Novels – Savior

Pas de commentaires      2 021
Style: Néo power popAnnee de sortie: 2010Label: Yr Letter Records

Se décrivant comme le résultat d’une improbable fusion entre Deftones, Radiohead, Black Sabbath et Sonic Youth, le trio français de Novels, propose avec ce premier album, Savior, une musique qui fleure bon les années 90, rappelant à nos bons (ou mauvais c’est selon) souvenirs, l’époque du néo métal à l’américaine (soyons clairs les français n’ont jamais réussi à faire de l’ombre aux groupes de l’Oncle Sam sur ce terrain).

Ne fuyez pas ! Car l’esprit pop de Novels leur permet de ne pas tomber dans la fausse agressivité forcée qui caractérisait parfois certains groupes de néo, et d’assumer, comme le fait Deftones, ce côté ambivalent, ce mélange d’agression et de douceur très bien incarnée par la voix tout en sensibilité du chanteur du groupe. On retrouve ce côté aigre-doux sur de nombreux titres, comme « Where Did You Find Love », ou « No Fake Smile », alors que certains titres flirtent avec la noise de Helmet comme sur « Fuck You », même si le timbre doux du chanteur casse net la filiation. « Child » ouvre même l’album sur une belle déflagration de riffs qui produit son petit effet, alors que « Siamese » propose des changements de rythme et des variations bienvenues avec un chant qui part ponctuellement dans le registre crié. Le chant est un élément important de la recette Novels, qui garantit la réussite de nombreux titres, mais la section rythmique n’est pas en reste, et elle le prouve sur le très bon « Drama », titre entièrement instrumental.

Le son des guitares est assez massif, renforçant encore davantage l’impression de mélange de genres. Masterisé par Ted Jensen (Alice in Chains, Deftones, Muse), Savior permet à Novels de mettre en avant ses atouts avec efficacité.

Tout n’est pas parfait cependant au pays de Novels, et le groupe se complait par moments dans une facilité de mauvais aloi comme sur « Give In », et ses riffs plus convenus ou le final acoustique un peu clichesque de « Hey Girl ». Il est certain que le groupe doit encore affirmer sa personnalité, pas évident en effet de venir faire de l’ombre aux américains sur leur terrain de jeu qu’ils ont eu assez de temps pour rôder, et ce avec 2 décennies de retard. Mais l’effort est louable et la qualité générale au rendez-vous, souhaitons donc à Novels de rencontrer son public, et de dépasser le seul créneau limité des nostalgiques des années 90.

Tracklist :

1. child
2. like this
3. where did you find love
4. fuck you
5. no fake smile
6. drama
7. siamese
8. give in
9. void
10. hey girl

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 872 articles sur Eklektik.

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *