The Dillinger Escape Plan – 10 février 2010 – Maroquinerie – Paris

1 Commentaire      1 266
Annee de sortie: 2010

Pour son passage éclair sur le vieux continent, The Dillinger Escape Plan voyage léger et n’avaient donc pas amenés de premières parties avec eux. De peur de voir arriver une première partie quelconque, récupérée dans un coin de rue, le public rentre et discute de la probabilité que le concert ne soit retardé ou que l’on ne leur ait réservé une agréable surprise.

De surprise, il y en aura une, mais pas celle que l’on attendait. Un jeune homme rentre sur scène, s’adresse au public et annonce qu’à la place d’une première partie il y aura un magicien : lui. La réaction générale du public semble alors être « Huh? » mais elle va assez vite se transformer en éclat de rire quand les piques du magicien à l’encontre du public et de ses assistants dévoués ou sélectionnés au hasard vont faire mouche. Magie et blague. Un cocktail qui marchait très bien aux Etats-Unis il y a deux dizaines d’années (dixit le comique Patton Oswalt qui a ouvert pour plus d’un à ses débuts) et suffira à combler une petite vingtaine de minute la scène le temps que les roadies finissent d’installer le matos. Une dernière pique et le type s’en va avec des applaudissements dans le dos et un public près à accueillir ses héros pour lesquels ils ont tout de même payés la modique somme de 28 euros.

Avant leur entrée en scène on entendait de part et d’autres des gens pronostiquer sur l’attitude du groupe. Greg Pucciato allait il marcher sur les têtes des gens, comme sur ce fameux concert au Virgin Megastor que tout le monde s’est passé sur youtube? Est-ce-que le nouveau guitariste à tête d’emo allait encore sauter dans le public (instant fashion : il a d’ailleurs coupé cette fameuse mèche) comme à l’Elysée Montmartre?

En conclusion, de saut dans le public il y aura mais de grandes explosions de folie, niet. Le Dillinger impétueux et instable des débuts semble avoir passé le cap pour présenter un spectacle bien plus rodé, plus prévisible mais toujours extrêmement bien joué et énergique. Il ne faut pas leur jeter la pierre non plus. Ces mecs tournent constamment. Il est donc bien normal que l’envie de sauter dans le public et d’en découdre avec la terre entière leur soit passé. L’âge, forcément. Et peut-être aussi la lassitude d’être devenu le groupe que tout le monde attend au tournant pour faire toutes les conneries. C’était d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle Pucciato avait même arrêté de cracher du feu. Trop attendu. Trop facile.

Reste donc des morceaux gorgés de chaos et d’énergie avec tous les plans techniques que l’on connait si bien pour les avoir entendu chez eux, puis reproduits par des centaines d’autres groupes à travers le monde. The Dillinger Escape Plan n’en reste pas moins un groupe à part dont les titres, aussi chaotiques soient ils, restent les leur et peuvent être reconnus entre mille du même genre. Le nouvel album s’annonce d’ailleurs un peu moins chaotique et plus metal. Les riffs sentent le thrash passé à la moulinette et le tempo se ralentit bien plus. On a donc moins l’impression d’entendre les instruments dévaler un escalier et plus des morceaux cohérents, néanmoins pas du rock ou du prog de Ire works.

Par conséquent, la touche rock and roll qu’apportait précédemment Gil Sharone (reparti dans Stolen Babies) n’est plus au gout du jour et manque assez au jeu de ce nouveau batteur, plus rigide, plus metal, avec moins de groove. L’effet se ressent surtout sur les titres de Ire works mais il n’en est pas moins des plus compétents pour le reste des morceaux, et bien sur pour les nouveaux auxquels il a participé. Autre défaut majeur pour la qualité du spectacle: la voix. Si Greg Pucciato ne reste pas en retrait et s’attaque au public du devant, le micro ne fait pas autant porter sa voix qu’il le devrait et dessert « When good dogs do bad things » et « Mouth of ghost » sur lesquels la voix est un élément central. En revanche, « Milk lizard » ou « Fix your face » sont repris en choeur par le public. Preuve que le public de Calculating infinity a pris la porte et que les fans sont maintenant ceux qui adorent toutes la discographie et pas seulement leurs glorieux débuts.

Ils auraient pourtant pu être contenté par la set list puisque « Sugar coated sour », « The mullet burden » furent joués et en rappel (précédé d’une reprise rock d’un titre de Tears for Fears) « The running board » et le fameux « 43% burnt ». Petit coup de « folie » sur ce dernier titre puisque Jeff Tuttle traverse le public, en passant par le côté droit de la scène puis en revenant par la fosse, tout en continuant à jouer, tandis que Ben Weinman s’accroche au plafond par les pieds. Classique donc et assez prévisible, contrairement à ce nouvel album qui prévoit de très bonnes surprises si j’en juge par les trois nouveaux morceaux joués ce soir. Beaucoup moins incroyable scéniquement qu’il y a quelques années, The Dillinger Escape Plan est toujours un groupe dont la musique défie les standards et les attentes, ce que son nouveau public semble apprécier. Gloire à eux et dommage pour les autres.

[vimeo]http://vimeo.com/9523147[/vimeo]

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Commentaire

  1. 1ternot2baz says:

    Ce groupe est tout bonnement inhumain sur scène et dégage un charisme inégalable ! J – 16 les mecs. Je sens poindre du très très lourd et j’éspère ne pas me tromper ………

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *