aura tout de même fallu un léger changement de direction pour la petite française, qui la voit désormais jouer sur les traces de Kate Bush, Bjork ou encore Goldfrapp. Un enchaînement implacable de 12 tubes, aussi accrocheurs que fouillés.


RiversideAnno Domini High Definition
On les attendait au tournant et ils ne nous ont pas déçu. Mieux, il nous ont surpris. Une fois libéré des contraintes de leur trilogie Reality Dream, les polonais de Riverside se sont retroussés les manches et nous balancent désormais un rock-metal-prog plus direct. Alors certes, nous avons toujours de superbes ambiances comme seuls eux savent les faire, mais l’ensemble est globalement plus rentre-dedans, un choix qui se retrouve aussi dans une durée d’album plus proche de ceux de la génération vinyle que des albums interminables flirtant avec les 70 minutes.


SolstafirKöLd
La première baffe de l’année est toujours en course. Une autre révélation pour moi avec un groupe qui sait faire évoluer sa musique dans le bon sens. (comprenez « dans un sens qui me convient »). Un groupe atypique qui arrive à faire sonner son métal en écho avec leur origines géographique. L’islande. La musique de Solstafir évoque tour à tour les geysers, les déserts glacés, les volcans et la nuit sans fin.


Le Klub des 7La Classe De Musique
Rares sont les groupes de rap à m’avoir séduits. Encore plus rares sont les disques de rap francophone à avoir tourné en boucle chez moi. Rassemblant des membres du Klubs des Loosers, Svinkels ou encore ATK, ce second opus du Klub des 7 est une réussite totale qui s’articule autour du concept de l’école primaire. La variété des flows et la qualité des instrus (piochant dans le jazz et l’easy-listening vintage) rend l’ensemble accrocheur même pour les non spécialistes du hip-hop.

DredgThe Pariah, the Parrot, the Delusion
Encore un groupe fortement attendu et qui ne déçoit pas. Dredg fait partie de ces groupes qui arrivent à enchaîner des albums tous différents les uns des autres, tout en gardant leur personnalité. Le dernier en date, en prenant le meilleur de l’atmosphérique El Cielo, et du Catchy CWA, sort tout simplement leur meilleur album à ce jour.


Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *