Slayer – World Painted Blood

slayer-world-painted-blood

Quand Dave Lombardo est revenu chez Slayer, il a créé un espoir, celui de voir le grand Slayer de retour, celui là même qui était invincible jusqu’au live Decade of Agression en 1991, avant que le batteur cubain ne claque la porte. Une espèce de légende comme quoi l’inspiration divine (ou plutôt maléfique) qui hantait le Slayer des débuts allait de nouveau frapper à la porte de King et Hanneman comme par intervention divine, simplement en récupérant leur batteur original. Et puis Christ Illusion est sorti et, justement, il n’a pas fait illusion très longtemps et le mythe s’est vite effondré. Oui mais voila, même si cet album ne restera pas dans les annales, le fait est qu’entendre Slayer faire un retour en arrière vers quelque chose de plus old-school après deux albums tout simplement atroces (mention spéciale à l’infecte Diabolus in Musica) était rassurant pour certains. Même que si on est du genre optimiste, on pourra toujours se dire que Christ Illusion n’était qu’un rodage et que les choses sérieuses vont commencer ensuite.

Le fait est qu’avec World Painted Blood, si rodage il y a, on peut aisément dire qu’il perdure. Les Américains continuent de recycler une recette maintenant faisandée qui a fait ses preuves sur une trilogie d’albums devenue culte il y a de cela deux décennies, que cela soit dans le mid-tempo (« Beauty Through Order ») qui, s’il s’était retrouvé sur Seasons in the Abyss, on aurait dit « hé con c’est quoi cette merde » ou des titres courts brutaux typique de Reign in Blood (« Psychopathy Red » par exemple).

Il y a bien quelques titres plus modernes et surprenants dans le lot mais ça ne pèse pas lourd. En premier lieu on notera le titre éponyme, sa montée en puissance et surtout son solo inhabituel, puis le lent et malsain « Humain Strain », ensuite « Americon » avec son riff plus haché et enfin un « Playing with Dolls » dans la lignée de « Jihad » sur l’album précédent. On pourra aussi citer la dernière partie du bourrin et frustre « Not of this God », d’une lourdeur peu commune pour du Slayer.

Le meilleur morceau de ce lot est clairement « World Painted Blood », peut-être même le meilleur du disque. Si cette compo plutôt honnête qui débute l’album est la plus intéressante, ça montre à quel point cette nouvelle livraison ne vole pas haut. Entre nouveautés timides pas réussis et du pilotage automatique (incroyable le paquet de riffs des plus banals et peu excitants que Slayer recycle), cet énième album à la production maigre et sale, oeuvre du même gus (Greg Fidelman) qui avait déjà massacré le mix du médiocre Death Magnetic de Metallica, apporte au moins la confirmation que Slayer est définitivement rincé, Lombardo (qui ne se foule pas trop d’ailleurs) ou pas. Vivement la retraite.

  1. world painted blood
  2. unit 731
  3. snuff
  4. beauty through order
  5. hate worldwide
  6. public display of dismemberment
  7. human strain
  8. americon
  9. psychopathy red
  10. playing with dolls
  11. not of this god
TAGS :
GROUPES: ,

9 commentaires

  1. Aaaaaahh, enfin une chronique qui ne plussoie pas cet album très médiocre au seul prétexte qu’il marque un réel retour aux sources. Slayer a essayé d’évoluer, puis revient en arrière…en somme beaucoup d’agitation et bien peu de maîtrise du sujet. Quand l’inspiration n’y est pas…

  2. C’est la mode de casser Slayer en ce moment… Chonique à oublier.

  3. QUE TOUS CEUX qui attendaient un bon album de SLAYER, sûrement pas leur meilleur mais clairement leur meilleur depuis un bon bout de temps quand même, voient leur voeux excaucé.
    QUE TOUS CEUX qui reprochent toujours au même SLAYER de ne pas innover, qui trouvent à redire quand le groupe essaye timidement de moderniser leur son ou au contraire de sonner majoritairement plus old-school, s’en aillent écouter du nu-métal ou du deathcore, ils en auront dans les esgourdes mais faut voir à quel prix!
    QUE TOUS CEUX qui reprochent au très sympathique TOM ARAYA de ne plus avoir de voix, de soit trop se complaire dans un chant à la limite de l’hystérie ou au contraire d’adopter un chant trop mou de la bite, à CEUX LA je dis: vous n’êtes jamais content! Je trouve sur cette galette que TOM ARAYA propose sa meilleure prestation depuis des lustres et ce dans les différentes registres que sont le chant plus agressif, plus hurlé et un chant un tantinet plus mélodique comme sur notamment l’intro du 4ème titre de ce CD, chant qu’il avait déjà plus ou moins adopté sur SOUTH OF HEAVEN.
    QUE TOUS CEUX qui trouvent que DAVE LOMBARDO ne sait plus jouer, ne se foule pas trop, se la joue en mode pilotage automatique, CEUX LA MEME qui considéraient le sieur LOMBARDO comme étant le meilleur batteur du thrash jusqu’au début des années 90 avant que celui-ci n’aille s’éparpiller dans différents projets, partent consulter dans les meilleurs délais un ORL ou se mettent eux mêmes à la batterie et vous verrez au final que le cubain a encore de très bon restes. Si l’on pouvait considérer que sa prestation sur CHRIST ILLUSION faisait office de tour de chauffe alors sur ce WORLD PAINTED BLOOD on peut désormais dire qu’il a enfin retrouvé ses marques et qu’il produit là un jeu déjà plus digne de sa réputation.
    QUE CEUX qui prétendent que le duo de chic et de choc HANNEMAN/KING recyclent depuis un bout de temps toujours les mêmes plans dans leurs parties leads, que ceux ci n’ont jamais sû véritablement jouer, ont un son de gratte trop nu-métal, s’en remettent donc à l’opinion du brillantissime guitariste quoique légèrement imbû de sa (détestable) personne qui a prétendu de mémoire dans un interview que KERRY KING ne s’avait pas jouer et qu’il faudrait pas conséquent instaurer un permis de JOUER A LA GRATTE pour éviter de tel désastre… Ce fameux guitariste est suédois et n’arrive plus à proposer autre chose que ses descendes de manches supersoniques sous prétexte de vouloir sonner NEO-CLASSIQUE!
    Le seul point où je rejoindrais TOUS CEUX qui descendent volontier ce nouveau disque, concerne la production une nouvelle fois assurée par le manchot et bouché des canaux auditifs GREG FIDELMAN. Sachez néanmoins que travailler avec ce producteur leur a été vivement conseillé (imposé) par leur illustre producteur (inspecteur des travaux finis) RICK RUBIN et que le groupe au final se retrouve avec un son manquant de pêche et une production tout à fait inadaptée.
    VOILA C’ETAIT MON PETIT BILAN PERSONNEL SUR CE NOUVEAU CD ET VOUS ETES TOUJOURS LIBRE DE NE PAS ADHERER A MON POINT DE VUE AINSI QUE DE CONTINUER DE CHIER SUR WORLD PAINTED BLOOD
    MERCI ET AU REVOIR!

  4. OK ON A BIEN COMPRIS!
    n’empêche qu’on a aussi le droit de trouver ça mou et peu inspiré. Et sans crier en plus!

  5. Ahah :D Commentaire énorme ^^Je suis fan! J’ai apprécié le peu que j’ai entendu de ce CD tout comme j’avais apprécié Christ Illusion, mais étant un inculte de Slayer…je me tais. Eh…j’ai jamais aimé Reign In Blood et autre albums cultes…DU TOUT!!! (sacrilèèège) eheh…

  6. J’aime cette manière de vouloir faire passer dans un commentaire qu’on a raison par a+b et que tous les autres sont des cons.
    J’y vais aussi de mon couplet : « 2 toot fasson ceu ki n’M pa SlayR c tro des jalou vou 2vrié avoire onte 2 kritiké se gran groupp ki a révolussioner la muzik, vou zêtes sour ou koi ? » Ensuite, oui, comme l’a dit bou, c’est tellement à la mode de casser slayer que monster a même adoré ce disque mais qu’il n’a pas osé l’écrire. Triste chroniqueur muselé par la hype !:

  7. Album dont je n’attendais pas grand chose et qui revient plus que régulièrement dans mon lecteur. Comme le dernier Converge, cet album divise mais avec moi il a pleinement réussi son opération de séduction. Seasons In The Abyss reste leur chef-d’œuvre pour moi, mais je ne me cache pas d’écouter également Diabolus In Musica de temps en temps. Et ce World Painted Blood se hisse allègrement dans le sillage des albums de Slayer que j’écoute le plus. On refera un bilan d’ici quelques années, d’ici là je ne me pose pas trop de questions et ne vais pas snober mon propre plaisir.

  8. n empeche je suis bien plus d’accord avec booboo qu’avec la chro

  9. Pour le Slayer mais surtout pour le pire !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • slipknot-the-gray-chapter-newkrakoukass | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci pour ton commentaire. ;) Loin de moi l'idée de proclamer que quiconque n'aime pas cet album est un abruti obtus (les personnes visées sont plutôt les couillons qui n'ont jamais aimé Slipknot -pour des raisons souvent basées sur des préjugés ou une haine du so called Nu Metal- et ont toujours craché sur le groupe, ...
  • slipknot-the-gray-chapter-newMths | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci de bien faire comprendre que quiconque n'aime pas cet album est un "rageux bas du front", ça fait toujours plaisir. Et si ce n'est pas le message que tu voulais faire passer, je t'invite cordialement à retravailler le début de ta chronique... Je trouve que, dans les titres qui ont été balancés sur le Web, il y a q...
  • fartbarf-dirtypowerRémi | 19 octobre 2014
    Fartbarf – Dirty Power
    masques, vocoder et Lap dance? merci au revoir.
  • occultation - silence in the ancestral houseIkea | 15 octobre 2014
    Occultation – Silence in the Ancestral House
    Sans aller jusqu'au coup de cœur, un très bon album. Tout à fait d'accord sur l'ambiance, très réussie, renvoyant aux films d'Argento, Fulci et consorts. Quant au côté Ghost... Il est présent mais Occultation est tellement plus raffiné, insidieux, que j'ai tendance à le mettre à-part. Clairement, un groupe qui montre ...
  • krieg-transientdarkantisthene | 13 octobre 2014
    Krieg – Transient
    très belle sortie, je suis moins fan de la "2ème" partie de l'album mais ça reste très intéressant dans le style.
  • White Lung - Deep FantasyRIRIMARTIGUES | 09 octobre 2014
    White Lung – Deep Fantasy
    Je découvre et suis déjà sous l'emprise. Ca t'attrape et tu ne lâches plus...
  • vampiresquid-nautilusworldshaq | 07 octobre 2014
    Vampire Squid – Nautilus World
    Merci pour la découverte, très bon album de Death technique-mais-pas-trop, bien produit, et en name your price sur bandcamp : aucune excuse de ne pas lâcher quelques ronds pour une galettes vraiment bien fichue.
  • rorcalprocessofguilt-splitbeunz | 02 octobre 2014
    Rorcal/Process Of Guilt – Split
    Merci pour les conseils d'albums, je vais écouter tout ça (et aussi la suite !) Je suis aussi curieux de les voir en live, dès que l'occasion se présentera, je les louperai pas ! :)