Finntroll – Nifelvind

1 Commentaire      1 186
Style: Troll MetalAnnee de sortie: 2010Label: Century Media

Finntroll qui sort un nouvel album c’est toujours l’occasion de prendre le pouls de la scène black/folk dans son ensemble tant le groupe régnait sans partage jusqu’à Nattfödd, influençant pléthore de groupes par forcément très inspirés. Avec Ur Jordens Djup, le changement de chanteur a provoqué un coup de volant significatif vers le côté le plus sombre du groupe, laissant le côté festif un peu au placard. Cette volonté de changement certes louable d’un groupe faisant ce qui lui plait, a malheureusement laissé un grand nombre d’ex fans perplexes. L’arrivée de Vreth, chanteur au registre plus traditionnel qu’un Wilska par exemple n’a fait qu’amplifier ce phénomène. Bref, trois ans après la nouvelle livraison de Finntroll débarque, l’occasion de voir si le virage est consommé ou s’il y a un retour en arrière.

Eh bien oui et non en fait.

Oui : L’ensemble est beaucoup plus sombre encore que sur UJB à l’image du single « Solsagan » dont la vidéo dénote profondément par rapport à un « Trollhammaren ». En terme musical déjà avec un regard plus prononcé vers le métal « traditionnel » mais aussi en termes d’image. Fini les gros poilus qui tapent sur des cranes, ici c’est du sérieux. Un « Tiden Utan Tid » tombe carrément dans le pénible avec une volonté de mille-feuilles musical indigeste. Le pouet pouet côtoie l’épique pour finir dans du grandiloquent. A perdre pied.

Non : Même si le côté sombre prend le dessus on sent une volonté de revenir fricoter du côté d’un Jaktens Tid. Le festif tente de nouvelles percées, on tombe même dans le remix acoustique d’un morceau de l’album qui en fait devenir un véritable moment de fiesta. Curieux de savoir où Finntroll veut en venir donc.

En voyant les annonces de presse, Finntroll annonçait fièrement l’utilisation d’instruments jamais utilisés en métal. Ma foi si c’était pour les cacher comme ils le sont c’était bien la peine. On se rend par contre compte assez facilement que Finntroll peine à se renouveler. On trouve des morceaux de jaktens tid entremêlés dans un bric à bric issu de UJD en jetant un coup d’œil vers Nattfödd. Le grand écart prend même des allures de cirque sur un « Mot Skuggornas Värld » à la limite de l’indigestion de patchwork métallique.

Pour autant ne soyons pas pour autant ingrats. Finntroll ne fait pas un mauvais album avec ce Nifelvind, certains morceaux font taper du pied ou remuer, c’est cette absence de cohésion qui oblige à mettre un bémol à cet album.

Alors qu’en penser au final ? Principalement que la scène viking folk black, maintenant (et depuis quelques années hélas) saturées de milliers de clones, difficile pour Finntroll de trouver sa place. Quitte à lâcher le trip troll pour partir complètement vers les sphères épiques pourquoi pas ? Le Finntroll 2010 a même le potentiel grâce à ce chanteur de se diriger dans cette direction. Faire cela obligerai le groupe à lâcher les violons, trompettes et autres pouet pouet en tout genre. N’est-ce finalement pas ça l’avenir d’un troll qui n’en a désormais plus que le nom ?

  1. blodmarsch (intro)
  2. solsagan
  3. den frusna munnen
  4. ett norrskensdåd
  5. i trädens sång
  6. tiden utan tid
  7. galgasång
  8. mot skuggornas värld
  9. under bergets rot
  10. fornfamnad
  11. dråp
  12. under dvärgens fot (bonus)
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Monster says:

    Je remarque qu’au niveau des claviers on a droit à des sonorités nouvelles, me rappelant par moment Danny Elfman ou des ambiances cabaret (sisi). Malgré cela j’ai tendance à penser que le groupe a tout dit, faut plus en attendre des miracles mais l’album est tout de même sympa, sans doutes mieux que le précédent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *