Circle of Dead Children – Psalm of the grand destroyer

Pas de commentaires      1 292
Style: Grindcore/Goregrind/SludgeAnnee de sortie: 2010Label: Wilowtip RecordsProducteur: Nate Campisi

Ça vous est déjà arrivé de prendre votre siège pour un retour, votre poing pour un micro et le chat pour un public en furie? Poser comme si les enceintes de votre ordinateur dispensaient des décibels à foison alors que vous avez du baisser le volume au préalable pour ne pas réveiller maman qui fait la sieste en bas. Soudain, le son prend possession de vos membres et vous exécutez un demi-tour arrière en jetant vos bras avec abandon dans l’immensité de votre chambre remplie d’objets épars, vos pieds s’emmêlent sous la force de votre enthousiaste et vous finissez la tête contre le sol alors que votre mère rentre dans votre chambre. L’anecdote en question sera ensuite dispensée à tout les repas de familles suivant. Ne voyez pas dans ce récit une quelconque expérience personnelle.

Ceci pourrait m’arriver, et vous arriver, en écoutant ce dernier Circle of Dead Children. Là où la production de Steve Austin (Today is the Day) sur Zero comfort margin maculait le son d’un voile étouffant la violence, celle de Psalm of the grand destroyer la rétablit, avec un niveau de basses confortable afin de provoquer le plus de moulinets et des grognements incessants d’un chanteur qui ferait passer une porcherie pour un atelier de répétition de castrats.

La rage la plus pure coule du disque et après avoir vécu tant d’emmerdes, le contraire aurait été surprenant. Sept années se sont écoulées depuis leur dernier album et cinq depuis l’EP produit par Steve Austin. Pendant ce temps, le séjour couteux à l’hôpital de l’un des membres, le départ de deux autres et leur remplacement, on faillit foutre le groupe dans le fossé. Il y a fort à parier que le groupe a du y séjourner même un peu, avant que ne se redressent les cadavres des espoirs perdus et que tout ce petit monde reprenne la route vers la gloire du grindcore.

Aujourd’hui, elle est atteinte avec un album à la hauteur des fantastiques Human harvest et Exotic sense decay. Circle of Dead Children blaste et écrase tout autant d’un son lourd et d’une fraicheur retrouvée. Détenteur d’une identité allant au delà du grindcore classique à la Napalm Death ou du gore grind, Psalm of the grand destroyer n’est pas que l’annonce de la destruction mais la destruction incarnée. La technique oublie la démonstration pour la castration. Tout dans cet album est possédé par la nécessité vitale de briser tout ce qui s’y oppose. Sludge, grind, gore grind, les galères ont alimenté la naissance de ce disque et la douleur ressentie est communiquée à chaque instant. Le monstre est de retour.

http://www.youtube.com/watch?v=To5tTGwHH8U

  1. Avatar of innocence
  2. Ursa major (1998 revisited)
  3. When human compost stains all Earth and repels the messengers of love (mp3)
  4. Chaos crawls back
  5. Earth and lye
  6. We who move with the graven worms
  7. Bury the ill flock
  8. Refuse to kill the same way twice
  9. Obsidian flakes (mp3)
  10. Last words and warning signs
  11. Jaracaca
  12. Torches
  13. Night of morbid psycho
  14. Germinate the reaper seed
  15. Starve, beg & die a.k.a. Fuck you kill me

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *