Fear Factory – Mechanize

1270191212_00_-_fear_factory_-_mechanize_.jpg.scaled.1000

Après plusieurs épisodes à la Melrose Place qu’on ne détaillera pas ici faute de temps et d’intérêt, voilà réunis les 2 comparses à l’origine de Fear Factory, Burton C. Bell et Dino Cazares. Ils reviennent épaulés par Byron Stroud à la basse et Gene Hoglan à la batterie, excusez du peu, fiers de nous présenter leur nouvelle progéniture, un album dont les atours ressemblent à s’y méprendre à un album de… Fear Factory. Ca tombe bien on n’en demandait pas plus.

Je ne vais pas vous servir un couplet à la mords-moi le nœud sur « Fear Factory c’était mieux avant, Demanufacture truc et ainsi de suite », je l’ai déjà fait dans la chronique du dernier album, et ce qui compte aujourd’hui c’est que ce nouvel album est un pur produit estampillé Fear Factory et garanti en pur jus de cyber metal agressif et mélodique.

Quand on se voit offrir de belles pépites façon « Industrial Discipline », « Powershifter », « Oxidizer » ou « Christploitation » (énormissime), on ne fait pas la fine bouche, on écoute et on dit juste merci. C’est ce que je fais en constatant :
- Que la musique est redevenue agressive et prenante après une baisse de régime sur le pataud Transgression (voir les « Powershifter », ou « Christploitation » avec leurs putains de changements de rythme),
- Que Gene Hoglan et Byron Stroud font, malheureusement pour les anciens, facilement oublier Raymond Herrera et Christian Olde Wolbers (et au passage leur pathétique groupe Arkaea), prouvant que Fear Factory c’est d’abord Burton C. Bell, seul dénominateur commun de tous les albums du groupe, et Dino Cazares, quand ces deux-là ont la bonne idée de ne pas se faire la gueule,
- Que Burton est toujours apparemment le seul gars au monde capable d’aligner une (en apparence) bête alternance entre des couplets hurlés et un chant clair mélodique sans que ça sonne téléphoné et qu’on ait envie de lui faire bouffer son micro au bout de 2 titres; ce mec a décidément une voix terrible,
- Que Rhys Fulber est toujours le parfait metteur en scène de cette musique cybernétique et qu’il contribue parfaitement à l’ambiance futuriste des titres,
- Que même dans le registre de la ballade (qui traite de l’euthanasie) avec « Final Exit » Fear Facto’ colle son pain, puisque ce titre est magnifique.

Alors oui on pourrait (et certains ne manqueront d’ailleurs pas de) chouiner sur le manque d’innovations, le peu de prise de risques, moi je me contente de noter que quand on est capable après tant de déboires, de sortir en 2010 un 7ème album d’une telle qualité et surtout avec une telle constance dans la qualité, on impose juste le respect.
Et pour résumer, je prends mon pied avec Mechanize malgré son côté cousu de fil blanc. Merci messieurs et à dans deux ans pour la prochaine dose.

http://www.youtube.com/watch?v=kRH2-1F_dD4&feature=related

Tracklist :

  1. mechanize
  2. industrial discipline
  3. fear campaign
  4. powershifter
  5. christploitation
  6. oxidizer
  7. controlled demolition
  8. designing the enemy
  9. metallic division
  10. final exit
  11. crash test (limited edition bonus track)

A PROPOS DE krakoukass

krakoukass Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben. Adresse de contact : krakoukass@eklektik-rock.com

krakoukass a écrit 678 articles sur Eklektik.

4 commentaires

  1. en apparence pour la voix ouais, quand on sait ce que ça donne en live ^^

  2. J’ai juste écouter l’album dans leur systeme de streaming promo, et j’avais pas été emballé mais ça avait l’air pas trop pourri (ce qui est déjà bien).
    faudrait que je le reecoute un de ces jours mais je dois surement faire partie de ceux qui vont chouiner sur le manque d’innovation. :)

  3. Franchement emballé à l’écoute du morceau éponyme,je dois dire que justement ce qui me dérange,c’est la voix claire.Encore une fois,si sur City of fire Burton a réussi a me faire apprécier un tant soit peu son registre melodique,je peux pas en dire autant ici.Comme d’hab,j’ai trouvé sa voix claire monocorde et plate au possible.C’est dommage parce que le refrain de « Mechanize par exemple déchire!

  4. Purée ce chant (?) clair gache tout. !! Y’a personne pour lui dire sanq son entourage. Est-ce qu’il écoute ses disques?? Encore jusqu’à Obsolete j’ai su passer au-dessus, mais ici dés les premières minutes ça m’insupporte !!! C’est vraiment dommage car le reste envoie grave. Super son de grattes, et quel batteur ce Gene !!

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • LP_cover.inddshaq | 18 décembre 2014
    Vanhelgd – Relics of Sulphur Salvation
    Bien d'accord avec le début de cette chro, 2014 a été une bonne année pour le Death-Metal (même si je ne reste pas convaincu par la prestation de Mr Holmes), et voilà une offrande qui va clore mon Necronomicon 2014 avec majesté. Moins la claque que pour Horrendous ou Morbus Chron, mais je ne doute pas qu'avec le temps il ...
  • Guilty-Pleasures_Photo-credit-Hannah-Woodcockjoss | 04 décembre 2014
    Guilty Pleasures 2014
    Quoi ? rien sur Metronomy et The Do ???!!!
  • bbng-iiibeunz | 01 décembre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    excellent ! merci pour le partage ! :)
  • bbng-iiiAER | 30 novembre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Pour les amateurs, une "cover" magistrale de BBNG de Future Islands "Waiting on you" https://www.youtube.com/watch?v=FWyJEhMHFdM#t=79
  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !