Innocent Rosie – Bad Habit Romance

4 Commentaires      1 163
Style: Sleaze rock bien burnéAnnee de sortie: 2009Label: Swedmetal Records

J’t’en foutrais de l’innocence ! Une belle salope comme les autres La Rosie ! Dévergondée, vicieuse et prête à corrompre tous ceux qui tomberont dans ses filets.
En même temps, c’est celles-là, au fond, qu’on préfère même s’il est hors de question de leur passer la bague au doigt.
La question qui se pose est alors de savoir combien de chaudes nuits on serait prêt à passer en compagnie de cette chaudière.

Ça fait un bon moment que Guns N’ Roses n’a plus le mordant des premières années. Ça fait également un bon moment que, pour qui veut retrouver du rock plus carnivore que végétarien voire édenté, il faut se tourner vers la Scandinavie, Suède en tête .
Cette année, le salut ne vient pas de groupes déjà établis comme Backyard babies (en relative bonne forme pourtant) ou Hardcore Superstar (en relative petite forme) mais de nouveaux louveteaux dont les crocs ne devraient pas tarder à faire partie des plus acérés.
Je parlais de Guns N’ Roses (si si c’est un peu plus haut, vous pouvez vérifier, je ne suis pas homme à lancer des informations non fondées) et quel meilleur morceau que l’entrée en matière de choix qu’est « Bitter coktail » pour y songer ?
Je mettrais presque mes ongles à couper que le groupe avait Appetite for destruction dans son rétroviseur lorsqu’il a composé ce titre. Bon ok c’est aussi le cas pour « Let a memory die » et « Wasteland » mais vous serez sympas de ne pas conclure hâtivement.
Car d’autres groupes figurent sur l’étagère la moins éloignée de la chaîne hi-fi :
Velvet Revolver (« Animal »), Rolling Stone (« Shine, Shine, Shine ») ou Quireboys (« Sextalkin’ » ; « Don’t drag me down »)
Points forts non négligeables du groupe : le vocaliste et le soliste. Tandis que le premier sonne plutôt Axl Rose version virile, avec le second on n’est parfois pas loin d’atteindre le niveau des meilleurs Slash : ça taquine sacrément le goujon sur quasiment chaque titre.

Bad habit romance ne laisse aucune place au superflu et a décidé de nous en faire baver : pas de place à une quelconque ballade. A l’instar de « Left alone » qui, en démarrant sagement, semble vouloir nous faire croire qu’on va terminer l’écoute de l’album par une machine à faire pleuvoir les 1/4 d’heures américains alors qu’il s’agit de nous mettre une nouvelle fois un coup de règle vif sur nos doigts (pour ne pas dire autre chose, un peu de tenue queue diable !) fragiles. Ah vous avez cru qu’on allait fléchir sur la fin ? ben prenez ça dans la gueule ! Le solo ferait presque penser à du Kirk Hammet sur Master of puppets. C’est pas du synthétique à deux balles, là, on a du cuir 100% peau de bison bodybuldé.

Innocent Rosie déverse une énergie foutrement communicative faisant regretter l’absence d’un bar à gogo danceuses à proximité de chez soi. Pour les plus mal lotis en la matière, je peux éventuellement suggérer une bonne soirée pizza/bière/boulard. Faites-moi en revanche le plaisir de ne pas ponctuer l’écoute de cet album par une soirée verrines aux légumes et Badoit rouge éventée.

  1. bitter coktail
  2. knock me out
  3. animal
  4. let a memory die
  5. bad habit romance
  6. sextalkin’
  7. i’m a vibe
  8. wasteland
  9. shine, shine, shine
  10. don’t drag me down
  11. i’ll get rich
  12. left alone

Chroniqueur

Darkantisthène

Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 276 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. Joss says:

    Encore une grande chronique de notre ami Darkouille. Je suis ravi d’y retrouver des expressions du cru :-) Et le pire c’est que ça donne même envie d’aller écouter la zique. Bien ouéj collègue !

  2. Leuleu says:

    Salut,
    Je suis l’un des guitaristes du groupe toulousain Kissin’ Kate. Nous avons organisé le concert d’Innocent Rosie à Toulouse (15/10/2009) et avons fait par la même occasion leur première partie.
    Je suis content de lire cette chronique car nous étions déçus de n’avoir vu que 49 personnes à ce concert. C’est difficile de faire venir des bons groupes peu connus en France, alors toute bonne publicité est appréciable.
    Merci :)

  3. heavydevy says:

    Mouarf, il a encore eu le nez fin sur ce coup là le darky !! Mais c’est dingue comment l’esprit du appetite for destruction est présent par moments, sans être un clone hein.Tou ca est fait avec classe et beaucoup de talent (fichtre ce guitariste !!).Bref, encore une bonne petite découverte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *